Auto-exigence et réseaux sociaux, un piège dangereux

Quiconque utilise les réseaux sociaux comme miroir est voué à se sentir imparfait. Car dans ce monde numérique dominé par les filtres et les faux bonheurs, on nous fait croire que seuls ceux qui travaillent dur atteignent ces précieux objectifs qui sont récompensés par des milliers de likes.
Auto-exigence et réseaux sociaux, un piège dangereux
Valeria Sabater

Rédigé et vérifié par Psychologue Valeria Sabater.

Dernière mise à jour : 28 novembre, 2022

S’il y a bien quelque chose qui nous pousse presque tous les jours à la comparaison sociale, ce sont les réseaux sociaux. Il est vrai que c’est un domaine des plus stimulants, que les réseaux sociaux invitent à l’apprentissage et qu’ils représentent de fabuleux outils pour nous connecter et nous tenir informés. Cependant, comme la plupart des domaines liés aux nouvelles technologies, ils ont aussi leur côté obscur.

Ainsi, des espaces comme Instagram ou TikTok sont des sortes de trous noirs du quotidien dans lesquels de nombreuses personnes – surtout les plus jeunes – cherchent à se divertir et tombent dans plus d’un piège. Ceux dans lesquels ils croient que le plus important se passe sur un écran. Cela pousse de nombreux adolescents à utiliser ces applications comme des miroirs avec lesquels « déconstruire » leur propre image.

Ce qu’ils y voient au quotidien est une version romancée d’une réalité construite à partir de filtres. C’est aussi un univers dans lequel chaque influenceur fait très attention à ce qu’il montre. Car la perfection attire, suscite la fascination et il faut lui donner la meilleure forme possible étant donné que tout cela se traduit par des milliers de likes.

La tyrannie du « parfait », qu’il s’agisse d’un corps ou d’un mode de vie, appelle à l’auto-exigence la plus destructrice. C’est un engagement qui, loin de nous permettre d’atteindre notre meilleure version (saine), nous conduit à l’épuisement et à l’échec lorsqu’il s’agit d’atteindre un objectif irréaliste (pathologique).

Le perfectionnisme n’apporte pas le bonheur : c’est plutôt un mode d’existence dans lequel, tôt ou tard, on tombe dans l’abîme de l’anxiété et de la dépression.

fille qui souffre de la relation entre l'auto-exigence et les réseaux sociaux
Les études nous disent que les réseaux sociaux renforcent de plus en plus notre auto-exigence et le besoin d’être parfait.

La culture du malheur : auto-exigence et réseaux sociaux

Actuellement, l’auto-exigence est un trait socialement souhaitable. Par rapport à cela, bien qu’il soit positif et conseillé de renforcer notre sentiment d’amélioration personnelle, tout a une limite, un équilibre, une bifurcation qui nous permet de ne pas aller vers la souffrance et le rejet de soi.

En moyenne, les perfectionnistes les plus obsessionnels et les plus exigeants poursuivent un standard irréaliste et complètement impossible, ce qui les conduit à maintes reprises à l’échec – avec ce qui en découle : sentiments d’inadéquation, de faillibilité, de mépris de soi et une lente destruction de l’estime de soi.

Ce qui est triste, c’est que nous vivons dans une culture qui nous pousse à être meilleurs. Marketing, publicité, cinéma, mode… Nous parlons de scénarios dans lesquels tout semble avoir un niveau de qualité très élevé. En ce sens, la tâche de s’accepter et de s’aimer se complique quand on voit beaucoup plus de défauts dans notre vie que dans la vie des autres.

Auto-exigence et réseaux sociaux forment un binôme très problématique auquel nous devrions faire plus attention.

Les jeunes sont de plus en plus perfectionnistes et exigeants

Des recherches de l’Université de Bath soulignent que les nouvelles générations font preuve d’un plus grand perfectionnisme que leurs parents. Au fil des décennies, ce facteur de personnalité monte en puissance et le lien qui semble le favoriser est celui des réseaux sociaux. Pour comprendre cette relation, nous devons prendre en compte un certain nombre de facteurs.

Le premier concerne le temps que les adolescents passent devant un écran. En moyenne, ils peuvent passer environ cinq heures par jour, peut-être plus. On pourrait dire que les jeunes entre 13 et 29 ans ont construit leur identité à travers des réseaux comme Instagram, YouTube, TikTok, Twitch, etc.

Ces petits mondes virtuels sont habités par des gens qui vivent des vies parfaites, qui ont une image attirante et qui ont accompli des choses exceptionnelles (comme avoir des millions de followers). Les héros du XXIe siècle sont, pour la plupart, des influenceurs auxquels les jeunes se comparent. C’est alors que cette exigence quotidienne commence : celle d’avoir le même corps ou d’atteindre les mêmes objectifs que ces références qu’ils admirent.

