3 troubles neurologiques curieux et intéressants

3 janvier 2018 dans Psychologie 85 Partagés
troubles neurologiques

Le cerveau est une structure organique complexe qui régit en grande partie notre comportement, mais également le lieu où habitent nos pensées et nos émotions. Enquêter sur le substrat biologique de ce dernier est essentiel pour comprendre le fonctionnement de la cognition. Cependant, sa complexité, associée aux difficultés méthodologiques, complique grandement l’exploration du système nerveux. Une façon d’en apprendre davantage sur son fonctionnement est d’étudier les troubles neurologiques.

Normalement un dommage dans les structures du SN a une conséquence, plus ou moins notoire, sur notre comportement. Si nous associons ces conséquences aux zones endommagées, nous pouvons localiser une multitude de fonctions et de processus. Bien qu’il soit nécessaire de prendre certaines précautions dans la mesure où les personnes atteintes de troubles neurologiques présentent des conditions spéciales pouvant biaiser ou contaminer les conclusions qui en résultent. Nous trouvons des exemples de cela chez les sujets ayant plusieurs zones touchées ou qui prennent des médicaments possédant de nombreux effets secondaires.

Nous parlerons dans cet article de trois troubles neurologiques qui, d’une certaine manière, semblent incroyables. Ils nous aideront à comprendre dans quelle mesure chacun des processus cognitifs est lié à un substrat biologique.  Nous allons expliquer ici la vision aveugle, l’hémi-négligence visuelle et les hémisphères fendus.

cerveau

Vision aveugle

Imaginez que nous faisons face à une personne qui a récemment eu un accident. Nous savons en outre que cette personne a subi des lésions cérébrales suite à cet accident. Elle nous informe ensuite qu’elle ne voit absolument rien, qu’elle a perdu la vue. Mais nous constatons quelque chose d’étrange, ses yeux nous suivent, ce qui nous pousse donc à enquêter. Lorsque nous lui disons d’attraper un objet, elle tend la main vers l’objet et l’attrape comme si elle le voyait. Et non seulement cela, si nous insistons pour qu’elle tente de deviner les nombres affichés sur un écran, elle y parvient avec une précision beaucoup plus grande que si elle le faisait au hasard. Comment est-ce possible ?

Après avoir observé le comportement du patient, les données indiquent que ce dernier voit ce qui se passe autour de lui, mais il tient le discours comme quoi il est aveugle. Cela signifie-t-il qu’il nous ment ? La réponse est non. Le problème réside dans le fait que le sujet n’est pas capable de traiter de ce qu’il voit. Il traite inconsciemment tous les stimuli visuels mais, en raison d’un échec attentionnel, ces données ne parviennent pas à la conscience.

Il s’agit de l’un des troubles neurologiques les plus incroyables puisque les personnes qui en souffrent constituent une preuve vivante qu’il existe a un traitement de l’information sans intervention de la conscience.

Hémi-négligence visuelle

L’hémi-négligence visuelle est un autre des troubles neurologiques de déficit de l’attention, à l’instar de la vision aveugle. Il est associé à des dommages au cortex préfrontal droit ou au CPFd. Un aspect essentiel pour le comprendre est de savoir que le cortex préfrontal gauche ou CPFg est responsable des processus attentionnels du côté droit du champ visuel ; en revanche, le cortex préfrontal droit est responsable de l’attention du champ visuel gauche. Par conséquent, un dommage dans le CPFd laisserait le sujet sans processus attentionnels dans le champ visuel gauche.

Mais quelles sont les conséquences inhérentes au fait de ne pas s’occuper d’un côté du champ visuel ? Ces patients seront seulement conscients du côté droit de leur vision. Nous pourrons observer chez eux des comportements tels que : manger seulement la moitié droite de ce qu’ils ont dans l’assiette, ne se maquiller que la moitié droite du visage et ne dessiner que le côté droit des objets. La chose la plus incroyable à propos de ce trouble est que les patients ne sont pas conscients d’avoir un quelconque problème. Ils ont la perception de vivre une vie normale et cohérente.

Par ailleurs, un autre aspect intéressant est que cela affecte non seulement le champ visuel perçu par les yeux, mais également l’imagination. Si nous demandons à un sujet de se placer mentalement sur la place de la cathédrale de Milan et de nous décrire la scène, il ne mentionnera que les éléments de droite. En revanche, si nous lui demandons ensuite de faire demi-tour, le fait de disposer des objet sur sa gauche fera qu’il sera incapable de nommer les objets listés antérieurement. Il nommerait alors les éléments qu’il n’avait pas nommés auparavant.

Hémisphères fendus

Enfin, voyons à présent l’un des troubles neurologiques les plus curieux et les plus impressionnants, les hémisphères fendus. Dans les cas sévères, il est nécessaire d’effectuer une intervention chirurgicale appelée callosotomie. Cette opération consiste à enlever le corps calleux d’un sujet, qui est la connexion la plus importante du cerveau entre les deux hémisphères. Par conséquent, cela implique une déconnexion de la coopération entre l’hémisphère gauche et l’hémisphère droit.

hémisphères du cerveau

L’un des symptômes les plus curieux est le syndrome de la main étrangère, dans lequel il semble que la main gauche du patient possède une vie propre et où le sujet n’est pas capable de traiter le comportement moteur de cette dernière. Il en est ainsi parce que la zone en charge du mouvement volontaire de la main gauche est situé dans l’hémisphère droit, tandis que la langage est situé dans le gauche.

Nous observons dans ce trouble comment chacun des hémisphères exerce un comportement indépendant chez le sujet. Il existe de nombreuses anecdotes de patients qui soutiennent ce postulat. Par exemple, un patient qui lisait un livre vit sa main gauche bouger pour fermer ce dernier parce que, dans la mesure où l’hémisphère droit ne sait pas lire, il s’ennuyait. Dans un autre cas, un patient essaya de frapper son conjoint de la main gauche alors qu’il tentait de l’éviter avec sa main droite.


A découvrir aussi