Comment les parents peuvent-ils affecter notre santé mentale ?

· 15 octobre 2018

Parfois, l’environnement familial est un substrat vénéneux capable de générer bien plus que de la souffrance. Souvent, les parents affectent notre santé mentale. Il existe des dynamiques selon lesquelles nos géniteurs nous soumettent très prématurément à des situations de stress, d’angoisse, d’humiliation et d’insécurité. Ce sont des réalités très dures qui nous accompagnent au cours de l’âge adulte.

Oscar Wilde  affirmait dans l’une de ses oeuvre que quasiment personne n’est conscient de ce qu’il peut se passer au sein d’un foyer. Souvent, une maison avec ses fenêtres et ses portes fermées est la scène idéale pour le déroulement d’une histoire terrifiante. Celle où les mères, les pères ou n’importe quel autre membre de la famille fait naître un drame invisible. Un drame qui passe souvent inaperçu pour le reste de la société.

Ainsi, nous ne devons pas omettre une information. L’impact d’une éducation déficiente et le dommage psychologique associé peut se transmettre d’une génération à l’autre. Cela fut défini dans une étude réalité par Anne-Marie Conn, docteur du centre médical de l’Université de Rochester.

Ces traumatismes générés par le manque d’attachement, l’abus, la violence physique ou psychologique ou tout autre conditionnant pouvant affecter le développement psycho-émotionnel optimal de l’enfant n’en restent pas là. Ils évoluent, impactent la santé mentale, altèrent même notre développement cérébral et peuvent aussi déboucher sur des troubles psychologiques. Ces derniers peuvent avoir un impact sur l’éducation donnée à ses propres enfants.

« La santé mentale nécessite beaucoup d’attention. C’est un grand tabou et il faut l’examiner et la résoudre. »

-Adam Ant-

fillette en manque d'affection

Lorsque les parents affectent notre santé mentale

Les parents affectent notre santé mentale. Ainsi, un environnement familial sûr, riche en nutriments émotionnels et favorisant l’identité et l’estime personnelle est essentiel. Il nous donnera l’opportunité d’atteindre l’âge adulte en étant dotés d’habilités psychologiques exceptionnelles. Au contraire, les styles d’éducation déficitaires augmentent la probabilité d’affectation sérieuse de notre tissu psychologique.

Nous savons que dans l’actualité, la principale cause des problèmes émotionnels et comportementaux des plus petits est encore l’environnement familial et les dynamiques qui s’y inscrivent.

D’ailleurs, une étude menée par l’Université du Texas a récemment été publiée dans le Journal of Family Psychology. On y précise qu’une simple fessée peut avoir des conséquences très négatives. 

Un quelconque geste, mot ou comportement où l’agressivité est implicite ou explicite laisse des traces. Il altère le comportement de l’enfant et le pire de tout ça : l’action reste ancrée dans le cerveau de l’enfant. Ainsi, les petits grandissant dans ce type d’environnement ou sous l’ombre de certaines stratégies éducatives considérées à tort comme adéquates (fessées, styles de communication agressifs, éducation autoritaires…) ont des caractéristiques qui leurs sont propres :

  • Avoir une faible estime de soi
  • Considérer que leurs besoins personnels n’ont pas d’importance
  • Croire que le fait d’exprimer les émotions est négatif ou peu correc
  • Accepter ces dynamiques (agressivités, maltraitance, manque de respect…) comme quelque chose de commun et d’acceptable.

D’autre part, le fait de grandir dans ces contextes pousse l’enfant à cristalliser en lui chaque chose vécue d’une manière déterminée. Il est possible de surmonter le poids de ce passage sombre de la vie. Cependant, la grande majorité des individus est plus vulnérable et ils verront leur santé mentale sérieusement affectée. Voyons de quelle manière. 

Comment les parents affectent-ils notre santé mentale

L’une des manières les plus courantes de manifester l’impact d’une enfance traumatisante, ou d’une famille dysfonctionnelle, est de développer du stress chronique.

Etats de stress permanent

Lorsqu’un enfant vit dans un environnement instable où il ne ressent pas l’attachement d’une figure de référence, où il se sent en danger et non aimé, il développe du stress. Ce type de stress est aigu au début, mais à mesure que le temps passe, il acquière un état plus incisif, latent et permanent.

Ainsi, le stress chronique fini par altérer le fonctionnement cérébral. Cela affectera l’attention et la mémoire et se traduira souvent par de l’hyperactivité et une mauvaise gestion émotionnelle…

Relations de co-dépendance

Expérimenter ce manque d’attachement prématurément pousse les personnes à désirer des relations affectives fortes où se sentir acceptés et en sécurité. Cependant, la crainte constante de perdre ce lien les places dans des états d’obsession. Leur peur les pousse à créer des liens de co-dépendance.

Les parents affectent notre santé mentale de différentes manières. Comprendre que le style d’éducation et la croissance a un impact sur la vie des enfants (et des adultes de demain) est quelque chose que nous devrions considérer quotidiennement, au travers de conduites, du langage et de l’exemple donné. 

Angoisse permanente et insécurité

Grandir sans la sécurité d’une famille affectueuse et d’un environnement enrichissant où développer une identité forte favorise un développement accompagné de carences psychologiques. Un manque d’estime de soi et une absence d’espoir. Ainsi, il est très commun d’expérimenter un pessimisme chronique. L’angoisse signale en fait une absence.

L’insécurité apprise est une réalité psychologique assez commune. La personne assume que peu importe ce qu’elle fera, rien ne changera. Elle assume qu’elle manque de contrôle sur sa propre vie.

Mécanismes psychologiques pour « cacher » un passé traumatisant

L’esprit est habile. Souvent, le cerveau ne peut pas supporter le poids du traumatisme et fait usage de mécanismes psychologiques déterminés. Ces derniers permettront d’affronter le quotidien sans laisser cette ombre troubler excessivement la réalité. Cependant, cela peut nous pousser vers des cadres psychologiques qui définissent les troubles psychologiques.

Les plus communs sont les troubles dissociatifs : il s’agit d’un type d’altération dans lequel l’identité, la mémoire et la perception de l’environnement se voient affectées. C’est un effet de stress post-traumatique relativement commun reposant sur le poids d’un traumatisme.

notre santé mentale

Pour conclure, nous pouvons voir que les parents affectent notre santé mentale de différentes manières. Sortir de ces trous noirs nécessite du temps. Cela requière du courage et des forces. Avoir recours à de l’aide professionnelle et spécialisée nous aidera à reprendre le contrôle et à créer une réalité plus saine, plus digne et satisfaisante.