Comment aider une personne atteinte d'hypocondrie ?

18 janvier, 2021
Qu'est-ce que l'hypocondrie ? Quelle est son origine ? Que pouvons-nous faire pour aider les personnes qui en souffrent ? Dans cet article, nous essayons de répondre à ces questions.

Aider une personne atteinte d’hypocondrie n’est généralement pas facile. Être exposé aux symptômes inquiétants de ces personnes peut créer un sentiment de frustration et d’épuisement dans la famille, alors que les ressources disponibles pour aider sont limitées.

À leur tour, ces personnes peuvent souvent se sentir émotionnellement paralysées par leur environnement en ce qui concerne leurs plaintes, ce qui favorise un sentiment de solitude et d’isolement.

Que la maladie soit potentiellement réelle ou perçue, les symptômes physiques qui sont à l’origine de la plainte sont réellement ressentis. Il ne s’agit pas d’une simulation.

Même si les examens médicaux excluent la présence d’une maladie d’origine physique, les inquiétudes de la personne atteinte d’hypocondrie la motivent souvent à demander des examens et des tests supplémentaires pour confirmer ses soupçons ou pour étayer sa certitude devant les autres.

L’hypocondrie : composantes émotionnelles et comportementales

L’hypocondrie se caractérise par une préoccupation excessive pour la santé de l’individu et ses causes possibles. La composante émotionnelle clé de l’hypocondrie est la peur. Une peur qui est spécifiquement orientée vers la santé.

Ainsi, l’individu attribue la plupart des signaux qu’il reçoit du corps à une maladie potentiellement grave qui menace son bien-être et même sa vie. Dans de nombreux cas, la peur est liée à l’anxiété, étant la partie visible des troubles anxieux ; plus précisément, du trouble d’anxiété généralisée.

Un autre élément clé dans l’hypocondrie est généralement l’auto-examen répétitif autour des symptômes physiques et des changements qui peuvent se produire dans le corps (grains de beauté, poids, blessures, types de douleur…). La personne essaie ainsi de montrer que la maladie est réelle.

Une femme qui prend son pouls.

L’hypocondrie sur le Net : la collecte des maladies

Qu’est-ce qui apparaît dans les moteurs de recherche lorsque nous tapons “mal de tête” ? La lecture de certains symptômes qui caractérisent un type de maladie grave donne à la personne des indices, ou ce qu’elle pense être des indices, pour s’auto-diagnostiquer.

À partir de ce moment, la séquence habituelle consiste pour la personne à rechercher encore plus d’informations, en prêtant attention à celle qui correspond à ce diagnostic initial et en rejetant le reste – la confirmation. Ainsi, les outils de recherche sur le web deviennent une épée à double tranchant lorsqu’il s’agit de générer et d’alimenter les craintes liées à la santé.

Ces informations sont accessibles à tous. Si elles sont mal interprétées et gérées, elles peuvent susciter des craintes qui provoquent beaucoup d’anxiété chez la personne, ce qui rend l’intervention difficile dans de nombreux cas : la personne est convaincue qu’elle a un réel problème et non que ce qu’elle ressent est le produit de sa propre angoisse.

Comment aider une personne atteinte d’hypocondrie ?

Nous avons tous, à un moment donné et dans certaines circonstances, montré que nous étions quelque peu hypocondriaques. Cependant, ce type de préoccupation chez les personnes atteintes d’hypocondrie a tendance à persister dans le temps, étant peu ou pas du tout sensible à l’avis du spécialiste.

La personne est tellement convaincue de souffrir d’une maladie grave qu’elle ne trouve aucun soulagement dans les résultats des tests et l’interprétation faite par son médecin. Cela dit, nous voulons avancer quelques clés pour aider une personne atteinte d’hypocondrie :

Valider l’expérience d’une personne atteinte d’hypocondrie

C’est l’un des points les plus importants. Parfois, la personne atteinte d’hypocondrie trouve une barrière qui l’empêche d’exprimer ses symptômes et ses craintes. Par conséquent, la validation de l’expérience signifie “se mettre à la place de l’autre”, comprendre qu’elle peut se sentir ainsi dans ses circonstances.

