Trouble de la personnalité limite (TPL) : les stratégies en cas de crise

30 juillet 2019
Les personnes qui souffrent du trouble de la personnalité limite ont généralement des crises tout au long de leur vie. Il s'agit d'épisodes d'instabilité émotionnelle qu'elles vivent dans la souffrance et qui se caractérisent, dans la plupart des cas, par la peur de l'abandon. Mais qu'y-a-t-il derrière ces crises et comment pouvons-nous les gérer ?

Le trouble de la personnalité limite (TPL) se caractérise par des relations interpersonnelles, une image de soi et des émotions instables. Les émotions ressenties par le patient peuvent être autodestructrices.

Une personne qui souffre de ce trouble a différentes crises au cours de sa vie. Ces crises constituent une réponse à une source de stress ou à un facteur biologique.

Le trouble de la personnalité limite s’essouffle au fur et à mesure des années, mais s’agissant d’un trouble de la personnalité, nous sommes face à un problème de santé chronique. Il est donc essentiel que la personne atteinte du TPL et son entourage apprennent à gérer les crises.

Les crises du TPL sont vécues comme un tsunami émotionnel terriblement difficile à contrôler. L’impulsivité de la personne atteinte ainsi que sa peur de l’abandon la poussent parfois à se faire du mal à elle-même. La personne devient incontrôlable et ne parvient pas à remédier à cela. C’est comme si une autre identité la possédait. D’ailleurs, une fois la crise terminée, les sentiments de honte et de culpabilité apparaissent, car elle ne se reconnaît pas dans le comportement qu’elle a eu.

Évidemment, la douleur ressentie par la famille est très forte. Non seulement parce que les crises peuvent inclure des agressions verbales ou physiques, mais aussi parce que, au fond, c’est la personne atteinte du TPL qui souffre le plus de son comportement. Généralement, l’entourage de la personne atteinte du TPL tente par tous les moyens de faire en sorte qu’elle ne commette pas un acte qu’elle pourrait regretter.

Ce que l’entourage d’une personne atteinte du trouble de la personnalité limite peut faire lors d’une crise

Une femme souffrant du trouble de la personnalité limite

 

Si nous interrogions maintenant plusieurs personnes atteintes du trouble de la personnalité limite sur ce dont elles ont besoin lorsqu’elles sont en pleine crise, il est très probable que, toutes, nous répondent qu’elles ont seulement besoin d’affection et de compréhension… En somme, elles ont besoin d’amour.

Lorsqu’une personne atteinte du TPL a une crise, elle se sent terriblement vide, comme s’il lui manquait une pièce émotionnelle. À cause de cette sensation, elle part à la chasse de cette pièce qui lui manque. Malheureusement, elle ne s’y prend pas de la meilleure façon. Plutôt que de réclamer de la tendresse et de l’affection en exprimant ses besoins avec des mots, elle exprimera son besoin d’amour au moyen de critiques et avec colère. Elle fera l’expérience d’une dysphorie constante.

Dans un premier temps, il est probable que ses proches lui accordent leur attention et tente de la comprendre et de la raisonner… Mais lorsqu’ils constatent que cette démarche n’apporte pas de résultats, il est fort probable qu’ils finissent par s’éloigner d’elle. Cela confirme ce sentiment d’abandon si craint par les patients atteints du TPL, un sentiment qui renforcera leur dysphorie.

Ainsi, pendant une crise, la meilleure chose à faire est d’accompagner la personne sans la juger. Dans la suite de cet article, découvrez quelques stratégie pour gérer une crise du TPL.

 

Quelques stratégies pour gérer une crise du trouble de la personnalité limite

L'entourage peut beaucoup aider une personne souffrant du trouble de la personnalité limite

La plupart des personnes qui souffrent du trouble de la personnalité limite ont grandit dans des environnements au sein desquels leurs émotions n’ont pas été validées. On parle d’environnements invalidants. Ces environnements, auxquels s’ajoute une certaine prédisposition biologique, contribuent au développement du trouble.

Il n’est pas possible de contrôler la partie biologique du trouble. En revanche, il est possible d’améliorer les environnements invalidants.

