Alexander Luria, biographie du pionnier de la neuropsychologie

Alexander Luria est l'un des psychologues les plus importants de l'histoire. Il a trouvé plusieurs des ponts qui relient la neurologie à la psychologie. Son travail représente une étape importante, et pendant des années, il a été la principale référence dans la plupart des facultés de la planète.
Alexander Luria, biographie du pionnier de la neuropsychologie

Dernière mise à jour : 01 août, 2021

Alexander Luria a peut-être été le premier neuropsychologue au sens strict du terme. Cette branche de la connaissance unit la connaissance de la neurologie à celle de la psychologie, ce qui semble aujourd’hui évident, mais il y a moins d’un siècle, c’était étonnant.

La grande inspiration d’Alexander Luria était Lev Vygotski, qu’il a rencontré à Moscou alors qu’il commençait tout juste sa carrière. L’influence qu’il exerça sur Luria fut telle qu’on dit souvent que les œuvres de ces deux hommes sont inséparables et que l’une était un développement sans précédent de l’autre.

La vérité est qu’Alexander Luria est considéré par beaucoup comme le premier chercheur à avoir donné une cohérence totale aux découvertes sur le système nerveux et son lien avec le comportement. Ses contributions ont été définitives pour donner de la profondeur à un champ de connaissances à peine né au XXe siècle.

“Parler est un miracle.”

– Alexandre Luria –

Formation de Luria.

Les premières années d’Alexandre Luria

Alexander Luria est né le 16 juillet 1902 à Kazan, en Russie. Sa mère, Eugenia Victorovna Haskin, était dentiste, et son père, Roman Albertovich Lúriya, était médecin. Ils étaient tous les deux juifs et ont donné à leur fils une bonne éducation. Alexandre parlait plusieurs langues et a hérité son amour pour la science de ses parents.

Luria a commencé la phase scolaire à l’âge de 7 ans, mais a dû l’interrompre en raison de la révolution russe. Des années plus tard, il a suivi une formation de médecin à l’Université de Kazan, où il est entré à l’âge de 16 ans. Il a ensuite obtenu un doctorat en psychologie de l’Institut médical de Moscou en 1921.

En 1922, Alexander Luria a aidé à créer la Société psychanalytique de Kazan. A cette époque, ses lectures étaient centrées sur les œuvres de Freud et de Jung. Plus tard, il a commencé sa carrière en tant que professeur à l’Académie des sciences psychologiques de l’Union soviétique de l’époque.

Il a rencontré Vygotsky lors d’un congrès de psychoneurologie en 1924. Par la suite, les deux ont travaillé à l’Institut de psychologie de Moscou, Luria en tant que secrétaire. Dans ce contexte, Vygotsky est devenu son mentor.

La neuropsychologie

Alexander Luria critiquait les théories de Pavlov en 1925. Cela l’a fait se couper de l’élite scientifique de l’Union soviétique jusqu’après la mort de Staline. Luria a compris que ses positions envers la société et la culture n’avaient pas leur place dans le régime dictatorial, et c’est pourquoi il s’est consacré à l’étude du cerveau.

A cette époque prévalait le “localisationnisme”, une position dans laquelle l’intérêt central était de découvrir quelle zone du cerveau faisait quoi. Luria avait une vision différente. Il a proposé l’idée que ce n’étaient pas les fragments de cerveau qui remplissaient les fonctions, mais que ceux-ci étaient les fruits de systèmes fonctionnels complexes.

Luria a concentré une grande partie de son attention sur l’étude du langage. Plus précisément, il souhaitait comprendre ce qui se passait dans les cas d’aphasie. Il s’agit d’un trouble du langage caractérisé par des difficultés ou une incapacité à communiquer. Alexander Luria a tenté d’établir la relation entre ce trouble et la pensée.

Le travail de Luria.

Une œuvre pionnière

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Alexander Luria a été envoyé dans un hôpital militaire du front à Kisegach. Là, il a eu l’occasion d’observer de première main les effets des lésions cérébrales sur les capacités et le comportement. De nombreux soldats sont venus à lui avec des blessures à la tête et, au milieu de ces circonstances désastreuses, il a pu avancer son approche.

Luria a développé des tests pour montrer les effets des blessures sur la cognition. Sur cette base, il a identifié les troubles cognitifs et a indiqué leur localisation, afin qu’ils puissent être opérés par des neurochirurgiens. Il a également pu explorer plus en profondeur les effets des blessures sur le langage.

À la fin de la guerre, Alexander Luria a continué d’enquêter sur la relation entre le langage et la pensée, mais il s’est concentré sur les enfants ayant une déficience intellectuelle. En 1968, il est devenu membre de l’Académie des sciences des États-Unis.

Il a vécu à Moscou jusqu’à sa mort, d’une crise cardiaque, en 1977, à l’âge de 75 ans. Son travail a été fondamental pour la compréhension du cerveau et la conception de techniques de rééducation.

Cela pourrait vous intéresser ...
Quand la tristesse envahit notre cerveau
Nos PenséesLisez-le dans Nos Pensées
Quand la tristesse envahit notre cerveau

La tristesse est l'une des émotions les plus basiques de l'être humain, c'est une sensation qui nous saisit pour des motifs infinis, qui nous étein...



  • Maia, L. A. C. R., Silva, C. F. D., Correia, C. R., & Perea-Bartolomé, M. V. (2006). El modelo de Alexander Romanovich Luria (revisitado) y su aplicación a la evaluación neuropsicológica.