5 fantastiques phrases d'Isaac Asimov

20 septembre, 2020
À travers les phrases d'Isaac Asimov, nous découvrons un auteur qui combine le meilleur de la pensée scientifique aux postulats de l'humanisme. Ses affirmations sont un appel à combattre la déraison et la maladresse.

Une bonne partie des phrases d’Isaac Asimov cherchent à exalter la valeur de la science et à dénoncer les effets de l’ignorance. Cet impressionnant écrivain d’origine russe, mais nationalisé aux Etats-Unis, a peut-être été le plus important des divulgateurs scientifiques du XXe siècle. D’où son emphase sur la valeur de la raison.

Asimov a aussi été l’un des plus grands écrivains de science-fiction. Il a eu beaucoup de succès dans ce domaine et a pu voir que la pensée scientifique n’excluait pas l’imagination : bien au contraire, elle s’en inspire. Certaines phrases d’Isaac Asimov font ainsi référence à la créativité.

Cet écrivain s’est d’abord déclaré agnostique, puis athée. Quelques-unes de ses phrases remettent directement en question les croyances religieuses. Cela peut sembler choquant pour certains, mais l’intérêt d’Asimov n’était pas de mépriser les cultes : il voulait dénoncer leur manque de consistance. Penchons-nous maintenant de plus près sur ses phrases les plus intéressantes.

«Et par-dessus toutes choses, ne pensez jamais que vous n’êtes pas assez bon vous-même. Un homme ne doit jamais penser cela. »

-Isaac Asimov-

1. L’une des phrases d’Isaac Asimov sur la morale

« Ne laissez jamais votre sens de la morale vous empêcher de faire ce qui est juste. »

Cette phrase d’Isaac Asimov peut sembler surprenante ou contestable pour certains. Il établit ici un contraste entre le sens de la morale et ce qui est juste. Certaines personnes trouveront cela contradictoire, surtout si elles considèrent cette idée d’un point de vue moraliste.

Asimov s’appuie ici sur une approche profondément pragmatique. Le sens de la morale est finalement une réalité métaphysique. Il appartient au monde des idées. Ce qui est “juste”, en revanche, se retrouve dans le domaine du sens commun et de ce qui est mieux pour tous, même si cela contredit un précepte moral.

Un homme qui marche seul dans l'obscurité.

2. La connaissance et la sagesse

« L’aspect le plus triste de notre vie aujourd’hui est que la science acquière les connaissances plus vite que la société n’acquière la sagesse. »

Il s’agit d’une belle affirmation qui décrit de façon magistrale l’une des réalités à laquelle nous sommes maintenant confrontés. Les progrès en matière de science et de technologie se font de plus en plus vite, contrairement aux changements individuels et sociaux.

Un exemple clair de cette réalité est celui des guerresCes dernières continuent à être un chemin emprunté par beaucoup de gens en tant que moyen de résoudre des contradictions. Actuellement, la guerre a un niveau technologique extrêmement élevé ; or, le fait de la promouvoir en soi continue d’obéir à un modèle de pensée qui ne s’éloigne pas excessivement de celui de l’homme des cavernes.

3. La violence

« La violence est le dernier refuge de l’incompétent. »

Cette phrase d’Isaac Asimov est très célèbre. C’est peut-être même l’affirmation la plus connue de cet homme. Et pour cause : elle condense une grande vérité en peu de mots. Elle dénonce le véritable visage du comportement violent.

Asimov signale que la violence est typique des incompétents car elle correspond à la réponse la plus basique et instinctive face à un conflit. Elle apparaît quand d’autres compétences humaines, comme la capacité de communication, l’empathie ou la créativité ne parviennent pas à émerger.

4. La vie et le jeu d’échecs

« Dans la vie, contrairement aux échecs, la partie continue après échec et mat. »

Dans le domaine de l’humain, le concept de “fin” est très relatif. En réalité, elle n’existe pas en tant que telle. Notre vie elle-même ne finit pas quand nous mourons, parce que nous restons présents à travers nos œuvres et dans l’esprit ou le cœur de ceux qui nous ont connus.

Une fin, par conséquent, n’équivaut pas à un achèvement absolu. Elle correspond plutôt à un changement important sur la ligne de continuité. Car telle est la vie humaine : une succession de débuts et de fins qui font que nous n’atteignons jamais le zéro absolu.

Contrairerement à une partie d'échecs, la vie continue après échec et mat.

5. La science est une lumière

«  Il n’y a qu’une seule lumière de la science, et l’illuminer quelque part c’est l’illuminer partout. »

Jusqu’à présent, la science est le seul discours humain qui a deux caractéristiques : elle est universelle et cumulative. Universelle, parce qu’elle est valide quelle que soit la culture dont on parle. Et cumulative, parce que l’on construit de nouvelles connaissances sur la base des résultats antérieurs.

Ni la religion, ni la philosophie ou encore moins les croyances n’ont ces caractéristiques. C’est pour cette raison qu’Isaac Asimov dit que quand la science illumine un lieu, elle illumine tous les endroits. La vérité scientifique est ce qui se rapproche le plus de la vérité en tant que telle.

Les phrases d’Isaac Asimov sont intelligentes et inspirantes. Il ne pouvait en être autrement avec un penseur aussi polyvalent et curieux.On peut dire qu’il a fait de la science un récit surprenant qui permet de comprendre pourquoi il s’agit de la plus grande réussite de l’humanité.

Asimov, I. (1987). La mente errabunda (Vol. 1282). Anaya-Spain.