5 mythes et croyances erronés sur le pardon

· 26 avril 2016

Le pardon est une arme puissante qui nous permet de vivre en paix avec les autres et surtout, avec nous-même.

Cependant, beaucoup de gens ne parviennent pas à comprendre à quel point il peut être libérateur de pardonner aux autres.

Le pardon peut être une arme à double tranchant. De fait, c’est une forme commune de manipulation des autres dans le but d’obtenir ce que l’on veut d’eux.

C’est pour cela qu’il est important de bien comprendre le pardon et d’apprendre à établir des limites pour se protéger des abus des autres. 

D’autre part, notre culture nous impose des manières de nous comporter, que nous suivons mécaniquement, souvent sans nous rendre compte de ce que nous faisons.

Nous réagissons tout simplement comme ce que l’on attend de nous sans penser à d’autres possibilités, en nous alimentant et en renforçant ces stéréotypes qui nous altèrent tant.

Dans cet article, nous allons voir quels sont les mythes et les croyances erronés sur le pardon. Réfléchir à cela vous aidera à réussir à pardonner de manière sincère, en prenant conscience de ce que vous faites et pourquoi vous le faites.

Fille-cœur-profitant-de-la-vie

1 – Il faudrait dépasser le sentiment d’être blessé avant de pardonner

Beaucoup de gens croient qu’ils doivent d’abord dépasser la douleur et la colère avant de pouvoir pardonner, comme s’ils avaient besoin de se sentir mieux pour être capables de pardonner. C’est pourtant tout le contraire.

Le pardon est une option que vous devez choisir. Si vous attendez que la colère passe, elle rendra les choses de plus en plus difficiles.

C’est « à chaud » que vous devez décider. Ainsi, l’état de tension et de colère passera d’abord, car vous l’empêcherez de s’emparer de vous.

2 – On devrait choisir de pardonner, même quand on ne le ressent pas

C’est quelque chose que nous inculquons beaucoup aux enfants et beaucoup de gens reproduisent cela dans la vie adulte.

Mais le pardon n’est pas un choix que l’on peut imposer, c’est un choix libre et conscient, qui peut mettre un peu de temps à être accepté.

Si vous pardonnez par obligation, vous ne pardonnez pas avec le cœur mais avec les mots. La colère se transforme alors en négativité, qui explosera tôt ou tard.

Prenez le temps dont vous avez besoin, mais choisissez librement de pardonner ou non.

3 – On ne devrait pas pardonner la même chose plusieurs fois

Nous sommes humains et nous faisons des erreurs, et même, nous répétons ces erreurs. De fait, nous serions les seuls êtres humains qui trébuchent plusieurs fois sur la même pierre.

Apprendre de ses erreurs n’est pas facile, surtout quand nous en sommes pleinement conscient. Tout le monde ne comprend pas les choses de la même manière et dans les comportements, beaucoup de facteurs différents entrent en jeu.

Il y a des choses que vous pouvez être capable de pardonner une fois et il peut être très difficile de les pardonner une seconde fois.

Mais toutes les offenses ne sont pas similaires dans leur gravité, et leur impact dépend de la personne qui les commet.

Il faut donc considérer chaque problème de manière indépendante et ne pas généraliser.

Fille-coeur

4 – On ne pourrait pas pardonner quelqu’un qui ne regrette pas

Si l’autre ne regrette pas ce qu’il a fait, tout le poids de la colère retombera sur nous-même, et cela fait encore plus mal.

Si vous pardonnez quelqu’un qui vous a fait du mal, vous vous libérez de cette charge.

Beaucoup de gens utilisent cela pour blesser encore plus les autres, car ils comprennent le pouvoir qu’ils ont sur eux lorsqu’ils ne regrettent pas.

Mais si vous leur pardonnez, vous les désarmez, et vous leur ôtez un outil précieux pour réaliser leurs objectifs.

5 – Quand on pardonne, on validerait ce que l’autre a fait

Beaucoup de gens croient que pardonner est une manière de dire à l’autre que ce qu’il a fait est bien ou du moins, admissible.

De fait, beaucoup pensent ainsi pour valider des comportements inappropriés.

En pardonnant, on envoie un message à l’autre : on lui dit qu’il n’a pas assez de pouvoir pour vous affecter, car on est au-dessus de cela.

Ici, le pardon permet d’être au-dessus de la manipulation psychologique que l’autre peut exercer sur nous.