David Healy, le subtil historien de la psychiatrie

15 décembre, 2019
David Healy est l'une des voix les plus critiques et les plus respectées contre les pratiques des compagnies pharmaceutiques, principalement dans le domaine psychiatrique. Ses dénonciations soulèvent des questions importantes.
 

David Healy fait partie de ce groupe de médecins et de psychiatres qui s’occupent de noter les fissures qui existent en médecine et en psychiatrie. En particulier, il s’est joint aux voix qui dénoncent les abus des compagnies pharmaceutiques. Ainsi que les changements importants qu’elles ont apportés à la pratique médicale.

David Healy est actuellement professeur de psychiatrie à l’Université de Bangor au Royaume-Uni. Il est médecin, psychiatre, psychopharmacologue et chercheur de formation. D’autre part, il est l’auteur de plus de 150 articles qui ont été revus par la communauté scientifique et 200 autres publiés dans des revues spécialisées. Il a aussi écrit une vingtaine d’ouvrages sur des sujets médicaux.

L’une de ses œuvres les plus controversées et les plus réussies est Pharmageddon. Il y fait une analyse détaillée de l’histoire de la psychiatrie et présente des preuves inquiétantes des errements de l’industrie pharmaceutique dans ce domaine. En résumé, l’essentiel de son travail est consacré à prouver que la médecine a cessé d’être une science au service de l’humanité, pour devenir une entreprise millionnaire dont beaucoup bénéficient.

La question des brevets, selon David Healy

L’une des questions que David Healy remet sévèrement en question est celle des brevets médicaux. Au cours du XIXe siècle et dans la majeure partie du XXe siècle, la communauté médicale a déploré l’existence des brevets, car ils ont fait entrer la médecine dans le domaine des intérêts économiques. Un brevet est un droit d’exploitation d’un bien. Lorsque les médicaments sont brevetés, ils deviennent automatiquement des objets qui s’inscrivent dans la logique de l’offre et de la demande, précisément parce qu’ils seraient des « biens à exploiter ».

 

En 1922, par exemple, Lilly a tenté de breveter l’insuline. Cependant, la communauté médicale a exprimé un fort rejet de cette action et n’a donc pas réussi. Quelque chose de semblable s’est produit avec Jonas Salk, qui a refusé de breveter le vaccin antipoliomyélitique pour des raisons similaires.

Des comprimés de benzodiazépine

À partir des années 1960, dans plusieurs pays du monde, les brevets pharmaceutiques ont commencé à être une source importante de revenus. Les compagnies pharmaceutiques ayant des produits brevetés ont alors le monopole de certains médicaments. Ils contrôlent leur prix, leur distribution et, évidemment, leur production. Bien que cela ait été quelque peu nuancé, le système reste le même.

Le fait est que cela a fait tomber les produits pharmaceutiques et les médicaments dans la logique du marché : vendre plus, faire les meilleurs profits et rendre l’entreprise aussi rentable que possible. Les conséquences ont été désastreuses, surtout en ce qui concerne les médicaments psychiatriques.

David Healy et ses recherches

David Healy a publié un nombre important d’articles soulignant que les antidépresseurs, en particulier les ISRS (inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine) contribuent aux idées suicidaires chez les patients déprimés. À ce groupe de médicaments appartiennent certains très célèbres comme le Prozac, le Paxil et le Zoloft. Healy a insisté pour que leurs étiquettes avertissent à ce sujet.

 

D’autre part, David Healy a montré en détail comment la thalidomide, un somnifère, a causé une catastrophe en 1962. Plus de 10 000 enfants sont nés avec des malformations dues à la consommation de thalidomide. Cela a conduit à certains changements, mais Healy considère que ceux-ci n’attaquent pas en arrière-plan, ce qui a conduit à cette tragédie.

Pour David Healy, de nombreux médicaments psychiatriques causent de graves dommages. Les patients ne le savent pas parce qu’il n’y a aucun moyen de les avertir de leurs véritables effets indésirables. Cette dissimulation est délibérée et est complétée par de fausses recherches et publications.

David Healy et ses études sur les pratiques des compagnies pharmaceutiques

Pratiques contraires à l’éthique

L’un des aspects les plus inquiétants des dénonciations de David Healy est l’existence des « écrits fantômes ». Il s’agit de publications d’origine douteuse, apparemment souscrites par des experts. Healy lui-même a été victime de cette pratique.

Lors d’une réunion de promotion de l’antidépresseur Effexor, on lui a présenté un projet d’article auquel il pouvait s’abonner. Healy l’a lu et a pris deux notes devant ce que le texte disait : premièrement, qu’il n’y avait aucune preuve que ce médicament était meilleur que les autres du genre. L’autre, que son ingestion pourrait générer des tendances suicidaires. Malgré cela, la société Wyeth, propriétaire du médicament, a publié l’article comme si son auteur était David Healy et a omis ses notes.

 

D’autre part, il y a beaucoup de preuves que les auteurs de DSM mènent des études financées par les compagnies pharmaceutiques. Il en va de même pour certains secteurs de l’OMS. Cela constitue un conflit d’intérêts, qui n’est pas déclaré. David Healy a manifestement de nombreux détracteurs. Pourtant, comme d’autres chercheurs similaires, personne n’a scientifiquement réfuté ses conclusions. Il n’a pas non plus fait l’objet de poursuites de la part d’une société pharmaceutique.

 

Lamas, S. (2002). A propósito de la era antidepresiva de David Healy de la historia de la Psicofarmacología y de la industria farmacéutica. SISO-SAUDE, Boletín de Asociación Galega de Saude Mental, H. ª, 36, 69-106.