5 mythes sur la sexualité au troisième âge

4 juin 2018 dans Sexualité 0 Partagés
deux personnes du troisième âge au lit

Beaucoup considèrent la sexualité au troisième âge comme un sujet tabou. Il n’est pas évoqué facilement à cause de la honte et de la peur, ou simplement à cause de l’ignorance. Nous vivons dans une société où l’idée des vertus de la jeunesse éternelle se transmet et où la sexualité apparaît liée à la jeunesse uniquement.

Vieillir ne signifie pas perdre tout intérêt soudain pour le sexe. C’est une chose normale que s’il y a une bonne santé, les gens restent sexuellement actifs tout au long de leur vie. Par conséquent, encore une fois, jouir d’une bonne santé est la clé pour jouir de la sexualité tout au long de sa vie.

Autour de la sexualité au troisième âge, on peut voir un mur plein de stéréotypes. Les préjugés et la marginalisation se construit autour du sexe chez les personnes du troisième âge. Ce tabou amène la personne âgée à cesser de parler de sexualité. Ce qui mène dans de nombreux cas, à ne la partager avec personne et, finalement, à abandonner la pratique de la sexualité.

Pour profiter d’une sexualité saine chez les personnes âgées, il est nécessaire de connaître les changements qui se produisent dans le corps au fil du temps et quelle sera l’influence de ceux-ci dans le domaine que nous traitons aujourd’hui. Comprendre ces changements implique de générer un projet vital dans lequel le bien-être n’est pas limité par la perte d’aptitudes physiques.

Dans ce sens, il faut être conscient des changements physiques associés à l’âge. Il faut également faire face à l’ensemble des mythes qui entourent le plaisir. Ainsi ces mythes peuvent provoquer le rejet de la sexualité.

couple du troisième âge

Les spécialistes conviennent que l’organe le plus important dans la sexualité est le cerveau. Toute crainte ou insécurité peut devenir le plus grand obstacle lorsqu’il s’agit de maintenir des relations intimes. La principale crainte des hommes est généralement de ne pas avoir d’érection ou de ne pas la maintenir. En revanche, la femme craint généralement davantage sa propre présence physique, c’est-à-dire ne pas se sentir érotique ou sensuelle. Il est vrai que l’âge est lié à certains changements inexorables. Mais c’est précisément pour cette raison que nous devons les assumer naturellement.

Les dernières études en gérontologie parlent de l’importance d’évoluer face aux fausses croyances sur la sexualité. Ces mythes ainsi que l’éducation reçue nous amènent à considérer les adultes plus âgés comme des êtres asexués.

L’homme a un plus grand besoin sexuel que les femmes

L’un des mythes les plus répandus sur la sexualité au troisième âge la conviction que les hommes ont un plus grand besoin sexuel. Cependant, le désir sexuel n’a rien à voir avec le genre. Les hommes et les femmes montrent des besoins sexuels à tout âge et, bien sûr, aussi à maturité.

Le vieillissement et le sexe, à l’exception des cas extrêmes de pathologies, sont de bons compagnons de voyage. Cependant  il ne s’agit pas de prétendre à avoir une vie sexuelle comme durant les jeunes années. Mais de doser les efforts, d’intensifier la relation d’affection avec le couple et de maintenir la capacité de jouir.

La sexualité est pour les jeunes et non pour le troisième âge

Il est faux qu’à partir d’un certain âge, l’intérêt pour le sexe soit progressivement perdu. L’activité sexuelle reste généralement stable et satisfaisante chez ceux qui ont une histoire sexuelle positive.

La capacité sexuelle au cours du temps est conditionnée par des facteurs tels que la santé physique et mentale. L’existence d’un partenaire actif permet également de garder une certaine sexualité. Vous devez savoir que l’absence de sexualité n’est pas une conséquence de l’âge.

La pratique du sexe chez les personnes âgées est nuisible à la santé

La réalité de cette affirmation sur la sexualité au troisième âge est tout à fait différente : la pratique sexuelle les aide à se sentir mieux et n’arrête pas d’être excellente pour leur santé physique et mentale. Le sentiment d’estime de soi et de bonheur fait que les personnes âgées voient leur estime de soi augmenter. Le lien affectif dans le couple se voit également renforcer.

Il y a des avantages associés au plaisir, comme se sentir heureux, éliminer la douleur, réguler l’insomnie et la dépression, favoriser l’activation du système immunitaire et améliorer le climat de relations interpersonnelles dont les personnes âgées peuvent continuer à profiter.

Les personnes âgées n’ont pas besoin d’un partenaire

L’amour n’a pas d’âge, ce qui est normal, c’est que l’amour change au fil des années. Dans la jeunesse, il peut être plus passionné, tandis qu’avec le temps, il peut devenir un sentiment plus mûr et serein, où d’autres sujets tels que l’entreprise et les soins sont prioritaires. Ainsi, un lien émotionnel est créé en étant capable de partager cette complicité qui conduit l’autre à se sentir confiant et désiré.

le troisième âge et la romance

Les pulsions sexuelles s’épuisent avec l’âge

Le vieillissement de la personne ne conduit pas à la mort du désir ou à la cessation de l’activité sexuelle. En effet, il est vrai que le corps change et la réponse sexuelle a tendance à être plus lente, mais le plaisir est le même si le bon stimulus est produit.

Le sexe est fabuleux à tout âge et une bonne vie sexuelle procure de l’estime de soi et du plaisir. En ce sens, dans de nombreux cas, il n’y a aucune raison objective de renoncer à une source énorme de bien-être, telle que la jouissance de la sexualité, au fil des ans. Malheureusement, c’est un sujet tabou dans la société et même dans les consultations elles-mêmes.

“Une belle vieillesse est, d’ordinaire, la récompense d’une belle vie.”

Pythagore

A découvrir aussi