5 citations du psychologue social Stanley Milgram

19 octobre, 2020
Stanley Miggram a effectué d'importantes recherches en psychologie sociale. Nous vous invitons ici à découvrir quelques citations de Stanley Milgram sur ses sujets de prédilection et à réfléchir avec nous !

Aujourd’hui, Stanley Milgram est connu comme étant l’un des psychologues sociaux les plus importants de l’histoire. Il a réalisé différents travaux et expériences sur l’obéissance. Le plus célèbre a été publié en 1974 et s’intitule Obéissance à l’autorité.

Le travail de cet auteur et ses enquêtes, étant importants, nous avons rassemblé ici quelques citations importantes de Stanley Milgram.

À travers les phrases de Stanley Milgram, nous découvrirons une bonne partie de son point de vue, mais aussi une perspective différente sur la manière d’agir des gens, laquelle nous invite à réfléchir.

Nous nous demanderons ici quelle est la ligne qui sépare l’obéissance de la soumission ? Ce sont des questions que l’on retrouve encore dans des articles récents. On la retrouve, par exemple, dans cet article : Internet, les amis et les bactéries : l’ombre portée de Stanley Milgram.

1. L’importance du soutien mutuel

“Lorsqu’un individu souhaite s’opposer à l’autorité, il fait de son mieux pour trouver un soutien à sa position auprès d’autres membres de son groupe. Le soutien mutuel entre les hommes est le rempart le plus fort que nous avons contre les excès d’autorité.”

Cette phrase de Stanley Milgram parle du poids important du groupe. C’est quelque chose que nous pouvons affirmer sur la base de notre propre expérience, mais aussi parce que des contributions ont été faites par d’autres chercheurs à cet égard.

Muzafer Sheriff, considéré comme l’un des fondateurs de la psychologie sociale, a travaillé sur le concept du groupe et a déterminé une sorte “d’interdépendance”.

Dans le cas de Milgram, le groupe et le soutien apportent force et détermination à l’heure de faire face aux abus dans lesquels l’autorité tombe parfois. Une critique claire, sans aucun doute.

Stanley Milgram et l'obéissance.

2. Stanley Milgram : l’essence de l’obéissance

“L’essence de l’obéissance consiste dans le fait qu’une personne se considère comme un instrument pour réaliser les souhaits d’une autre personne et, par conséquent, ne se considère plus responsable de ses actes.”

Cette seconde phrase de Stanley Milgram parle d’un concept présent dans la grande majorité de ses œuvres : l’obéissance. Avec cette phrase, Milgram essaie de nous faire comprendre comment l’obéissance et la soumission semblent être les deux faces d’une même pièce.

Lorsqu’une personne obéit – reconnaît une autorité – elle devient souvent l’instrument d’ une autre personne (marionnette) – l’autorité. Dans de nombreux cas, il ne s’agit pas d’un processus conscient, mais d’un transfert de responsabilité.

Il est fréquent que des personnes sous l’influence d’une autorité finissent par déposer une partie, voire la totalité, de la responsabilité de leurs actes dans cette personne. D’une certaine manière, c’est comme si la personne cesse d’être ce qu’elle est : elle s’abandonne aux désirs et aux caprices de l’autorité.

Cependant, Milgram souligne que ce n’est pas parce qu’ “une personne se considère comme étant un instrument” qu’elle l’est.

3. Il est nécessaire d’agir

“Ce n’est que dans l’action que vous pouvez pleinement réaliser les forces opérationnelles du comportement social. Je suis donc expérimentaliste.”

Avec cette troisième phrase, Stanley Milgram fait référence à son intérêt pour démontrer à travers des études et des expériences les rouages ​​du comportement social. Cet auteur, qui se disait “expérimentaliste” a fait valoir que ce sont les tests, les erreurs et les succès qui peuvent le mieux répondre aux questions qui ont été posées au sujet du comportement des personnes.

Cela nous rappelle Aristote, un grand philosophe de la Grèce classique qui a introduit à son époque ce qu’on appelait la science ou la recherche expérimentale. Il s’agissait d’un moyen de vérifier les faits et de tirer des conclusions aussi précises que possible.

4. Stanley Milgram : l’évasion des mandats d’autrui

“Un certain système d’autorité est une exigence de toute vie communautaire. Et seul l’homme qui vit dans l’isolement n’est pas obligé de répondre, par défi ou soumission, aux mandats des autres.”

Ici, Stanley Milgram affirme qu’un système d’autorité est, sinon indispensable, une caractéristique de la vie en communauté. Suivre une série de règles semble être le moyen d’établir un certain ordre. Mais qui peut y échapper ?

Milgram souligne là que seule une personne qui vit dans l’isolement peut en quelque sorte fuir les règles qui régissent n’importe quelle communauté. En dehors de cette communauté, vous n’êtes pas obligé de vous soumettre au mandat de quiconque. Cela peut également nous rappeler le film Into the Wild.

Découvrez l'avis de Stanley Milgram sur le système d'autorité.

5. Soyez le maillon du milieu

“Il est facile d’ignorer la responsabilité lorsque vous n’êtes qu’un maillon intermédiaire d’une chaîne d’action.”

L’auteur parle du concept de maillon intermédiaire dans une chaîne d’action. Il est facile de fermer les yeux sur les conséquences finales des actions effectuées lorsqu’elles n’affectent pas directement la personne dans cette position.

Par exemple, une personne qui travaille dans une grande entreprise, mais qui n’est pas consciente que la viabilité de l’entreprise dépend de la performance de ses travailleurs, peut finir par nuire à ses propres conditions de travail ou même se retrouver sans emploi.

Que pensez-vous de ces phrases de Stanley Milgram ? Laquelle d’entre elles a le plus retenu votre attention ? Nous espérons que certaines d’entre elles vous ont permis de réfléchir au concept d’obéissance, l’un des termes le plus présent dans les travaux et études de ce philosophe.

  • Canto Ortiz, Jesús M., & Álvaro, José L.. (2015). Más allá de la obediencia: reanálisis de la investigación de Milgram. Escritos de Psicología (Internet)8(1), 13-20. https://dx.doi.org/10.5231/psy.writ.2015.0701
  • Martínez Tejeda, Gustavo. (2017). Los desafíos grupales de la cooperación en la educación. Polis13(1), 113-142. Recuperado en 31 de marzo de 2019, de http://www.scielo.org.mx/scielo.php?script=sci_arttext&pid=S1870-23332017000100113&lng=es&tlng=es.
  • Rettberg, Angelika. (2017). Genocidas, situaciones y responsabilidades: Una revisión de The Killing Compartments: The Mentality of Mass Murder (2015) de Abram de Swaan y A Dreaming Child de Gakire Dieudonné (2016). Colombia Internacional, (90), 251-255. https://dx.doi.org/10.7440/colombiaint90.2017.09