Apprendre à valoriser ses propres efforts (même si d’autres ne le font pas)

11 décembre 2018
L'effort est synonyme de mouvement, d'émotion, de pensée. 

Peu de dimensions mobilisent autant de ressources et d’énergie que ces petits progrès et triomphes personnels que nous vivons au quotidien pour atteindre un objectif. Car il est très important d’apprendre à valoriser nos propres efforts sans attendre que les autres le fassent Sans prendre en compte des reproches ou des critiques qui, au lieu de nous aider, nous démotivent.

Quand avez-vous réussi quelque chose pour la dernière fois ? Avez-vous un projet dans la tête en ce moment? S’il y a bien une chose que nous savons tous, c’est que vivre implique d’être toujours en mouvement, de générer des changements, de promouvoir des réussites, de donner forme à une réalité qui s’ajuste à nos rêves ou besoins. Aujourd’hui, nous pouvons avoir pour objectif de préparer cette fête d’anniversaire pour notre enfant. Demain, nous devrons remettre un projet au travail. Et dans quelques mois peut-être, notre plus grand défi sera de passer un concours.

Tout au long de notre cercle vital, nous traçons de petits et de grands objectifs qui nous « obligent » à donner le meilleur de nous-mêmes. Et cela, comme nous le savons, n’est pas facile. Il faut du temps, il faut mettre certaines choses de côté. Il faut souffrir, dans la plus grande partie des cas, et parfois même être obligés d’établir des filtres vis-à-vis de notre entourage pour ne pas perdre notre motivation.

Effort et souffrance

Certains de nos lecteurs connaissent probablement l’oeuvre de R. Tait McKenzieCe sculpteur, médecin et athlète a réfléchi au concept d’effort dans ses oeuvres. Il n’était pas seulement doué en tant qu’artiste. Grâce à lui, on a surtout pu établir les bases de la physiothérapie moderne.

Ainsi, l’une des idées qu’il transmettait constamment dans ses sculptures et aussi à ses propres patients était que même si un rêve, un objectif sportif ou personnel requérait un grand effort et une grande souffrance, le cerveau devait toujours être satisfait. L’esprit est sans aucun doute un autre muscle très puissant que nous devons apprendre à travailler.

« Apprenez à gérer vos états et vous pourrez être le plus talentueux de tous; en revanche, si vous vous laissez vaincre sur le plan émotionnel, vous ne réussirez à rien. »

-Jordan Belfort-

homme devant apprendre à valoriser ses propres efforts

 

Valoriser vos propres efforts, la clé du bien-être

Apprendre à valoriser vos efforts est le premier échelon de la croissance personnelle. Il faut pour cela avancer sur le sentier de l’incertitude, en supportant la vue de la pente qui se dessine non loin de nos pieds. Nous devons comprendre que cela est plus que nécessaire, pour une raison très simple. Le chemin pour conquérir un objectif peut être infiniment solitaire. Il est habituel de recevoir des critiques, de faire face à l’absence de confiance d’un proche qui nous fait comprendre que nous ne sommes peut-être pas à la hauteur.

Pour ne pas douter de soi, il faut comprendre un aspect qui est lié à notre neurobiologie. Le cerveau humain est créé pour « grandir » avec l’effort. En fait, des neuroscientifiques reconnus, comme Kelly Lambert, de l’Université de Richmond, ont publié un travail très intéressant. Ils nous parlent d’une région cérébrale particulière qui est liée à cet aspect. 

Il existe tout un réseau de neurones qui connecte le noyau accumbens au striatum et au cortex préfrontal. Ces aires créent ce que le docteur Lambert appelle « le circuit de récompense impulsé par l’effort ». Qu’est-ce que cela veut dire? Tout simplement que quand on unit l’action, la pensée et l’émotion pour atteindre un objectif concret, le cerveau change. Il se motive et sa neuroplasticité commence à se développer.

Par ailleurs, ces neuroscientifiques nous révèlent que la valeur de l’effort est essentielle pour surmonter des troubles dépressifs et d’autres réalités psychologiques complexes. Des facteurs comme le mouvement, l’implication dans des tâches créatives et la focalisation de nos pensées vers un objectif clair (la récupération) favorisent cet éveil neuronal qui peut nous aider à noter de grands progrès.

« La seule chose qui importe, c’est l’effort. »

-Antoine de Saint-Exupéry-

valoriser ses propres efforts

Quel que soit le résultat, l’effort est synonyme de croissance

La société elle-même ne récompense pas toujours ceux qui font le plus d’efforts. Elle choisit simplement de récompenser ceux qu’elle veut.

Parfois, nous échouons. Nous n’arrivons pas à atteindre ce que nous voulons et ce en quoi nous croyions au début. En fait, des études comme celle réalisée par le docteur Raimond Kusurkar à l’Université d’Amsterdam en 2012 nous expliquent que la motivation et l’effort améliorent le rendement des élèves.

Cependant, cela ne garantit pas à 100% que ces derniers obtiennent constamment de bons résultats. Il existe de nombreux facteurs qui déterminent une qualification. L’élève ne les contrôle pas tous.

Au-delà de tout cela, il faut songer à un aspect clé: valoriser ses efforts signifie poser les bases de l’estime de soi et de l’amour propreEn faisant cela, nous apprenons à ne pas dépendre de l’opinion des autres pour bâtir nos propres projets.

Par ailleurs, tout effort est synonyme de croissance, d’apprentissage et de valeur ajoutée. Peu importe le résultat obtenu. Il s’agit de valeurs exceptionnelles que personne ne peut nous enlever.

En fin de compte, peu importe si nous atteignons cet objectif tant désiré aujourd’hui ou demain. C’est parfois lors de ce voyage aux côtés de l’effort et de la motivation que nous découvrons d’autres sentiers. D’autres buts qui deviennent plus significatifs. L’essentiel est de toujours se réveiller avec des rêves. Et de ne pas négliger cet amour propre qui nous permet d’être fiers de ce que nous avons fait.