Conséquences émotionnelles des fausses couches à répétition

Les fausses couches à répétition sont une maladie rare, mais elles affectent gravement les personnes qui souhaitent mener leur grossesse à terme.
Conséquences émotionnelles des fausses couches à répétition
Sara González Juárez

Rédigé et vérifié par Psychologue Sara González Juárez.

Dernière mise à jour : 10 octobre, 2022

L’interruption spontanée de grossesse est un événement qui touche environ 10 à 15 % des femmes enceintes. Cependant, 5 % de ce groupe en souffre de manière récurrente. C’est pourquoi les conséquences émotionnelles des fausses couches à répétition sont étudiées, car cela entraîne une grande usure psychologique.

En général, après une fausse couche, les conséquences physiques pour la personne sont évaluées, puisqu’il existe un risque d’infection intra-utérine ou qu’un curetage pourrait être nécessaire. Cependant, les conséquences psychologiques de l’infertilité ne reçoivent souvent pas d’attention professionnelle, ce qui peut avoir de graves conséquences.

Dans cet espace, vous pouvez explorer ces conséquences. Ne manquez rien, car il s’agit d’un sujet important en psychologie de la reproduction qui est souvent négligé. Allons-y.

femme triste
Lorsque des fausses couches à répétition se produisent, un deuil est vécu.

Que sont des fausses couches à répétition ?

Les fausses couches à répétition sont ce qui se produit lorsque la femme a perdu 3 grossesses ou plus. Pour être considérée comme spontanée, elle doit être involontaire et survenir avant la 20e semaine de grossesse ou, au contraire, lorsque le fœtus pèse moins de 500 grammes. Lorsque ces conditions ne se produisent pas, il s’agit d’une mort fœtale intra-utérine.

Les conséquences physiques de ce type d’avortement doivent être surveillées, car il existe plusieurs risques pour la santé de la femme enceinte. Le risque d’infection augmente, tout comme le risque de saignement, et les menstruations ne reviendront que 4 à 6 semaines après l’avortement. Cependant, les conséquences émotionnelles d’un avortement répété ne sont souvent pas prises en compte autant que les conséquences physiques.

Comment cela affecte-t-il émotionnellement ?

Au moment où un fœtus approche de 20 semaines, les parents ont eu le temps de lui créer une identité dans leur esprit. Ils ont vu des échographies, le gonflement du ventre est déjà visible ou ils ont peut-être déjà connu des relations sexuelles. Tout cela contribue à être perçu comme le futur membre de la famille, même s’il n’est pas encore pleinement développé.

Dans certains cas, des pensées irrationnelles récurrentes surviennent chez la femme qui peuvent l’amener à se remettre en question sous de nombreux aspects. Si ce dialogue interne se poursuit dans le temps et n’est pas identifié, il peut finir par entraîner une faible estime de soi, de l’anxiété ou de la dépression.

De plus, lorsque l’avortement survient, chaque membre du couple vit un deuil semblable à celui de la mort d’un être cher qui est né. Certains des symptômes les plus courants sont les suivants :

  • Choc ou incrédulité au moment de l’avortement.
  • Tristesse.
  • Impuissance.
  • Désespoir.

Le deuil de cette perte à naître peut durer jusqu’à un an dans certains cas. Si l’on ajoute à cela que la fausse couche se produit à plusieurs reprises, les symptômes dépressifs peuvent devenir la pathologie elle-même au lieu d’atteindre une phase d’acceptation et de réorganisation de sa vie.

Prédicteurs de deuil pathologique dû à un avortement à répétition

Cette perte est importante pour quiconque attend avec impatience un enfant et en cherche un intentionnellement. Les conséquences physiques, ajoutées au stress émotionnel, peuvent plonger la personne dans un état dépressif. Cependant, tout le monde n’a pas les mêmes atouts et ressources pour s’y adapter :

  • Qualité de la relation de couple : lorsque les deux personnes ont une relation de mauvaise qualité, l’adaptation émotionnelle à l’IVG est moins bonne.
  • Deuil personnel : chacun aura sa façon de gérer les conséquences de fausses couches à répétition. Ces différences individuelles peuvent provoquer des conflits entre les membres du couple, aggravant la situation.
  • Désir de grossesse : il faut s’attendre à ce que plus le désir d’avoir une progéniture soit grand, plus la douleur de la perte est grande.
  • Avoir des enfants avant la perte : en général, les couples qui ont déjà des enfants ont tendance à mieux gérer l’avortement, car ils n’ont pas à faire face à la possibilité de ne jamais pouvoir être parents.
  • Soutien social : si la personne qui avorte a un réseau social sain et favorable, son deuil sera plus léger.
  • Personnalité et style de gestion émotionnelle : enfin, les capacités émotionnelles de la personne comptent aussi lorsqu’il s’agit de prédire la dépression ou le deuil pathologique.
Femme faisant de la thérapie
La thérapie psychologique aide le couple à faire face à ces pertes.

Que faire face à un deuil suite à des fausses couches récurrentes ?

Tout d’abord, si vous êtes ici parce que vous êtes dans une situation comme celle-ci, sachez qu’il est possible de se remettre de cette perte à répétition. Parfois, il semblera que la vie n’a aucun sens si vous n’êtes pas en mesure d’atteindre l’objectif de gestation, mais il est possible de vous retrouver et d’être heureux.

Tout d’abord, il faut faire attention aux deux aspects évoqués dans cet article. D’une part, la santé physique, puisque des maladies comme le diabète ou l’hypertension peuvent influer sur la grossesse et doivent être contrôlées. De même, il est nécessaire de mener une vie saine et de se soumettre à des contrôles médicaux pendant la grossesse.

Et, enfin, n’hésitez pas à vous rendre à une consultation psychologique pour avancer tout au long du processus, que ce soit pendant la grossesse, l’insémination artificielle ou l’avortement. Le suivi, dans ces cas, sera ce qui vous aidera à préserver votre santé mentale malgré les mauvais moments que vous traversez.

Cela pourrait vous intéresser ...
Les sens qui se développent avant la naissance
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Les sens qui se développent avant la naissance

Découvrez avec nous quels sont les sens qui se développent en premier chez le bébé, avant l'accouchement, dans le ventre de la mère.



  • Guadix, B. R., Navarro, L. M., Paredes, A. G., & Jimenez, J. F. (2012). Epidemiología del aborto de repetición. Progresos de Obstetricia y Ginecología55(7), 312-320.
  • Muñoz, M. A., & Engels, V. (2018). Etiología y tratamiento de los abortos de repetición. Toko-ginecología práctica, (761), 363-372.
  • Rodríguez Valero, C. G. (2016). Valoración de síntomas de depresión y ansiedad en pacientes con aborto espontáneo (Doctoral dissertation, Universidad Autónoma de Nuevo León).