Croyez-vous au destin ?

· 26 mai 2015

Bien souvent, au cours de notre vie, nous avons la sensation étrange que le hasard se met en travers de notre chemin, nous obligeant donc à changer de direction. Certains disent au contraire qu’il s’agit du destin, de cette force qui nous dépasse et nous pousse vers une inévitable succession d’événements auxquels on ne peut pas échapper.

Un tel phénomène dépasse la simple synchronicité, car croire au destin, c’est se persuader que rien n’arrive au hasard, et que tout est donc écrit.

Quels sont les résultats d’une telle philosophie ? Dans de telles circonstances, sommes-nous à la merci du destin, ou au contraire libres de choisir notre propre chemin ?

Hasard ou causalité?

Parfois, certaines situations nous surprennent, comme cette personne que l’on rencontre dans un lieu bien précis et dans de curieuses circonstances, cette chance qui se manifeste alors qu’on ne l’attendait plus, ce choix que l’on fait sans très bien savoir pourquoi… C’est donc ça, le hasard ? Ou doit-on plutôt parler d’une mystérieuse causalité ?

Il est toujours préférable d’être ouvert d’esprit, d’avoir une façon de penser dénuée de barrières et qui nous mène à accepter toute information ou stimulus de l’environnement dans lequel on vit.

L’important est de savoir si on reconnaît l’existence du destin, et si par conséquent on assume qu’une grande partie de ce qui nous arrive soit marquée par les desseins d’une force qui échappe à notre compréhension, voire à notre conscience.

Mais, où se trouve notre responsabilité, dans tout ça ? Comment être responsable de quelque chose qu’on ne contrôle pas ?

Libre arbitre et aspect inexplicable

Certains scientifiques affirment qu’il existe un « destin presque obligé » lié à l’héritage. En effet, la génétique de nos parents peut parfois nous déterminer dans de nombreux domaines, que ce soit au niveau du caractère, de l’apparence physique, des maladies contractées, etc.

Le contexte social et personnel dans lequel on grandit peut aussi avoir son influence, dans une proportion de 30 ou 40%.

Pour autant, cette conception cohabite avec une autre, tout aussi indispensable ; qui est celle du « libre arbitre ». Elle implique que chaque personne est conditionnée par ses choix, son histoire personnelle et sa vie dans une société lui permettant d’opter pour un chemin ou un autre, de reconnaître ses erreurs, de croire en elle et d’assumer de nouveaux défis ou autres projets.

Comme l’a dit un vieil écrivain italien, « Le destin ne peut régner sans la secrète complicité de l’instinct et de la volonté » ; car on ne tisse pas notre vie dans les étoiles mais bien dans notre propre réalité, cette vie de tous les jours qui nous met à l’épreuve et nous impose des défis à relever afin de nous tester en tant que personne.

On est libre de se fixer des buts et d’accéder à nos propres réussites, ce qui n’empêche pas pour autant au hasard d’exister. Parfois, les hasards sont si singuliers qu’on ne peut les associer qu’à une sorte de magie inexplicable.

Car, aussi rationnel qu’il soit, l’être humain a toujours apprécié ce phénomène si particulier lié à tout ce qui dans notre vie est étrange ou de l’ordre de l’inexplicable.

Par moments, notre vie se résume à un chaos de hasards et d’événements illogiques, mais cela ne doit pas nous empêcher de tout faire pour tenir les rênes de notre destin et pour être en être le maître, car c’est ce qui nous permettra d’être plus responsable.