Comme nous le disions plus haut, pendant une crise du TPL, le patient a besoin d’un accompagnement sans jugement, de l’acceptation inconditionnelle de son entourage ainsi que d’une validation de ses émotions. Bien que cela ne soit pas évident, ces stratégies atténueront l’intensité émotionnelle du patient. Les crises seront alors de plus courte durée.

Découvrez ci-dessous quelles sont les différentes stratégies pouvant être mises en œuvre par l’entourage pour atténuer l’intensité des crises du TPL.

Offrez votre acceptation inconditionnelle à la personne atteinte du trouble de personnalité limite

Une personne atteinte du TPL a besoin de se sentir inconditionnellement acceptée par son entourage. Cela veut dire que la personne qui se trouve à ses côtés doit accepter ce trouble. Elle doit donc accepter les symptômes.

Il est important de comprendre que les crises ne sont rien de plus que des crises liées à une maladie. L’entourage du patient doit comprendre que ces crises font partie du trouble et qu’elles ne durent pas éternellement. Ainsi, pendant une crise, l’entourage ne doit pas sermonner la personne atteinte du TPL ni être sur la défensive ou contre elle.

Donnez-lui de l’affection

Comme nous le disions plus haut, pendant une crise du TPL, la personne a simplement besoin d’amour, de compagnie, d’affection et d’empathie. Pour cela, nous n’avons rien besoin de faire de plus que d’être à ses côtés sans la juger.

Si elle vous insulte, il est vivement recommandé de ne pas être sur la défensive. Il faut, au contraire, lui dire que vous êtes là malgré tout.

Nous le savons… Il est difficile de garder son sang-froid lorsqu’une personne qu’on aime ne se comporte pas bien… Mais c’est la seule façon de réduire l’intensité ainsi que la durée de la crise. Si vous vous mettez en colère, la seule chose que vous parviendrez à faire c’est aggraver la situation. Et cela pourrait mal se terminer…

Faites-lui comprendre qu’elle n’est pas sa maladie

Rappelez-lui qu’elle n’est pas sa maladie. Comme c’est le cas pour toutes les maladies, ce trouble va provoquer l’apparition de symptômes. Les symptômes du TPL sont assez violents. Cela ne veut pas dire que la personne atteinte du TPL est une mauvaise personne et qu’elle est d’accord avec les symptômes de son trouble.

En lui rappelant cela, vous l’aiderez à se sentir comprise et aimée. Son sentiment de culpabilité sera moins lourd une fois la crise contrôlée.

Assurez sa sécurité

Une personne atteinte du TPL peut parfois chercher à s’automutiler. Il est donc essentiel de ne pas laisser une personne atteinte du TPL seule pendant une crise.

De plus, si vous soupçonnez une éventuelle tentative de suicide, assurez-vous qu’aucun objet dangereux se trouve à la portée de ses mains.

Ne la surprotégez pas

Donner de l’affection à une personne ne veut pas dire la surprotéger. Valider ses émotions et tolérer le trouble est une chose ; la rendre dépendante en est une autre.

Il est bon d’encourager la personne atteinte du TPL à maintenir une routine, à rester autonome et à assumer ses responsabilités. La vie du patient doit continuer normalement.

 

Les crises du TPL ne sont pas des crises faciles à gérer, ni pour le patient lui-même ni pour son entourage. L’intensité émotionnelle est parfois si forte que l’entourage préfère s’éloigner de la personne atteinte du TPL.

Il serait bon de changer de stratégie. Plutôt que de fuir le tourbillon émotionnel de la personne atteinte du TPL, il est préférable d’accepter la situation et de prendre la personne dans nos bras. Vous serez surpris de voir comment une étreinte peut, bien souvent, désactiver les démons de la personne et faire qu’elle revienne à elle-même.

 

  • American Psychiatric Association (APA) (2014): Manual de Diagnóstico y Estadísitico de los Trastornos Mentales, DSM5. Editorial Médica Panamericana. Madrid.
  • Frías, A. (2017). Vivir con trastorno límite de la personalidad. Una guía clínica para pacientes. Serendipity. Desvele de Brouwer.