Si vous aimez de tout votre être, vous ne méritez pas d’être aimé-e à moitié

11, septembre 2017 dans Emotions 749 Partagés

être aimé-e à moitié partir

S’aimer soi-même implique de prendre le risque d’être seul-e

Lorsque le dialogue intérieur que nous entretenons avec notre amour propre se base sur la peur de nous retrouver seul-e-s, nous sommes sur un terrain glissant. Premièrement car nous ne nous respectons pas suffisamment pour nous éloigner de quelque chose qui ne nous rend pas heureux-ses. Deuxièmement car nous allons finir par dépendre totalement de quelqu’un d’autre pour pouvoir nous être heureux-ses. En effet, comment pourrions-nous être en accord avec nous-mêmes si nous ne le sommes pas avec la personne qui partage notre vie ?

C’est à ce moment que des comportements masochistes font leur apparition. Peu importe ce que l’autre personne nous fait subir, même si cela nous fait souffrir, nous allons poursuivre dans cette voie de la souffrance. Il n’y a pas de « nous », mais seulement un « toi ». Nous finissons par totalement nous oublier.

Nous faisons tout cela pour ne pas perdre notre partenaire. Nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour que l’autre ne nous quitte pas. Nous allons finir par nous culpabiliser du moindre comportement, par prendre la responsabilité de toutes les situations conflictuelles. Paradoxalement, cela nous permet de ne pas sortir de notre zone de confort, si nous pouvons le dire ainsi. Nous restons dans ce que nous connaissons et nous ne prenons pas le risque de vivre véritablement.

Aimer de tout notre être exige du courage et de la responsabilité

Les risques que nous courons à aimer pleinement, nous devons les assumer le plus rapidement possible, au risque de créer des épouvantails si grands dans notre esprit que jamais nous ne pourrons les dépasser. La peur de la solitude peut nous amener à commettre les pires crimes contre notre cœur. Nous l’ignorons, nous le piétinons, nous le laissons entre les mains de personnes qui ne lui veulent pas du bien.

Pourtant, notre cœur est comme un nouveau-né. Il ne veut qu’une seule chose : être avec sa mère, qui va prendre soin de lui et le nourrir. Notre cœur nous aime nous en premier, puis il parvient à aimer d’autres personnes au fur et à mesure qu’il mûrit. Mais nous ne devons jamais cesser d’y faire attention, de l’aimer et de lui offrir un refuge dans lequel il peut s’épanouir pleinement.

être aimé-e à moitié aimer de tout son être

Lorsque vous aimez quelqu’un de tout votre être, soyez responsable et assumez les conséquences de ce sentiment extrême. Vous devez continuer à être courageux-ses. Car aimer quelqu’un n’est absolument pas une situation qui nous apporte de la sécurité. Nous n’avons aucune garantie que tout va bien se passer, nous prenons un risque.

Comblez vos vides sans attendre que quelqu’un d’autre le fasse pour vous

Pour autant, mieux vaut prendre ce risque avec un cœur apaisé et en sécurité, qu’avec une âme brisée et insécure. Les vides que nous pouvons ressentir en nous ne doivent pas être comblés par une autre personne. Si votre cœur ne peut pas survivre sans une autre personne, sans celle qui le maintient en un seul morceau, vous vous trouvez dans une situation dangereuse.

Partager notre vie avec la personne que nous aimons est quelque chose de merveilleux. Mais nous devons apprendre, avant tout, à prendre soin de tout notre être. Ne laissons pas notre cœur fragile dans les mains d’une autre personne, qui fera toujours passer ses intérêts avant les nôtres. Faites d’abord un pas vers vous-même avant d’ouvrir la voie aux autres.

A découvrir aussi