Un mauvais sommeil provoque un fort sentiment de solitude

04 septembre, 2020
Des recherches intéressantes indiquent qu'il existe un lien entre un mauvais sommeil et le sentiment de solitude. Or, à quoi ressemble cette association et comment nous affecte-t-elle ? Est-elle contagieuse ?
 

Le sentiment de solitude et les problèmes de sommeil sont des difficultés croissantes dans le monde. La première a augmenté de façon spectaculaire ; des pays, comme le Royaume-Uni, ont maintenant un “ministère de la Solitude”. Et le mauvais sommeil est également devenu un phénomène courant dans le monde entier.

La nouveauté est qu’une étude a trouvé un lien entre les deux phénomènes. Il semble que le fait de mal dormir provoque un fort sentiment de solitude. Bien que l’étude ne le mentionne pas, on sait que lorsqu’une personne ne s’entend pas avec sa solitude, elle a tendance à avoir des problèmes de sommeil.

Un mauvais sommeil déclenche toute une tempête de sentiments. Il est clair que le manque de sommeil affecte notre humeur : il nous rend moins motivés, plus irritables et moins capables de diriger et de maintenir notre attention. L’étude dont nous parlerons plus loin montre qu’il augmente également le sentiment de solitude.

“Le sommeil est la meilleure des méditations.”

-Dalai Lama-

La fatigue peut donner lieu à un fort sentiment de solitude.

 

L’étude de l’université de Berkeley

L’étude sur la relation entre le manque de sommeil et le sentiment de solitude a été menée par les neurologues Eti Ben-Simon et Matthew Walker, de l’Université de Californie (Berkeley). Les résultats ont été publiés dans la revue Nature Communications en 2018.

 

Une étude précédente menée auprès de 140 volontaires avait déjà montré qu’après une nuit de privation de sommeil, les gens déclaraient avoir le sentiment d’être isolés et de n’avoir personne à qui parler. Ben-Simon et Walker voulaient corroborer et affiner ces conclusions.

Pour ce faire, ils ont demandé à 18 jeunes de dormir chez eux pendant une nuit entière, sans interruption. Le lendemain, ils devaient passer une nuit blanche dans un laboratoire. Pour ce faire, on leur a donné beaucoup d’activité afin qu’ils ne puissent pas s’endormir une minute.

Ensuite, une vidéo a été diffusée pour eux. Elle montrait une personne marchant vers eux à une distance de 3 mètres. On leur demandait d’appuyer sur un bouton lorsqu’ils estimaient que cette personne était trop proche. Les résultats ont montré qu’en moyenne, les bénévoles sont restés à l’écart 15 % de plus qu’un autre groupe ayant dormi la nuit précédente.

Les effets d’un mauvais sommeil sur le sentiment de solitude

Les chercheurs ont également découvert qu’une zone associée à un sentiment de menace était activée dans le cerveau des volontaires lorsque la personne dans la vidéo s’approchait de la caméra. En d’autres termes, ils ressentaient plus fortement le risque que représente la proximité des autres.

On a également constaté une diminution de l’activité dans les zones du cerveau associées à la socialisation. Cela signifie que leur motivation à interagir avec les autres était moindre.

 

Les volontaires, quant à eux, ont déclaré se sentir plus seuls. Selon les termes d’un des chercheurs : “Moins nous dormons, moins nous voulons interagir avec les autres ; au contraire, nous évitons la vie sociale, ce qui augmente les conséquences interpersonnelles du manque de sommeil”.

Une autre expérience révélatrice

Eti Ben-Simon et Matthew Walker ont porté l’expérience à une deuxième phase. Cette phase a mobilisé 1 000 bénévoles. Tous ont reçu des vidéos montrant les 18 volontaires de l’expérience précédente. Chaque vidéo a duré un peu plus d’une minute et chacun des 18 volontaires a parlé de sujets informels, guidé par un questionnaire de 10 questions.

La moitié des vidéos ont été enregistrées après une nuit de sommeil et l’autre moitié après une nuit blanche. Les téléspectateurs ne l’ont pas su. On leur a simplement montré les vidéos, dans un ordre aléatoire – peu importe qu’elles aient été enregistrées après une nuit de sommeil ou après une nuit de veille.

On leur a ensuite demandé d’indiquer les participants qui semblaient les plus solitaires ; la plupart des téléspectateurs ont identifié ceux qui n’avaient pas dormi. Ils ont également exprimé qu’ils ne voyaient aucune motivation ou orientation pour interagir avec ces personnes.

Un homme ayant un mauvais sommeil, ce qui peut provoquer un sentiment de solitude.
 

Les résultats de l’étude sur le sentiment de solitude et le sommeil

Dans la dernière partie de l’expérience, les 1000 volontaires ont été invités à faire part de leurs propres sentiments après avoir visionné les vidéos des 18 premiers participants. Le résultat était que le fait de voir ceux qui n’avaient pas dormi augmentait également le sentiment de solitude chez les téléspectateurs.

Les chercheurs ont noté que, dans une certaine mesure, le sentiment de solitude était “contagieux”. Plusieurs ont dit qu’ils se sentaient inexplicablement plus seuls après avoir regardé une vidéo d’une personne en manque de sommeil.

La conclusion est qu’un mauvais sommeil prédispose négativement les gens à socialiser avec les autres et, de plus, provoque des sentiments de rejet chez les autres. La bonne nouvelle est qu’une seule nuit de sommeil suffit pour faire disparaître les effets que nous avons énumérés.

 

 

López, M. F. (2018). Cómo dormir mejor: Guía práctica para mal dormidos. EDICIONES B.