Comment affronter notre peur de voler

10 mars 2017 dans Emotions 115 Partagés

Nos mains transpirent abondamment… Notre respiration est saccadée… Nos dents claquent… Des images d’accidents aériens ne cessent de traverser notre esprit… C’est impossible : même si nous le voulons, nous ne pouvons pas organiser de voyage qui implique de monter dans un avion car voler nous terrifie.

Nous perdons l’occasion de découvrir des endroits merveilleux, de rendre visite à des ami-e-s ou des proches qui vivent loin ou simplement d’accompagner notre moitié dans le rêve de sa vie : entrer dans les pyramides d’Egypte, danser le Hula à Hawaï ou voir des kangourous en Australie.

Saviez-vous que la phobie ou la peur de voler est très fréquente ? Il paraît que 1 personne sur 4 en souffre. Oui, un quart de la population. Et vous faites partie de ce groupe ! La peur n°1 est que l’avion tombe. En second lieu, cela est dû au fait que nous sommes des êtres naturellement terrestres et que nous n’avons pas vraiment confiance dans tout ce qui se trouve dans l’air ou sur l’eau.

Peu importe le nombre de fois où vos proches vous disent « tu as moins de probabilités de mourir d’un accident d’avion que d’un accident de voiture »  ou « les avions modernes sont le moyen de transport le plus sûr ». Toutes ces phrases qui semblent sorties d’un manuel de secours aux phobiques n’a aucun sens pour vous.

Comme toute phobie, la peur de voler est liée aux émotions, aux expériences passées ou même au simple fait d’avoir vu un film dans lequel l’avion se crashait. Le pire de tout est que celleux qui vous entourent et n’ont pas peur de voler ne vous comprennent pas. Iels pensent que vous exagérez ou que vous n’appréciez pas l’opportunité d’aller à New York, Rio de Janeiro ou Hong Kong à cause de quelques heures en avion.

Voler est la seule manière d’éliminer la phobie

Nous pouvons consulter un psychologue, suivre un cours de mécanique aérienne pour comprendre chaque bruit ou mouvement de l’avion ou même utiliser un simulateur de vol… Mais rien ne nous enlèvera cette peur à part… Voler !

Il est compréhensible que vous ayez peur rien qu’en pensant au fait de prendre l’avion. Qui plus est, pendant que vous lisez cet article, vous avez probablement les genoux qui tremblent, vous commencez à transpirer et votre cœur bat de plus en plus vite. Mais au lieu de souffrir à chaque fois que quelqu’un dit qu’il s’en va en voyage à l’autre bout du monde ou que vous remettez à plus tard ces vacances dont vous rêvez à un endroit éloigné, il est important que vous respiriez profondément et que vous commenciez un traitement.

Participez à des cours proposés par les compagnies aériennes. Beaucoup proposent un programme d’aide aux passagers qui ont la phobie de voler. Il commence par un entretien personnel et se poursuit avec un cours théorique avec des pilotes et des mécaniciens pour répondre à toutes vos questions. Enfin, une session est réalisée dans un simulateur de vol avec toutes les situations auxquelles vous pourriez faire face (atterrissage et décollage, turbulences, problèmes techniques, etc).

Méditez ou pratiquez la relaxation. Cela vous aidera à réduire votre stress et votre angoisse quand vous pensez au vol. Mettez en pratique ces techniques plusieurs jours avant de programmer le voyage, jusqu’à ce qu’elles deviennent automatiques.

Évitez de prendre des médicaments. Beaucoup de personnes ayant peur de l’avion décident, au moment de voler, de prendre un cachet (en majorité des anxiolytiques) ou de boire de l’alcool. Dans le premier cas, la peur ne disparaît pas, on traverse juste la situation avec plus de calme. Le second est déconseillé car il augmente les sensations et provoque un mal-être au niveau de l’estomac, des maux de tête, etc. En outre, le contrôle des impulsions est plus faible.

Que faire le jour “V” (du vol) ?

Vous avez accumulé du courage (ou du moins, c’est ce que vous pensez) et accepté la proposition de votre époux-se pour enfin aller au Macchu Pichu ou vous promener à dos de chameau dans le désert. Félicitations ! Pendant que vous organisiez votre voyage, prépariez les valises et confiez la vie de vos plantes à un voisin , la panique n’est pas apparue.

Tout cela change quand vous arrivez à l’aéroport et entamez le check-in… Les sensations désagréables commencent à apparaître. Vous êtes sur le point de partir en courant du terminal, et peu importe si votre compagnon/compagne voyage seul-e. Détendez-vous. Vous pouvez surmonter votre peur. Comment ? Avec ces conseils :

  • Évitez de choisir les sièges côté hublot :  vous ne serez pas tranquille en décollant et le fait de ne voir que des nuages si vous voyagez de jour vous stressera. Il est préférable que vous choisissiez les sièges à côté des ailes parce que c’est là où vous sentirez moins les mouvements de l’avion.
  • Observez le personnel de bord : il est probable qu’iels soient en train de rire, tranquilles et confiant-e-s. Vous verrez qu’il n’y a rien à craindre. Nous vous conseillons d’avertir l’hôtesse/le steward de votre peur car iel vous prêtera plus d’attention et vous aidera dans les moments les plus critiques.
  • Respirez profondément : fermez les yeux si c’est nécessaire. Souvenez-vous que les turbulences sont des changements de vitesse des masses d’air et n’affectent en rien la sécurité de l’avion.
  • Pensez à apporter des passe-temps : que pensez-vous d’un livre de votre écrivain-e préféré-e, d’une revue ou d’un film que vous aimez ? Vous pouvez aussi penser à tout ce qui vous attend une fois que vous aurez atterri.
  • Mettez des vêtements légers : il est probable que vous transpiriez et que vous soyez gêné-e, que vous ayez chaud et que vous souhaitiez vous sentir le moins “enfermé-e” possible. Les vêtements doivent être confortables.

Enfin, essayer de voler accompagné-e, si possible d’une personne qui a déjà pris l’avion. Elle vous transmettra sa tranquillité et vous pourrez empoigner sa main quand vous aurez peur.

Si vous avez aimé cet article, nous vous en conseillons un autre qui parle des 8 phobies les plus étranges qui existent. Les connaissiez-vous ?

A découvrir aussi