Bugchasing : contraction intentionnelle des MST

Le bugchasing est considéré par certains comme une forme d'automutilation, et par d'autres, comme un moyen sûr de prendre le contrôle de quelque chose dont ils prédisent l'arrivée. Dans cet article, nous explorons ce mouvement.
Bugchasing : contraction intentionnelle des MST

Dernière mise à jour : 14 mai, 2021

Dans la vie, il y a toutes sortes de personnes. Certaines cherchent délibérément à se faire du mal. Le bugchasing est un exemple d’une exposition au danger recherchée consciemment.

Le bugchasing est un mouvement que pratiquent de plus en plus de personnes. C’est une pratique dans laquelle les gens contractent intentionnellement des maladies sexuellement transmissibles.

Tout au long de cet article, nous vous en disons plus sur cette pratique. Vous pouvez découvrir avec nous de quoi il s’agit et quelle est la motivation des personnes impliquées.

Le bugchasing, qu’est-ce que c’est ?

Le bugchasing est un mouvement et une sous-culture, apparue à la fin des années 90 aux États-Unis. Le nom vient de l’anglais, et signifierait en français “chasse aux microbes” ; le microbe serait le virus de l’immunodéficience humaine (VIH). Le chasseur est celui qui essaie de contracter le virus.

Ceux qui donnent le virus sont appelés gifgivers. Autrement dit, ceux qui transmettent le virus. Il y a donc des gens qui sont porteurs et infectés, et qui d’un commun accord pratiquent des pratiques de transmission du virus.

Maintenant, qu’est-ce qui suscite la curiosité à propos de cette pratique ? Le porteur et la personne infectée savent de manière préméditée qu’ils vont infecter ou être infectés par le VIH, un virus qui présente de grands risques pour la santé.

C’est donc une pratique qui, bien que dangereuse, est volontaire. Il n’est pas encore établi si les personnes qui veulent le faire le font sous la manipulation. Quoi qu’il en soit, le bugchasing a déjà déclenché des alarmes dans différentes agences de santé.

La motivation du bugchasing.

Quelle est la motivation d’appartenance au mouvement ?

Les motivations peuvent être diverses et dépendront en grande partie du caractère unique de chaque personne. Par exemple, il a été observé que la motivation de certaines personnes pouvait être associée à :

  • La peur. Ceux qui veulent contracter le VIH et sont associés à ce mouvement affirment qu’être infecté par ce virus est quelque chose d’inévitable. Ils préfèrent donc décider quand le contracter.
  • Au fait de considérer le VIH comme un virus médicalement gérable. La recherche montre que cela réduit l’impact de la perception de ce que cela pourrait être de vivre avec le VIH. C’est ce que suggèrent Gabriela H. Breitfeller et Amar Kanekar dans leur révision de la littérature qu’ils ont intitulée “Intentional HIV transmission among men who have sex with men: a scoping review“.
  • À l’érotisme. Ceux qui cherchent à être infectés perçoivent le risque d’être infecté comme érotique. De plus, ils estiment que les rapports sexuels protégés suppriment la possibilité de subir des actes sexuels improvisés. Et ceux qui infectent considèrent comme érotique le fait d’infecter quelqu’un avec leur virus.
  • À la solitude. De nombreux hommes séronégatifs ont le sentiment d’avoir été laissés pour compte en tant qu’amoureux. Et de nombreux séropositifs ressentent également le fardeau de la solitude à cause de la présence du virus. Ces raisons motivent les deux parties à se lancer dans le bugchasing.
  • À la culture homophobe. Cela pourrait être une réponse à la culture de l’homophobie qui a stigmatisé les homosexuels, notamment les séropositifs, victimes de marginalisation.

En outre, il existe des théories selon lesquelles ce comportement est associé à la personnalité du sujet. Dans certaines études, il a même été observé que certaines personnes associées à ce mouvement manifestent de l’intérêt pour des activités telles que la scatophilie, la miction, l’exhibitionnisme et les traits de dépendance.

Bugchasing et solitude.

Pourquoi le bugchasing est- il un mouvement ?

On parle d’un mouvement, car cette pratique concerne un groupe de personnes qui ont des intérêts communs et qui promeuvent des pratiques avec un fil conducteur. Il ne s’agit pas que d’une personne intéressée à être infectée ou à infecter. Ce groupe de personnes cherche à avoir des relations sexuelles pour contracter le VIH, et font la promotion de cette pratique.

Les personnes impliquées dans le bugchasing revendiquent leur libre choix en matière  de pratiques sexuelles non protégées et ne voient pas ce qu’elles font comme un produit de déviation sexuelle.

Cependant, comme il s’agit d’une pratique qui met la santé en danger, diverses investigations sont en cours. Soit pour lancer des stratégies de prévention, soit pour une meilleure compréhension de ce comportement.

Actuellement, cette pratique se retrouve dans le monde entier et se répand de plus en plus. Les personnes qui souhaitent appartenir ou qui font déjà partie de ce mouvement sont même contactées via les réseaux sociaux.

Cela pourrait vous intéresser ...
Le syndrome d’excitation génitale persistante
Nos PenséesLisez-le dans Nos Pensées
Le syndrome d’excitation génitale persistante

Imaginez que vous n'ayez plus le contrôle de votre corps ? C'est ce que vivent les personnes qui souffrent du syndrome d'excitation génitale persistante.



  • Breitfeller, G.H., & Kanekar, A. (2012). Intentional HIV transmission among men who have sex with men: A scoping review. Gay and Lesbian Issus Psychology Review, 8 (2), 112.