Comment les bandes sonores influencent-elles le cerveau ?

8 février 2019
Les bandes sonores, très utilisées au cinéma, ont une grande influence sur notre cerveau et nos émotions. Découvrez dans quelle mesure.

La musique est un langage universel. Elle est capable d’évoquer des souvenirs, de réveiller des sentiments et même de nous aider à traverser des périodes compliquées. Son impact est la raison pour laquelle elle a tant d’importance dans le monde cinématographique. Qui ne se rappelle pas de la bande sonore de son film favori ?

Pour de nombreuses personnes, il est impossible de comprendre le cinéma sans musique. Beaucoup de films sont restés dans les esprits et sont encore aujourd’hui immortels grâce à l’impact de leur fil conducteur musical. Star Wars, Autant en emporte le vent ou la scène mythique du film Psychose sont de bons exemples de cette situation.

Les bandes sonores des films ont le pouvoir de nous émouvoir. Elles sont capables de nous faire sourire, de nous perturber et même de nous faire pleurer. Tout cela est possible grâce à l’effet de la musique sur le fonctionnement de notre cerveau. Approfondissons.

La musique et le cerveau

La musique nous entoure, elle nous émeut et elle est capable de nous faire voyager dans le temps. En fait, nous cohabitons constamment avec elle. Mais, que se passe-t-il dans notre cerveau lorsque nous écoutons une mélodie ?

Selon certaines études, en plus d’avoir un passé très riche, la musique a joué un rôle très important au niveau évolutif. En étudiant la réponse cérébrale provoquée par la musique, nous avons pu observer les principales aires engagées dans le processus. Elles sont liées au contrôle et aux mouvements. Avec cette découverte il a pu être déterminé que la musique a aidé nos ancêtres à être unis et à développer des comportements altruistes.

Une étude de l’Université de Helsinki (2015) affirme que la musique classique a un effet sur les gènes que l’on associe à la sensation de plaisir. En fait, les individus qui écoutaient une composition de Mozart pendant l’expérience ont démontré une meilleure activité cérébrale. Cette dernière était encore plus importante dès lors que les sujets se familiarisent avec les morceaux.

l'influence des bandes sonores sur notre cerveau

Julius Portnoy, musicologue et philosophe, affirme que la musique peut augmenter les niveaux d’endorphines dans le cerveau. Grâce à cela, elle favorise l’apparition d’états de plaisir et de relaxation. Le fait d’écouter de la musique peut changer les taux métaboliques, les niveaux de pression artérielle, d’énergie et la digestion.

La musique s’utilise également pour le traitement de certains troubles psychologiques et certaines maladies. Elle permet d’activer un grand nombre de régions du cerveau de manière simultanée. Cette pratique est connue sous le nom de musicothérapie. Il s’agit d’un type de thérapie qui utilise la musique comme outil afin d’améliorer l’état de santé et le bien-être de la personne. D’ailleurs, on a démontré l’importance de la musique en rééducation, dans les programmes de bien-être et dans le domaine éducatif.

Comment les bandes sonores influencent-elles notre cerveau ?

Les compositeurs des musiques de film savent parfaitement comment les bandes sonores influencent le cerveau. Ils utilisent ainsi le pouvoir de la musique afin de déclencher les émotions comme ils le souhaitent. Le compositeur Bernard Herman a par exemple beaucoup insisté avant de convaincre Alfred Hitchcock d’ajouter une musique à la scène de la douche dans Psychose.

La musique au cinéma est extrêmement importante. Elle permet d’établir une relation entre l’argument et les émotions qui sont transmises au spectateur.

La musique joue un rôle fondamental pour générer la peur et l’angoisse, et non pas uniquement dans les films d’horreur. Dans les films d’action, elle joue par exemple un rôle de déclencheur. Elle permet à notre rythme cardiaque de s’accélérer et elle nous permet de ressentir le suspense dans certaines scènes. La musique peut également nous inviter à la réflexion dans les films mystérieux. Tout genre cinématographique s’enrichit lorsque la musique entre en scène.

Certaines études confirment le fait que les bandes sonores ont une influence sur le cerveau. En 2010, une étude publiée à l’Université de Californie démontra que la sensibilité que nous avons aux signaux d’alarme est très similaires à celle de certains animaux sauvages. Ce sont donc des sons utilisés par les compositeurs de bandes sonores afin de générer de l’angoisse, de l’inquiétude et du stress.

Comme nous pouvons le voir, l’influence des bandes sonores sur le cerveau est inévitable bien que souvent, nous ne nous en soyons pas conscients. En fait, la musique n’a pas besoin d’être d’une qualité optimale pour nous influencer. Quelques tons et fréquences adéquats suffisent.

l'importance des bandes sonores au cinéma

Les infrasons utilisés au cinéma

Au cinéma, il existe d’autres classes de sons (autres que les bandes sonores) affectant le cerveau : ce sont les infrasons. Il s’agit de sons émis à des niveaux inaudibles par l’être humain, mais à des fréquences produisant des réactions physiques naturelles et émotives.

Ces infrasons accompagnent les bandes sonores afin de renforcer leurs effets sur le spectateur. Ils génèrent un état émotionnel spécifique au genre du film. Grâce aux infrasons, les compositeurs sont capables de créer chez les spectateurs des émotions telles que la peur ou la tristesse, entre autres. Dans le film Paranormal Activity, des infrasons ont par exemple été utilisés afin de s’assurer que les spectateurs ressentent de l’angoisse et de la peur en regardant certaines scènes du film.

Comme nous pouvons le voir, les bandes sonores enrichissent l’expérience du spectateur au cinéma. Elles génèrent les émotions, réveillent les souvenirs et guident énormément tout au long de l’histoire. La musique est un art aux possibilités infinies qui se multiplient si nous les combinons à l’univers cinématographiques.

 

  • Moreno, J. L. (2003). Psicología de la música y emoción musical. Educatio, (20-21), 213.
  • Rebolledo, F. A. (2006). La musicoterapia como instrumento favorecedor de la plasticidad, el aprendizaje y la reorganización neurológica. Plasticidad y Restauración Neurológica5(1), 85-97.
  • Soria-Urios, G., Duque, P., & García-Moreno, J. M. (2011). Música y cerebro: fundamentos neurocientíficos y trastornos musicales. Rev Neurol52(1), 45-55.