7 habitudes qui ne vous mèneront nulle part

12, décembre 2016 dans Emotions 270 Partagés

On prend des habitudes de façon inconsciente. On intériorise des automatismes, et on ne sait alors même plus pourquoi on pense de telle ou telle façon, ni pourquoi on agit toujours de la même manière.

On finit par croire qu’il s’agit en fait de la seule façon de penser et de vivre qui soit, si bien que l’on ne prend même pas le temps de remettre nos habitudes en question.

Malheureusement, souvent, on acquiert ces habitudes du fait de personnes ou d’expériences négatives.

On s’habitude à avoir un nuage noir au-dessus de notre tête, et la réalité finit par nous donner raison. Car quand on cherche une chose, on augmente nos chances de la trouver.


« Votre caractère correspond essentiellement à la somme de vos habitudes, à votre façon d’agir habituellement »

-Rick Warren-


De la même façon que l’on acquiert des habitudes de pensée et de comportement qui ne nous mènent nulle part, on peut aussi prendre conscience et construire de nouvelles références.

Lisez la suite de cet article, et découvrez sept habitudes que vous devez éradiquer si vous voulez savourer votre existence et en profiter de façon authentique.

Critiquer, une des habitudes les plus néfastes

De nombreuses personnes ont tendance à faire des commentaires négatifs sur d’autres personnes, certaines situations, ou certaines réalités.

Comme si une puce s’activait automatiquement en elles et les menait à disqualifier les autres, et ce sans but précis.

critica-2

La critique n’est valide et acceptable que lorsqu’elle est destinée à améliorer.

Or, si elle porte exclusivement sur des aspects négatifs, sans autre objectif que de faire remarquer ces derniers, une atmosphère lourde finit par s’instaurer, et en adoptant un tel comportement, on mène les autres à ne voir que ce qu’il y a de négatif en nous.

Attendre passivement que « quelque chose se passe »

C’est ce qui arrive lorsque votre réponse face au mal-être ne consiste pas à réfléchir à ce que vous pouvez faire, mais à attendre que quelque chose d’extérieur se passe et vienne régler vos problèmes.

Vous attendez alors que l’amour arrive, qu’on vous propose un meilleur poste, qu’un médecin finisse par vous donner un remède contre les migraines, ou tout autre mal, etc.

hombre-campo-flores

Dans le fond, vous désirez être sauvé. Vous vous voyez vous-même comme une personne ne disposant pas des ressources nécessaires à résoudre ses problèmes ou à s’engager sur de nouveaux chemins.

Lorsque vous prenez l’habitude d’attendre, tout ce que vous obtenez, c’est de voir les jours passer et de perdre un temps précieux que vous ne pourrez jamais rattraper.

Faire de la tendance à se plaindre un mode de vie

Peut-être, et ce sans vous en rendre compte, avez-vous construit l’idée que se plaindre, c’est quelque chose de positif.

Vous pensez, à tort, que le fait de se lamenter est une façon de tester la valeur de vos efforts, ou de montrer aux autres que vous êtes passé par de nombreuses difficultés et des temps difficiles.

Peut-être cherchez-vous une réaction de la part des autres et avez-vous pris l’habitude de vous plaindre pour gagner admiration, approbation ou solidarité.

Or, au moment de la vérité, vous obtenez le contraire. Il s’agit d’un schéma de communication nocif, qui épuise les personnes qui vous entourent.

Ignorer ses problèmes et attendre qu’ils se solutionnent seuls

La fuite est une habitude très commune, surtout chez les hommes, même si c’est aussi le cas chez de nombreuses femmes.

Vous voulez « dédramatiser » la situation, et vous refusez de vous concentrer sur vos problèmes, aussi graves soient-ils.

Peut-être pour vous cela correspond-il à du « désintérêt », et peut-être même allez-vous jusqu’à vous vanter de ce comportement.

Ce qui est certain, c’est que vous ne pouvez pas éviter vos véritables problèmes. Courrez autant que vous le voulez, ils finiront toujours par vous rattraper.

En essayant de les ignorer, vous les alimentez, et par conséquent, ils grandissent. Aucun problème sérieux ne se résout tout seul, et faire l’autruche ne fait que compliquer encore plus les choses.

Consommer, consommer et encore consommer…

Devenir esclave de la consommation, c’est une habitude qui vous conduit tout droit au malheur.

Vous pouvez en arriver à croire qu’avoir un super téléphone portable vous fera vous sentir heureux. Et peut-être est-ce le cas…pour une heure ou deux. Ensuite, vous revenez à la réalité, et vous vous forgez un nouveau caprice.

Fonder notre bien-être sur des objets, ce n’est qu’une façon de projeter notre vide intérieur sur eux.

Nous aimons tous aller faire les magasins et nous faire plaisir en faisant quelques achats.

Mais quand ce comportement prend la valeur d’un pari pour le bonheur et qu’il devient une habitude, il est clair que nous prenons le mauvais chemin. Tout ce à quoi cela nous mène, c’est à creuser encore plus le vide que l’on ressent.

Prendre l’habitude de rester à la maison

Quand on se sent mal, on a tendance à devenir passif et à ne pas vouloir bouger de là où on est.

Généralement, on sort de cet état le soir-même, ou bien après un ou deux jours. Or, si cette passivité se prolonge et devient une habitude, il est temps de penser à ce qui se passe.

bailarina-e1471416523807

Le problème ne réside pas en le fait que l’on reste enfermé, non ; la vraie difficulté repose sur le fait qu’en ayant cette façon d’agir, on commence à construire un style de vie où prime l’isolement.

L’isolement, à son tour, alimente une position dépressive et la sensation d’être toujours plus fragile et vulnérable.

Rejeter la nouveauté et le changement

Avoir des habitudes excessivement rigides, c’est une façon de se bloquer soi-même. Si vous faîtes toujours la même chose, il est certain aussi que vos pensées, vos sentiments et vos perceptions resteront inchangées.

Les changements sont toujours positifs, puisqu’ils vous sortent, d’une certaine façon, de votre zone de confort.

Cela vous oblige à activer votre monde intérieur afin d’arriver à une nouvelle adaptation. Et dans ces conditions, il est probable que vous voyiez ou que vous expérimentiez quelque chose qui vous fasse vous sentir vivant, qui vous montre qu’il existe beaucoup d’activités intéressantes au-delà de ce cadre dans lequel vous vous êtes habitué à vivre.

A découvrir aussi