Les réseaux sociaux ne sont pas les seuls à faire que de nombreuses personnes se rejettent parce qu’elles ne sont pas comme ces célébrités qu’elles suivent. La culture et même notre éducation nous inculquent l’idée que nous devons être les meilleurs, les plus parfaits et infaillibles.

Le charme des réseaux sociaux et le perfectionnisme autocritique

L’auto-exigence et les réseaux sociaux tracent cette ligne derrière laquelle la santé mentale s’effondre et se retrouve mise en échec. Il faut comprendre que derrière une grande partie des troubles du comportement alimentaire (TCA), par exemple, se cachent plusieurs choses, qui vont d’une forte exigence de soi au perfectionnisme le plus obsessionnel – en passant par la rigidité cognitive et le besoin de contrôle.

Des lieux comme Instagram ont tendance à attirer de nombreux jeunes qui ont déjà une faible estime de soi. S’exposer à un monde chargé de filtres, de gens qui réussissent et qui font preuve d’une grande attractivité physique, incite ces garçons et ces filles à des comportements souvent pathologiques pour atteindre ces corps ou ces objectifs impossibles.

Il faut préciser qu’il est plus susceptible que cela se traduise par de l’anxiété, une dépression ou un trouble de l’alimentation, lorsqu’un perfectionnisme autocritique se retrouve renforcé. C’est-à-dire que ce sont ces dynamiques où nous ne supportons pas de faire des erreurs, où nous nous punissons et nous méprisons de ne pas être comme nos références ; d’être, par essence, imparfait. En d’autres termes : humains.

Vous recherchez la perfection ? Est-ce que tout ce que vous faites doit être impeccable et sans faille ? Vous punissez-vous lorsque vous prenez du poids ou que vous n’êtes pas assez attirant ? Alors, vous êtes tombé dans le piège de l’auto-exigence et du malheur.

Garçon regardant le mobile la nuit représentant le lien de l'auto-demande et des réseaux sociaux
Le perfectionnisme à outrance augmente de manière exponentielle ces dernières années du fait des réseaux sociaux, que nous utilisons pour nous comparer aux autres.

Accepter notre imperfection, le remède à l’anxiété

Il existe un principe qui naît dans la théorie de la comparaison sociale définie par Leon Festinger en 1954 et qui mérite d’être rappelé. Nous avons naturellement tendance à nous comparer aux autres. Parfois, nous prenons la réalité qui nous entoure comme ce miroir dans lequel nous regarder et nous scruter pour voir quelles similitudes nous avons et, surtout, ce qui nous différencie de ceux que nous observons.

Nous aspirons aux triomphes des autres, nous rêvons du corps de ceux que nous admirons et nous aspirons, avant tout, à être comme le dicte notre culture. C’est-à-dire parfaits et avec beaucoup de succès. Peu de récits sont aussi trompeurs et déformés que ces tyrannies qui nous sont vendues sur des espaces comme Instagram, Facebook ou TikTok.

Il faut apprendre très tôt aux enfants la nécessité de s’accepter, de faire des efforts pour obtenir ce qu’ils veulent, mais en étant tolérant vis-à-vis de l’imperfection. L’auto-exigence et les réseaux sociaux constituent cette équation dont nous devons les protéger, en les initiant au bon usage de ces applications et en favorisant un bon dialogue interne.

Si nous réduisions ces quotas d’auto-exigence, nous allégerions les quotas d’anxiété et de mal-être. Le bien-être psychologique, c’est avant tout la saine capacité à tolérer nos erreurs pour en tirer des leçons. L’équilibre mental, c’est nous apprécier tel que nous sommes, avec nos vertus et nos imperfections, sans être obsédés par de faux idéaux construits sur la base de filtres et de demi-vérités.

Cela pourrait vous intéresser ...
Comment les réseaux sociaux influencent-ils l’image corporelle ?
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Comment les réseaux sociaux influencent-ils l’image corporelle ?

L'image corporelle de soi semble de plus en plus déconnectée de la réalité avec l'utilisation massive des réseaux sociaux.



  • Curran, T., & Hill, A. P. (2019). Perfectionism is increasing over time: A meta-analysis of birth cohort differences from 1989 to 2016. Psychological Bulletin, 145(4), 410–429. https://doi.org/10.1037/bul0000138
  • Crusius, Jan & Corcoran, Katja & Mussweiler, Thomas. (2022). Social Comparison: A Review of Theory, Research, and Applications.

Le contenu de Nos Pensées est uniquement destiné à des fins informatives et éducatives. Il ne remplace pas un diagnostic, un conseil ou un traitement professionnel. Si vous avez le moindre doute, il est conseillé de consulter un spécialiste de confiance.