Comment influe le climat familial sur l’éducation des plus petits ?

21 mars 2018 dans Psychologie de l'éducation et du développement 59 Partagés
famille

Éduquer des enfants n’est pas une tâche aisée. Les petits sont des êtres humains en plein développement qui apprennent petit à petit, avec l’aide de leurs parents, à réguler leurs émotions et à contrôler leurs comportements. Parfois, les progéniteurs peuvent se demander comment le faire correctement, être fatigués ou stressés à cause d’autres facteurs. Ainsi, ils peuvent en arriver à monter sur leurs grands chevaux ou à perdre leur patience, surtout quand des colères ou autres comportements considérés comme inadéquats éclatent.

Tout cela influe sur le climat familial, une chose qui est fondamentale dans l’éducation des plus petits. Cependant, même si l’effet du climat familial est connu, on a traditionnellement prêté plus d’attention à d’autres aspects comme la façon dont les parents fixent des limites ou font en sorte que leurs enfants respectent certaines normes. Ainsi, dans cet article, nous allons précisément parler de cette influence qui a été moins étudiée et prise en compte, celle qu’exerce le climat familial sur les plus petits.

« Gouvernez votre maison et vous saurez combien coûtent le bois et le riz; élevez vos enfants et vous saurez combien vous devez à vos parents. »

-Proverbe oriental-

Qu’est-ce que le climat familial ?

Pour mieux comprendre comment influe le climat familial sur l’éducation des plus petits, le premier pas consiste à identifier précisément ce à quoi nous faisons référence quand nous parlons de ce « climat familial ». Ainsi, il s’agit du bien-être ou du mal-être qui résulte de l’interaction entre les différents membres de la famille.

Ces interactions sont très variables. Elles vont des sanctions, reproches ou limitations aux aides, qualifications ou soutiens. En d’autres termes, en général, nous parlons de comportements d’interaction. Comme nous pouvons l’imaginer, ces comportements peuvent avoir un effet sur les autres membres de la famille.

famille dans un bois

De cette façon, les enfants influent sur les parents et ceux-ci influent sur leurs petits. En ce qui concerne l’éducation des plus petits, le climat familial peut influer sur le sens de l’auto-efficacité des petits, sur leur implication et sur leur motivation, sur leurs résultats à l’école et sur les comportements qu’ils adoptent dans leur routine.

Quand retrouve-t-on un climat familial négatif ?

Il faut savoir que cette influence peut être positive ou négative. Ainsi, nous parlons de climat familial négatif quand ces interactions favorisent des comportements égocentriques, violents, inappropriés ou intolérants chez les membres de la famille, interférant ainsi dans leur bien-être.

En fait, quand cela se produit, nous retrouvons une faible cohésion entre les membres de la famille ainsi qu’un nombre élevé de conflits. Cela devient donc une source de stress qui implique un mal-être émotionnel pour les enfants et les parents. Mais ce n’est pas tout. Des problèmes de comportement peuvent surgir chez les plus petits, et ceci est un clair facteur de risque pour le bien-être de tous.

Qu’est-ce qui favorise ce type de climat familial ? Nous pouvons citer certaines habitudes des parents. En fait, nous avons pu voir que faire preuve d’une autorité excessive, utiliser la punition de façon réitérée, unique et disproportionnelle contre les enfants et manquer de règles claires peut précisément favoriser le développement d’un climat familial négatif.

« Je sais pourquoi les familles ont été créées avec des imperfections. Elles vous humanisent. Elles sont faites pour que vous vous oubliiez de temps en temps, pour que le bel équilibre de la vie ne nous détruise pas. »

-Anaïs Nin-

Quand retrouve-t-on un climat familial positif ?

Tout comme le climat familial peut être négatif, il peut aussi être positif. Ceci est atteint quand les parents établissent des règles claires, utilisent leur temps libre et leur soutien plus fréquemment que les punitions, essayent de raisonner avec les petits, les écoutent, les complimentent et soutiennent ces comportements positifs qu’ils veulent que l’enfant assimile en tant qu’habitude.

De cette façon, on voit apparaître des comportements prosociaux et des attitudes d’intérêt, de respect, d’aide, de participation, de coopération et de flexibilité. Les enfants ont une plus grande autonomie, une plus grande estime de soi et ont confiance en eux : ils grandissent donc de façon plus stable et efficace, aussi bien au niveau social qu’au niveau physique, intellectuel, comportemental et affectif.

père et fils

En définitive, l’environnement familial est l’une des variables qui peut apporter ou quitter le plus de choses à l’éducation des plus petits. Le développement et la favorisation de relations adéquates et de liens familiaux est une partie essentielle pour que les enfants assimilent des modèles d’interaction qui, dans leur futur, favoriseront leurs relations sociales et la sécurité avec laquelle ils vivront dans le milieu social.

Images de Kevin Delvecchio, John Mark Kuzniet et Sebastian León Prado

A découvrir aussi