Activer ses alarmes internes pour augmenter le contrôle de soi

19 avril 2019
Pouvoir pratiquer la maîtrise de soi, c'est savoir rester calme et agir malgré ce qui s'est passé dans notre vie.

Le désir d’augmenter le contrôle de soi est un objectif très commun. Le problème, c’est qu’il ne suffit généralement pas d’y mettre toute notre volonté. Parce que parfois, ce qui nous manque, ce n’est pas l’intérêt, mais une méthodologie adéquate. La psychologie et les sciences qui traitent de l’esprit ont trouvé des moyens de rendre la réalisation de cet objectif plus simple et plus efficace.

Le contrôle de soi se définit comme la capacité de moduler les émotions et de garder son calme face à des situations stressantes, hostiles ou qui causent de forts impacts émotionnels. Certains l’appellent une « tête froide », mais c’est plus comme un « cœur lent ».

Le processus d’augmentation du contrôle de soi est graduel. Le passage de l’impulsivité à la réflexivité ne se fait pas du jour au lendemain. C’est un processus d’auto-éducation qui avance progressivement, c’est-à-dire niveau par niveau. Il est donc essentiel d’apprendre à activer nos alarmes internes. Examinons tout cela plus en détail.

contrôle de soi et maîtrise de soi

Les inquiétudes, un facteur qui empêche d’augmenter la maîtrise de soi

Ce qui nous stresse, nous irrite ou nous afflige, la plupart du temps, n’est pas si stressant, irritant ou affligeant. C’est nous qui donnons ces connotations, qui donnons cette importance à ce qui nous arrive, selon notre propre perspective.

Lorsque nous sommes incapables de gérer la façon dont nous nous trouvons et que la réalité nous submerge, ce qui se produit habituellement, c’est que nous interprétons le monde avec anxiété.

Les préoccupations ne sont que cela : une façon anxieuse de faire face à la réalité. Ce sont des prévisions inquiétantes de ce qui nous attend et qui ne nous sont d’aucune utilité.

Ainsi, la première des alarmes internes que nous devons activer est celle qui nous avertit de la présence d’un problème. Maintenant, que pouvons-nous faire dans ces cas-là ?

  • Éliminez vos soucis de votre champ mental. Écrivez-la ou dites-la tout haut devant un magnétophone. L’important est d’éviter qu’elle reste de façon constante dans notre intérieur.
  • Délimitez le temps consacré aux soucis. Il peut être utile de prévoir un certain temps pour réfléchir à vos préoccupations. Une heure par jour, par exemple.
  • Profitez du temps que vous consacrez aux soucis. Pendant le temps passé à réfléchir à ce qui nous préoccupe, l’idéal est de s’efforcer de trouver des solutions. Cependant, n’essayons pas de découvrir la sortie magique, mais la prochaine étape à franchir.
  • Détendez-vous le reste du temps. En dehors du moment précis où il faut s’inquiéter, ce qu’il faut faire, c’est se détendre et ne pas penser à quoi que ce soit de négatif.

Le processus d’augmentation du contrôle de soi

Une autre clé pour augmenter le contrôle de soi est de réagir à temps à un stimulus stressant, irritant ou que nous éprouvons qui nous cause un certain inconfort. Ce stimulus doit être isolé. Cela signifie, en premier lieu, ne pas réagir. Et deuxièmement, nous devons nous en éloigner.

Pour ce faire, il est nécessaire d’identifier précisément ce qui nous mortifie. Par exemple, nous pouvons l’écrire, puis l’effacer de notre vie et agir comme si rien ne nous dérangeait. Comme si nous étions des acteurs de théâtre et que notre rôle était de simuler la tranquillité. Par la suite, il s’agirait de chercher quelque chose qui nous plaise – ou du moins qui soit neutre -. De cette façon, nous observerions comment nos émotions sont équilibrées.

contrôle de soi et anxiété

Ainsi, l’augmentation du contrôle de soi va de la réalisation de ne pas réagir impulsivement à la capacité d’anticiper des situations ou des effets négatifs. Les niveaux d’avancement sont les suivants :

  • Résistez à une réaction excessive. Il vaut mieux se taire et rester tranquille que de faire quelque chose que l’on pourrait regretter plus tard.
  • Identifiez l’émotion qui veut s’emparer de vous (peur, colère, angoisse, stress, etc.) et la gérer pour qu’elle ne prenne pas le contrôle.
  • Maintenez le contrôle dans les situations qui causent du stress, de la colère ou de la frustration et continuez vos activités. Cependant, il est vrai que dans ce genre de moments, il est difficile de retrouver l’équilibre.
  • Pratiquez les techniques de relaxation et appliquez-les dans les moments difficiles. Grâce à cela il sera plus facile de retrouver de la tranquillité et un état de calme.
  • Gardez le contrôle de vous-même et réagissez de façon constructive. Il s’agit de chercher des solutions à ce qui nous inquiète, nous irrite ou nous angoisse.
  • Atteignez le plus grand contrôle de vous-même possible et, en même temps, ayez la capacité de calmer ceux qui vous entourent.
  • Anticipez les situations qui peuvent causer des tensions ou des difficultés et élaborez des stratégies pour les modifier et prévenir les situations de débordement.

Maintenant, la chose la plus importante dans tout ce processus est d’introduire ces alarmes internes qui nous aident à arrêter la spirale négative des pensées et des émotions. C’est par la volonté, la pratique constante et la capacité d’être conscient, tout en évitant la pression et en comprenant que le temps est notre meilleur allié dans ces cas.