Apprenez à supporter un NON

12 septembre 2016 dans Psychologie 0 Partagés

Il existe des milliers de textes qui parlent du thème suivant : “apprendre à dire non”.

Le sujet est important, sans aucun doute, mais tout comme vous devez apprendre à refuser lorsque c’est nécessaire, il est important d’accepter le non des autres.

Bien sûr, il y a des non qui sont plus difficiles à accepter, mais ils sont présents dans la vie de tous et de fait, ce sont d’excellentes opportunités pour s’améliorer.

Pour apprendre à reconnaître l’importance de savoir accepter une réponse négative, il est important de penser à ce que se passerait si on nous disait toujours oui.

Imaginez un enfant à qui on concède toutes les demandes. Il deviendrait sûrement capricieux, obstiné et il donnerait peu de valeur à ce qu’il a. C’est la même chose qui survient avec un adulte et n’importe quelle personne.

Désirer l’impossible, être insensible à la peine des autres, voilà deux grandes maladies de l’âme.”
-Bias de Priène-

Il est possible que la plupart des personnes se souviennent tout particulièrement d’épisodes où la première réponse a été un non qui est ensuite devenu un oui.

Tout cela, qui implique effort, dépassement et lutte, est profondément stimulant pour la vie.

Les limites raisonnables n’entravent pas notre liberté mais garantissent notre santé mentale et notre développement. À de nombreuses reprises, nous devrions remercier ces refus.

Les limites sont ce qui permet de mettre en jeu le désir de tout réussir. La difficulté est ce qui active nos ressources intellectuelles et émotionnelles.

En même temps, cela nous permet de grandir, de mûrir et de découvrir tout ce dont nous sommes capables d’être et de faire. Cela nous aide aussi à développer la confiance en nous et à identifier notre place dans le monde.

Les multiples bienfaits du NON

Au fond, personne ne veut recevoir un NON en guise de réponse, surtout si c’est sur quelque chose de très important dans notre vie.

Qu’on ne nous aime plus, ou que l’on ne veuille plus continuer une relation peut être dévastateur. Qu’on nous refuse un emploi rêvé, ou que nous ne puissions pas voyager à l’endroit où nous voulions aller.

Peut-être que nous ne pourrons pas débuter certaines études, ou compter sur une bourse indispensable. Tous ces sujets font énormément souffrir.

Femme-fatiguee-de-supporter-la-vie

En même, aussi douloureux soit un refus, il nous ouvert aussi de grands bienfaits. Les voici :

  • Il favorise l’identification et l’acceptation d’autres points de vue. Il est important d’apprendre qu’un refus est rarement un signe de rejet envers votre personne. Cela obéit simplement à la règle qui fait que à l’autre voit les choses différemment.
  • Le NON oblige à revaloriser les objectifs. C’est une opportunité immémorable qui permet de soupeser l’importance de ce que l’on vous propose. Peut-être que vous allez finir par “re-peser” vos priorités et par changer d’objectif.
  • Il aide à mettre en évidence des caprices et des obsessions. Quand le NON est réitératif, peut-être qu’il s’agit d’un appel pour que vous soyez conscient que vous n’êtes pas prêt à quelque chose. Il est possible que vous vous entêtiez alors que ce que vous voulez faire n’a pas vraiment de sens pour vous.
  • Il stimule l’imagination et la capacité de réussite. Si cela correspond à quelque chose que vous voulez vraiment atteindre, cela peut permettre de faire surgir de nouvelles actions ou idées créatives.

Dépasser un NON

Les meilleures histoires et le meilleur de nous-même débutent souvent avec ce moment. Et c’est également ainsi que commencent les pires périodes.

Comme toujours, l’important se trouve dans la manière où chacun accepte la réalité. Il est évident que ce mot est l’une de ces réalités qui révèle qui nous sommes véritablement.

Homme-entoure-de-tigres

Tout d’abord, ce que produit un NON, c’est nous sortir de notre zone de confort. Il opère comme un point de rupture, dont le message essentiel est tout simplement : interdit de continuer dans cette direction.

C’est de là qu’émergent des réponses inattendues et qui dépendent du type de personne que vous êtes, et de l’importance pour vous d’obtenir ce que l’on vous refuse.

Quand la maturité n’est pas au rendez-vous, ce qui suit est souvent une défaite. Quand l’on a confiance en soi, le défi est souvent relevé.

La première étape pour dépasser un refus est de l’accepter. Et l’accepter suppose de comprendre que refuser quelque chose est une possibilité légitime qu’a un employeur, un conjoint, le système financier ou quoi que ce soit.

Personne ne gagne les choses simplement car il les désire par-dessus tout ou parce qu’il est qui il est.

Femme-1

La deuxième étape pour dépasser un refus est la consultation de nos désirs les plus intimes. Ce que nous voulons est-il si important que nous nous devons d’insister ?

Quels sont les messages cachés derrière ce refus ? Sont-ils à l’origine d’un manque de reconnaissance de notre part, ou d’une mauvaise lecture de la situation ?

Les réponses à ces questions, sans aucun doute, vous mèneront à un niveau supérieur.

A découvrir aussi