5 signes de l’auto-sabotage

8 août 2019
En quoi consiste l'auto-sabotage ?

L’auto-sabotage peut vous concerner, même si vous êtes conscient de que vous faites. Néanmoins, ce n’est pas la norme. Il est fréquent que nous agissions contre nos intérêts sans en être conscients, en ayant des comportements qui, au premier abord, semblent raisonnables.

De la même manière, nous sommes seulement capables de justifier la plupart de nos actes a posteriorien maquillant la vraie motivation avec une autre qui nous plaît davantage. Celle qui est extraite des effets de notre manière de procéder et qui n’avait pas été prévue ou identifiée comme importante.

Le principal signe de l’auto-sabotage est logique : à chacun de vos pas, vous vous éloignez de vos objectifs. Vous vous interrogez sur la raison et vous ne savez pas en identifier une qui vous convienne. Il semblerait que ce soit comme s’il y avait « quelque chose » qui empêcherait d’arriver à la destination que vous avez définie.

Nous nous auto-sabotons pour plusieurs raisons. Parfois, par peur de la réussite ou parce que nous pensons que nous ne le méritons pas. Il existe également des cas dans lesquels vous ne vous identifiez pas avec les objectifs que vous fixez. C’est pourquoi, inconsciemment, vous cherchez le moyen de ne pas y parvenir. Voici quelques signes de l’auto-sabotage.

Une femme se cache la bouche avec ses poings

1. Vous voulez tout faire tout seul

Beaucoup de personnes pensent qu’elles ne peuvent faire confiance à personne d’autre pour réaliser correctement une tâche donnée. Ainsi, en ne faisant confiance à personne d’autre qu’elles-mêmes, ces personnes finissent par accumuler des responsabilités qui ne leur correspondent pas ou qu’elles pourraient déléguer.

Un proverbe africain dit : « Peut-être que nous allons plus vite seuls mais accompagnés, nous allons plus loin ». C’est peut-être vrai. Néanmoins, si vous ne leur donnez pas une chance, ils n’auront pas non plus l’occasion de vous démontrer le contraire ou d’apprendre et d’être préparées pour le faire à l’avenir.

2. Vous croyez que vous avez toujours raison

C’est un signe associé au précédent. Il est lié à l’impossibilité de trouver le positif ou la raison dans les points de vue soutenus par les autres. Vous pensez peut-être que vous avez toujours raison parce que dans le fond, c’est ainsi. Selon vous, vous serez toujours celui qui a raison.

Pour pouvoir prendre en compte les points de vue étrangers au sien, il est nécessaire de sortir de ces schémas rigides. Si vous jugez tout avec un critère fixé à l’avance, personne n’aura raison à vos yeux. Cette attitude vous prive des précieux apports que les autres peuvent vous faire d’une autre perspective. Cela entrave également votre avancée puisque vous ne voyez qu’une partie du panorama.

3. Vous laissez beaucoup de tâches inachevées

C’est un signe clair de l’auto-sabotage. Vous trouvez sans doute une raison de ne pas finir vos projets. Autrement dit, la tendance à l’abandon n’est pas compliquée à expliquer : éviter de générer une dissonance et ainsi un malaise. Par conséquent, nous nous sentons motivés pour employer les moyens de l’inverser.

Cette tendance à tout laisser à moitié fait affecte vos objectifs. Non seulement parce que vous ne parvenez pas à l’objectif fixé mais aussi parce que tous ces choses incomplètes et ces cercles non fermés donnent un caractère normal à cette attitude. Les futures tentations sont davantage renforcées.

4. Vous n’admettez pas ou vous ne valorisez pas vos réussites

Vous sentez peut-être que vous n’avez le droit de réussir. C’est pourquoi vous vous chargez même d’inverser les courants qui vous transportent vers le succès. Vous le faites via votre manière d’interpréter vos progrès et vos conquêtes. Quand vous atteignez un sous-objectif, vous en diminuez l’importance, en jetant ainsi le renfort ou la motivation qu’il sous-entend.

C’est comme si vous sentiez que vous ne pouviez obtenir quelque chose parce qu’en réalité, cette chose n’a pas de valeur. Si elle en avait, vous n’y seriez pas parvenu. Cela devient un cercle vicieux. Vous êtes l’agresseur et la victime à la fois. Ce type de comportements ne fait que satisfaire nos pulsions névrosées.

Un homme debout face à la mer

5. La victimisation, un signe de l’auto-sabotage

Nous mettons parfois des freins à notre croissance, en ayant recours à la stratégie de sous-estimation et de victimisation. Que peut-on demander à quelqu’un qui n’a pas telle chose ou qui n’a pas telle capacité ou qui ne compte pas sur telle ressource ? Nous nous cachons derrière nos carences et nos limites pour ne pas sortir de notre zone de confort.

La victimisation est une stratégie pour justifier la stagnation. Celui qui se victimise cherche des excuses plutôt que des raisons. Cela n’est pas conscient mais pas non plus totalement inconscient. On en obtient souvent des bénéfices secondaires, telle la sensation de sécurité. C’est pour cela que ce type de comportements se maintient.

Il est important de veiller à ces signes que vous vous auto-sabotez. Ils peuvent vous donner des pistes sur les raisons pour lesquelles vous n’obtenez pas ce que vous désirez. Rendez-vous compte de ces comportements qui vont à votre encontre, cela peut être un bon début pour une vie plus épanouie.

 

  • Stamateas, B. (2008). Autoboicot. Cuando el tóxico es uno mismo. Barcelona: Grupo Editorial Planeta.