Apprendre à se fâcher : un véritable défi

26 mai 2018 dans Curiosités 0 Partagés
personne qui serre les poings

Nous savons tous quand quelque chose nous dérange. Ou quand nous nous comportons de façon rancunière et vindicative. Mais savons-nous réellement identifier la situation qui nous met en colèreComment pouvons-nous apprendre à nous fâcher et à afficher cette émotion au bon moment et avec la personne adéquate? Tout cela demande un travail sur soi.

Apprendre à se fâcher est un défi que beaucoup de personnes n’arrivent pas à surmonter. Cela signifie apprendre à tolérer la frustration et savoir la canaliser de façon adéquate. Il ne faut pas la détourner. Elle ne doit pas non plus affecter d’autres domaines que celui concerné et ne doit pas dépasser une durée raisonnable. Se fâcher demande un travail intrapersonnel, c’est-à-dire un travail sur soi, et interpersonnel, avec les autres.

Prenons un exemple pour comprendre l’importance de la colère. Un couple se dispute à la maison; chacun crie à l’autre ce qu’il pense de lui et l’affaire en reste là. L’un des membres du couple va ensuite au travail et, face à la moindre petite faute, s’énerve contre l’un de ses employés sans lui permettre de répondre.

Cette personne, n’ayant pas la possibilité d’expliquer pourquoi elle a commis cette erreur, rentre chez elle et dispute son enfant pour une cause quelconque. Elle le punit ensuite. L’enfant, à son tour, une fois à l’école, a une altercation avec un camarade parce que ce dernier lui parle mal. Cette chaîne pourrait continuer indéfiniment. Elle pourrait s’être terminée avec le couple résolvant son problème en parlant; les membres pourraient avoir chacun défendu leur point de vue.

Apprendre à se fâcher signifie apprendre à gérer et canaliser la frustration.
Partager

apprendre a se fâcher

Identifier la situation qui nous met en colère

Il se peut que l’erreur consiste à croire que ce sont les éléments externes ou les autres qui nous mettent en colère. En réalité, il s’agit d’une chose qui fait partie de nous. Tout le monde ne se fâche pas pour une même chose. Tout le monde ne se fâche pas en même temps. Le premier défi consiste donc à identifier les actes ou les mots concrets qui ont déclenché notre signal d’alarme.

Lorsque nous sommes capables d’identifier ce premier fait, nous pouvons commencer notre travail et le freiner. Nous connaître nous donne des outils pour nous comprendre et savoir que nous ne tolérons pas certaines choses. En effet, celles-ci peuvent affecter une partie de nous que nous n’aimons pas ou ne connaissons pas. Nous devons donc continuer à effectuer un travail sur nous.

Se fâcher est une chose normale et saine. Cependant, il est de notre responsabilité de savoir nous mettre en colère avec la personne adéquate et au bon moment. Nous ne devons pas laisser cette rage se prolonger. Pour cela, il faut dire ce qui ne nous plaît pas et nous fait nous sentir mal à l’aise. Taire ce qui nous met en colère n’est pas une solution permanente au problème.

Savoir communiquer sa colère

La meilleure technique pour communiquer ce qui ne nous plaît pas peut être schématisée en plusieurs étapes. Le prologue consisterait à nous calmer pour parler tranquillement et chercher des solutions. Les cris mènent rarement à un bon entendement. Les étapes postérieures peuvent être:

  • Montrer comment nous nous sentons : il est important de montrer ce que nous ressentons personnellement et non de commenter les actions ou les mots de l’autre. Il y a une différence entre « je me sens mis-e à l’écart quand tu ne prévois rien avec moi » et « ça me met en colère de voir que tu t’en vas avec tes amis ».
  • Contextualiser le problème : il faut éviter d’utiliser des expressions comme toujours, jamais, tout le monde… Savoir délimiter et rendre un problème concret aide aussi à l’exprimer et à le résoudre. Par exemple, il n’y a rien à voir entre « tu es toujours avec eux » et « cela fait plusieurs jours que tu passes du temps avec certaines personnes ».
  • Montrer ce que l’on veut : il s’agit de montrer ce que nous aimerions réellement. Par exemple, « j’aimerais que tu continues à voir tes ami-e-s mais que tu n’oublies pas non plus de prévoir des choses avec moi ».
  • Faire preuve d’empathieen d’autres termes, essayer de comprendre pourquoi l’autre agit d’une certaine façon nous aide à ne pas percevoir les actions ou les mots comme une offense. La situation peut donc se résoudre d’une façon plus efficace: « je comprends que tu veuilles profiter de tes amis de temps en temps ».
  • Proposer des solutionsc’est là que se situe le défi le plus important. Nous ne montrons pas seulement ce que nous ressentons: nous exprimons aussi ce que nous voulons. « Nous pourrions chercher des moments où nous sommes tous les deux libres pour continuer à faire des activités ».

couple qui parle : communiquer pour apprendre à se fâcher

Apprendre à se fâcher requiert du travail et de la pratique. Cependant, cela nous permet de nous sentir mieux et d’améliorer nos relations, aussi bien avec nous-même qu’avec les autres. Ne remettez pas ce travail à plus tard et faites face à ce défi. Savez-vous vous fâcher ?

A découvrir aussi