Corrige le sage il sera plus sage, corrige l’ignorant il sera ton ennemi

· 25 août 2017

En réalité, nous sommes tou-te-s très ignorant-e-s. Nous n’ignorons pas tou-te-s la même chose, et nous ne sommes pas non plus tou-te-s capables de le reconnaître au même degré. Concrètement, nous comprenons l’ignorance comme un concept qui indique un manque de connaissance ou d’expérience. Précisément, c’est ce manque de connaissance/d’expérience qui rend l’ignorant-e impétueux-se et suspicieux-se, pouvant se transformer en notre ennemi-e si on a des expériences ou des connaissances différentes.

Au contraire, les personnes sages savent qu’une bonne partie de leur vertu réside dans la conscience de l’ignorance, de même que l’a affirmé Socrate. Cette conscience de notre ignorance est celle qui nous dévoile face au réel, elle est notre fin face à l’infini, et c’est elle qui nous concilie avec notre nature. Ces personnes vertueuses restent éloignées de la rivalité, car elles deviendront difficilement des ennemies, ou des amies de l’avidité et de la confusion produite par les désirs démesurés.

Les personnes qui ignorent leurs propres limites et celles de leur connaissance sont annulées par leur propre vision, et il est impossible d’avoir une communication assertive avec elles. Tout ce qui n’entre pas dans leurs schémas sera un motif de conflit, qui pourra se régler n’importe comment mais pas par une concession sincère de leur part.


« Les sains recherchent la sagesse ; les idiots croient l’avoir trouvé. »


L’ignorance ignorée se vante de connaissance

L’ignorance est si attirante qu’elle se vante de savoir. Le profil des personnes je-sais-tout et furieuses peut être expliqué par l’effet Dunning-Kruger. Cet effet, on le connaît en psychologie sous le nom d’auto-perception inadéquate. Elle fait référence aux personnes qui généralement sur-estiment la quantité de connaissances sur lesquelles elles comptent, que ce soit quant à la quantité ou l’assurance avec laquelle elles font d’opinions personnelles des faits irréfutables.

Cette fausse auto-perception a été découverte en 1999 par Justin Kruger et David Dunning, professeurs à l’Université de Cornell. Les deux chercheurs ont commencé à analyser des études dans lesquelles il était suggéré que parfois l’ignorance favorise davantage la confiance que la connaissance. Plus particulièrement, il est question de ces activités comme la conduite de voitures ou de jeux comme les échecs ou le tennis.

L’ignorance ignorée, d’un autre côté, est la mère de bien des discordes. Un ennemi ne vient généralement de rien, et un de ces endroits inhospitaliers d’où il surgit peut être expliqué par le fait que la personne amie ou neutre se sent attaquée ou méprisée, fruit de son omnipotente vision de sa connaissance.


Si on vous demande ce qu’est la mort,

Répondez : « La véritable mort, c’est l’ignorance ».

Ainsi… Combien de morts y a-t-il donc parmi les vivants !


La conscience de l’ignorance-même nous fait un superbe cadeau : la curiosité

Savoir, c’est aussi connaître ce que l’on ne sait pas encore et ouvrir la porte, la motivation, pour le connaître. En ce sens, l’humilité est la compagne de voyage adéquate de la sagesse. On a tendance à avoir honte plutôt qu’à confesser notre ignorance, ainsi nos opportunités d’apprendre seraient bien plus fréquentes. C’est quelque chose que les enfants savent bien : « Qu’est-ce que c’est ? A quoi ça sert ? »

Une grande part de la société ne connaît pas ni ne comprend comment fonctionne notre organisme et ses compliqués processus chimiques et biologiques. Cependant, dans toute conversation en public de ce type, il n’est pas fréquent d’entendre quelqu’un qui avoue être ignorant-e, on le sait tou-te-s. Ici se fait évidente « l’ignorance de l’ignorance », effet qui se produit quand personne ne veut rester comme un ignorant…comme s’il s’agissait de la pire chose qui puisse arriver.

Le fait de ne pas oublier que nous sommes ignorant-e-s forge en or la clé vers la connaissance et la sagesse. Reconnaître l’ignorance nous permet de plus de comprendre que l’Homme est un être plastique. Par conséquent, quand un-e ennemi-e nous qualifie d’ignorant-e-s, il n’y aura pas de raison de se sentir offensé-e-s ; au contraire, on pourra être d’autant plus motivé-e-s à apprendre ou à découvrir ensemble, ce qui est un autre processus fascinant.


L’abondance de mots et l’ignorance prédominent chez la majeure partie des Hommes ; si vous voulez dépasser la majorité inutile, cultivez votre connaissance et enveloppez-vous dans les nuages de silence pour écouter et donner une opportunité à la curiosité.