Zones bleues : régions du monde où les gens vivent plus longtemps et sont plus heureux

3 avril 2019
Avez-vous déjà entendu parler des zones bleues ? Dan Buettner et son équipe en décomptent 5 !

Au cours des dernières années, on a identifié 5 endroits dans le monde où les gens vivent plus longtemps que la moyenne. Et où ils semblent également être plus heureux. Ces endroits sont connus sous le nom de « zones bleues ». L’analyse portant sur les raisons pour lesquelles la longévité est plus grande dans ces endroits fournit des données qui, en plus d’être fascinantes, nous donnent de nombreuses clés à appliquer au quotidien afin d’améliorer notre qualité de vie.

Il existe certaines routines et certains modes de vie que les habitants de ces lieux partagent. Et ce même si des milliers de kilomètres les séparent. Un fait qui nous fait nous dire que c’est leur façon de vivre et d’être dans le monde qui influe sur le bonheur et la santé des gens, par leur situation géographique. Voyons quels sont les facteurs que ces communautés partagent.

Les zones bleues et Dan Buettner

Le chercheur américain et membre de National Geografic, Dan Buettner, a mené une enquête exhaustive basée sur une étude démographique. Cette étude a placé la région de Barbagia, en Sardaigne italienne, au rang de lieu où les habitants vivent le plus longtemps. Buettner a réuni une équipe de recherche comprenant des médecins, des nutritionnistes, des épidémiologistes, des anthropologues et des démographes. Au cours de leur recherche, ils ont trouvé 4 autres régions présentant les mêmes caractéristiques non seulement au niveau des données statistiques, mais aussi au niveau des modes de vie.

Ainsi, la carte des zones bleues est composée de Barbaglia, qui compte la plus grande concentration de centenaires au monde. Viennent ensuite la péninsule de Nicoya, la deuxième région mondiale où ont été recensés le plus de centenaires, ainsi que l’île japonaise d’Okinawa, qui concentre la population de femmes la plus âgée de notre planète. Mais aussi une autre île, Ikaria, située dans la mer Égée, où la population vit très longtemps et avec les plus bas niveaux de démence sénile jamais enregistrés. Enfin, apparaît aussi dans cette carte Loma Linda, sur la côte ouest des États-Unis, une communauté où l’espérance de vie dépasse de 10 ans la moyenne de ce pays.

zones bleues

Qu’est-ce que ces domaines ont en commun ?

Bien qu’ils appartiennent à des zones géographiques, des climats et des cultures complètement différents, les habitants des zones bleues partagent des données démographiques surprenantes. En effet, on a mis au jour des coïncidences liées au climat ou à un certain type de culture.

Il semble que les indices trouvés dans ces communautés reposent sur au moins 5 facteurs qui semblent favoriser la longévité spectaculaire et la qualité de vie de ses habitants. Ces facteurs sont liés au régime alimentaire. A l’exercice. A la vision de la vie. Mais aussi aux ressources dont disposent les habitants pour faire face au stress et gérer leurs relations sociales.

Régime et exercice

Dans ces zones bleues, les habitants consomment beaucoup plus de produits d’origine végétale et de poisson que de viandes rouges. Dans certaines de ces régions, on consomme aussi régulièrement de l’huile d’olive et du vin rouge. En outre, les habitants ont tendance à manger lentement et à ne pas remplir complètement leur estomac.

A Okinawa, cette pratique porte le nom de hara hachi bu, le secret qui prolonge la vie : manger moins, c’est vivre plus longtemps. Des études menées sur cette pratique ont montré qu’elle réduit le nombre de diagnostics de maladie coronarienne et de cancer. Cette règle a été instaurée par Confucius. En effet, le « régime d’Okinawa » préconise de manger des quantités n’excédant pas 80% du volume stomacal.

Une autre habitude commune aux habitants des zones bleues est qu’ils ne conçoivent pas le sédentarisme. Ils ne fréquentent pas de centres sportifs : leurs routines de vie incluent de longues promenades et des balades à vélo. Ils travaillent aussi dans les champs ou dans les jardins, ce qui leur permet donc d’avoir une activité physique régulière.

zones bleues

But de la vie

L’un des facteurs fondamentaux que ces personnes semblent partager, c’est le fait qu’il aient une raison de se lever chaque matin heureux parce qu’ils ont quelque chose à faire. Aussi à Okinawa, cette philosophie porte un nom : Ikigai. Il s’agit d’avoir un but dans la vie et ne pas le perdre avec l’âge. Ce concept n’est pas du tout lié au travail ou à des objectifs économiques. Il concerne le désir de faire quelque chose qui vous rend vraiment heureux.

Gestion du stress et des relations sociales

Un autre aspect qui semble vraiment influencer la qualité et la durée de la vie consiste à se sentir utile et à développer des liens sociaux qui ne se limitent pas exclusivement à la famille. Les personnes vivant en zone bleue prennent soin de leurs amis et évitent les relations toxiques. Elles participent activement aux cercles sociaux et mettent tout en oeuvre pour le bien de leur communauté. En bref, elles partagent un temps de qualité avec d’autres personnes.

La recherche s’est concentrée sur les personnes vivant dans les zones bleues et leurs ressources pour faire face au stress, et il se trouve qu’elles n’en souffrent pratiquement pas. Ces communautés accordent une attention particulière aux aspects tels que le repos et la qualité des heures de sommeil. Beaucoup pratiquent la méditation ou de très vieilles techniques de relaxation et ont de profondes croyances spirituelles.