Ce n’est pas un objectif facile. Nous renonçons généralement à l’atteindre lorsque nous utilisons des formules plus simples et plus dangereuses qui sont rendues explicites par des phrases comme celle-ci :

  • “Ce n’est rien.”
  • “Tu verras que ce que le médecin te dit n’est pas grave”.
  • “Mon père a vraiment souffert de cette maladie et si tu l’avais, tu ne serais pas comme ça.”
  • “Mais si le médecin t’a déjà dit non, pourquoi veux-tu y retourner ?”

Prendre de la distance par rapport à la boucle d’inconfort

C’est-à-dire, ne pas participer aux plaintes motivées de l’individu. Souvent, le besoin de rassurer le patient conduit à des consultations avec des connaissances ; d’une manière ou d’une autre, l’hypocondriaque a besoin que d’autres personnes lui disent que ce qu’il a “n’est rien” et même que sa maladie imaginaire aura un bon pronostic.

Ce calme qu’il obtient des autres ne dure généralement pas longtemps. De sorte que la personne ne met généralement pas longtemps à récupérer ces paroles de soulagement, entrant ainsi dans un cercle très dangereux.

Développer des activités alternatives au comportement de réassurance

À savoir, des activités qui sont au goût de l’individu. Et surtout, qui sont incompatibles avec les auto-examens effectués à la recherche de la confirmation de la maladie.

L’exercice en tant que forme de distraction peut fonctionner comme un facteur de stress dans les premiers temps. L’activité peut générer chez l’individu des signaux qui peuvent s’ajouter à tout le matériel recueilli pour étayer ses soupçons, ses craintes ou son auto-diagnostic.

Cependant, une fois que la personne a fait l’exercice approprié à sa condition physique à ce moment-là, ce qui prédomine généralement dans le corps est un sentiment de bien-être. Ce sentiment ne correspondra guère à ses craintes.

Un couple qui fait un footing.

Encourager la personne atteinte d’hypocondrie à demander de l’aide

Il est possible que la situation dépasse nos propres ressources. Cela peut épuiser notre patience et notre énergie. Il n’est jamais conseillé d’en arriver là ; il vaut mieux demander de l’aide beaucoup plus tôt.

Cependant, si nous ne l’avons pas encore fait, nous ne pouvons pas attendre plus longtemps. Il s’agit d’aider ou d’encourager la personne à rechercher une aide psychologique. La personne atteinte d’hypocondrie peut être réticente à franchir ce pas. Elle peut penser qu’en faisant cela, elle investit des ressources dans un endroit qui n’est pas à l’origine de son problème.

Dans ces cas, pour la faire venir en consultation, nous pouvons nous appuyer sur le fait qu’elle a besoin de quelqu’un pour l’aider à calmer son anxiété plutôt que de parler d’hypocondrie, même si nous soupçonnons que c’est en fait l’origine de ce qui lui arrive. Cette perspective peut la convaincre à consulter.

Martínez, M. P., Belloch, A., Botella, C. y Pascual, L. M. (2000). Tratamiento de la hipocondría: análisis de las variables predictoras del cambio. Comunicación presentada en XXX Congress of the European Association for Behavioural & Cognitive Therapies. Granada

Martínez, M. P. y Botella, C. (2004). Evaluation of the efficacy of a cognitive-behavioural treatment for hypochondriasis using different measures of change. Manuscrito sometido a publicación

Pauli, P., Schwenzer, M., Brody, S., Rau, H. y Birbaumer, N. (1993). Hypochondriacal attitudes, pain sensitivity, and attentional bias. Journal of Psychosomatic Research, 37, 745-752.

Warwick, H. M. C. y Salkovskis, P. M. (1989). Hypochondriasis. En J. Scott, J. M. G. Williams y A. T. Beck (Eds.), Cognitive therapy in clinical practice: An illustrative casebook (pp. 78-102). Londres: Routledge