De quoi a-t-on besoin pour être heureux ?

· 21 mars 2015

En 1943, le meilleur de tous les psychologues, Abraham Maslow, largement étudié dans les filières universitaires de sciences sociales, a établi une théorie qui hiérarchise les besoins humains sur lesquels se fonde la société occidentale du 20e siècle.
Ses enseignements sont toujours d’actualité, et c’est la hiérarchie pyramidale qui sillonne le chemin vers le bonheur.
Comment ? Vous ne connaissez pas encore la pyramide de Maslow ?

Premier niveau : besoins vitaux ou physiologiques

On oublie souvent que, comme les êtres humains que nous sommes, pour être heureux, on a avant tout besoin de respirer, de se nourrir (au sens premier du terme), de bien dormir, et d’avoir une vie sexuelle naturelle.
Voilà les attributs physiologiques qui constituent la pyramide de Maslow.
De chacun de ces attributs découlent des besoins naturels, et c’est lorsque ces besoins naturels sont assouvis que l’on passe aux niveaux suivants de la pyramide.

Deuxième niveau : besoins de sécurité

Ce niveau fait polémique. Le fait de se sentir en sécurité est-il un besoin vital, ou bien est-ce le produit d’une société au sein de laquelle se crée « une illusion de sécurité » ?
Parmi les différents besoins de sécurité, on peut distinguer la sécurité affective (avoir un foyer et un emploi), ou la sécurité physique (droit à la propriété privée, à la santé…).

Troisième niveau : besoins d’appartenance et d’amour, ce qui correspond en Occident au besoin d’être heureux

Dans les pays européens et aux Etats-Unis, on parvient à assouvir dès la naissance ou presque, les besoins correspondant aux deux niveaux précédents de la pyramide. Cependant, les besoins d’appartenance et d’amour se différencient d’autres aspects tels que l’intimité sexuelle, l’amitié ou l’amour de la famille, des amis, ou du conjoint.

Quatrième niveau : besoins d’estime

Pour Maslow, plus on parvient à assouvir des besoins, plus d’autres se créent. Autrement dit, à partir du moment où on a un toit, une famille, des amis et un travail et des proches, on se met à rechercher le succès, la reconnaissance et la valorisation…non seulement de la part de nous-mêmes, mais surtout de la part des autres.

Le sommet : besoins d’accomplissement de soi

On en arrive ici à ce que Nos Pensées souhaite véhiculer aux voyageurs de l’existence.
En effet, on doit tous se rappeler d’une chose que Maslow a bien explicité: le secret, c’est de se libérer des préjugés, de s’accepter soi-même, d’être inventif, et d’accepter des choses telles que la résolution des conflits internes dont peut résulter la création d’une intégrité personnelle.

Les détracteurs de la pyramide de Maslow

De nombreux penseurs, psychologues et philosophes se sont opposés à cette pyramide des besoins, prétextant que ce dont on a besoin pour être heureux, seuls certains d’entre nous le savent. Pour eux, la pyramide de Maslow, ce n’est qu’une simple classification du bonheur, la théorisation de quelque chose de trop complexe pour être mesuré.