Biographie de Kurt Gödel, "Monsieur Pourquoi"

La contribution de Kurt Gödel aux mathématiques et aux sciences est énorme. Sa théorie de l'incomplétude a réussi à révolutionner les fondements mêmes de la logique, mais a en même temps posé des bases importantes pour l'informatique et les développements de la physique quantique.
 

Kurt Gödel est, sans aucun doute, l’un des plus grands mathématiciens de tous les temps. Grâce à ses contributions, les fondements des mathématiques, tels qu’ils étaient compris jusqu’alors, ont été bouleversés. Non seulement il a prouvé qu’il y avait des incohérences dans ce qui était connu, mais il a aussi montré que la logique a des limites importantes.

Ce merveilleux scientifique est également la preuve que la raison et l’irrationnel peuvent parfaitement coexister. Et ce tant dans une théorie que chez les êtres humains eux-mêmes.

Kurt Gödel était un homme absolument brillant, mais il portait aussi des convictions totalement irrationnelles. C’était un génie paranoïaque dans lequel l’intelligence et la folie coexistaient simultanément.

En d’autres termes, ce que Kurt Gödel a prouvé, c’est que toutes les vérités mathématiques ne pouvaient pas être prouvées. Ou, comme l’a dit un article de la BBC : « Ce que Gödel a fait, c’est (sic) utiliser les mathématiques pour prouver que les mathématiques ne pouvaient pas tout prouver en mathématiques« . De ce postulat, il découle donc qu’il existe des vérités, mathématiques et autres, qui, bien que vraies, ne peuvent être prouvées.

Les formules mathématiques de Kurt Gödel

Kurt Gödel, Monsieur Pourquoi

Le surnom « Monsieur Pourquoi » lui a été donné par sa propre famille. Gödel s’est toujours montré une personne marquée par une curiosité débridée pour le monde. Il voulait tout savoir et pour tout il avait besoin de trouver une explication. Il n’a donc cessé de poser des questions et, par conséquent, il a mérité son fameux surnom.

Kurt Gödel est né le 28 avril 1906 dans une ville appelée Brünn. Elle appartenait à l’époque à l’Empire austro-hongrois et est devenue plus tard partie intégrante de la Tchécoslovaquie. Aujourd’hui, elle fait partie de la République tchèque. En tout cas, la question des nationalités était très compliquée pour lui.

Il est issu d’une famille allemande et ne parle pas le tchèque. Avec la disparition de l’empire, il est devenu citoyen tchèque du jour au lendemain. Comme il ne se sentait pas appartenir à cette nation, il décida de devenir un ressortissant autrichien en 1923. Plus tard, l’Allemagne a annexé l’Autriche et il est devenu citoyen allemand. Finalement, après la Seconde Guerre mondiale, il est devenu citoyen américain.

 

L’œuvre incroyable de Gödel

Avant Kurt Gödel, les mathématiques étaient le domaine de la certitude absolue dans le paysage scientifique. En d’autres termes, c’est là que vit ce que tout scientifique recherche : la vérité. Ce fait semblait incontestable jusqu’à ce que des signes de crise commencent à apparaître.

Au début du XXe siècle, le mathématicien Georg Cantor avait semé des graines de doute qui ont fini par se nourrir des paradoxes de Russell.

David Hilbert, un célèbre mathématicien, a voulu tourner la page et prouver que les fondements de sa science étaient aussi solides qu’ils ne l’avaient jamais été. Il a fait un effort remarquable jusqu’à l’apparition de la thèse de diplôme d’un jeune homme nommé Kurt Gödel qui a réussi à prouver exactement le contraire.

Kurt Gödel avait obtenu son diplôme avec mention à l’université de Vienne avec une thèse de seulement 11 pages dans laquelle il postulait sa théorie de l’incomplétude. Grâce aux mathématiques, il a réussi à prouver qu’il y aura toujours au moins une proposition qui ne pourra pas être prouvée, même si elle est vraie.

 

En 1936, un de ses professeurs est assassiné par un nazi. Cet événement provoque une dépression nerveuse chez Gödel. Il doit alors être soigné dans divers établissements psychiatriques.

Des formules mathématiques sur un tableau noir

Un travail de longue haleine

En 1938, Kurt Gödel épouse Adele Nimbursky, une ex-danseuse de six ans son aînée. Ils resteront unis jusqu’à la mort du mathématicien.

L’année suivante, il a été jugé apte au service militaire par les Nazis. Le couple a alors décidé de s’enfuir aux États-Unis, en prenant l’épuisant train transsibérien. Ils arrivent à Princeton, où Gödel poursuit son travail.

Son amitié avec Albert Einstein était proverbiale. On les voyait souvent sur le campus se promener le soir et discuter sans fin.

Gödel était également un grand étudiant en philosophie et ses connaissances mathématiques et ses préoccupations philosophiques l’ont amené à postuler la « démonstration ontologique de Gödel ». Ce postulat consiste, en quelques mots, en une tentative de prouver l’existence de Dieu.

Pendant une grande partie de sa vie, Kurt Gödel a été assailli par des pensées paranoïaques et des états dépressifs. Il n’était pas facile de réaliser que toutes les vérités étaient en cause, même cette vérité même.

 

Il était convaincu que quelqu’un voulait l’empoisonner, et il n’a donc accepté de manger que ce que sa femme avait préparé. Cependant, sa femme tombe malade et passe six mois à l’hôpital ; pendant ce temps, le grand génie meurt de faim.

Alonso, E. (2007). Sócrates en Viena: una biografía intelectual de Kurt Gödel. Editorial Montesinos.