Tout ce qu'il faut savoir sur le fascinant projet Washoe

28 octobre, 2020
Le projet Washoe a prouvé que les singes ont un niveau de pensée, d'émotion et de conscience plus élevé que nous le pensons. Pour beaucoup, cette expérience a complètement changé la perception des animaux.

Le projet Washoe est à la fois fascinant et émouvant. Washoe est le nom d’une femelle chimpanzé, le premier animal non humain à apprendre la langue des signes américaine. Pour beaucoup, ce projet représente bien plus qu’une expérience : c’est une révélation de la nature.

Le projet Washoe a débuté le 21 juin 1966, dirigé par les Drs Allen Gardner et Beatrix Gardner. Le petit chimpanzé avait alors seulement 2 ans.

Washoe est née un an avant le début de l’expérience, en Afrique de l’Ouest où elle a été capturée et amenée aux États-Unis par l’armée de l’air de ce pays. Elle était destinée à être utiliseé dans les expériences de la NASA, mais les Gardner l’ont adoptée et ont lancé le projet Washoe.

“Je suis en faveur des droits des animaux, ainsi que des droits de l’homme. C’est le chemin d’un être humain complet.”

Abraham Lincoln

Il s'agit du singe Washoe.

Le projet Washoe

Allen et Beatrix Gardner avaient déjà travaillé avec des singes avant de démarrer le projet Washoe. À cette époque, la linguistique était devenue un domaine de grand intérêt et les Gardner voulaient savoir s’il était possible d’enseigner le langage humain aux animaux.

Avant Washoe, ils avaient adopté des chimpanzés à deux reprises pour essayer de leur apprendre à parler comme des humains. Les deux tentatives ont échoué et les scientifiques ont conclu que c’était parce que l’anatomie des singes rendait le langage articulé impossible.

Quand Washoe est entrée dans leur vie, ils avaient renoncé à enseigner aux singes à parler : ils pensaient que la langue des signes était la langue la plus appropriée. Les mains de cette espèce sont très similaires aux nôtres : la probabilité d’obtenir des résultats satisfaisants était donc plus élevée.

L’éducation de Washoe

Les Gardner pensaient également qu’il valait mieux élever Washoe comme si elle était humaine. Elle a donc reçue  la même éducation que celle prodiguée à un enfant. Ils voulaient savoir si le chimpanzé était capable d’apprendre la langue naturellement, comme le fait un bébé humain.

Ainsi, Washoe avait sa propre tenue et s’asseyait pour manger à table avec le couple. Elle avait également ses propres affaires : des brosses à dents, des peignes, des livres et des jouets. Une fois grande, elle avait sa propre roulotte qui comprenait un salon, une cuisine, une commode, un réfrigérateur et un lit ajusté.

À l’âge de 5 ans, les Gardner ont ensuite confié la garde de Washoe à Roger et Deborah Fouts. Depuis, les Fouts ont pris soin d’elle en conservant les mêmes paramètres de vie qu’elle avait avec les Gardner.

Un être intelligent

Tous les soignants de Washoe devaient utiliser la langue des signes et s’abstenir d’utiliser la langue parlée. Ils ne voulaient pas qu’elle se sente différente des autres : les signes étaient la forme naturelle de communication. Petit à petit, elle apprenait à communiquer avec les humains.

Ils n’ont appliqué aucune méthode de conditionnement à Washoe pour cet apprentissage. Autrement dit, ils ne l’ont pas récompensée pour ses réalisations, comme on le fait généralement avec les animaux que l’on entraîne, mais elle a été autorisée à apprendre par imitation. Ce qu’elle a fait. Au bout du compte, Washoe connaissait plus de 350 mots.

Washoe avait sa propre personnalité. Elle aimait passer du temps à regarder des livres pendant son temps libre. Elle aimait aussi voir les catalogues de chaussures et, de manière générale, les chaussures attiraient son attention. De plus, elle avait un grand sens de l’humour.

Le projet Washoe : un projet fascinant.

Plus qu’une expérience

Deux événements ont attiré l’attention des scientifiques et aucun d’entre eux n’a été prévu dans le projet Washoe. Le premier a eu lieu lorsque l’un des soignants du chimpanzé a du partir pour donner naissance à un bébé qui est décédé plus tard. Son absence a attristé Washoe.

Lorsque la soignante est revenue, elle a raconté à Washoe, en langue des signes, ce qui lui était arrivé. Le chimpanzé baissa le regard, puis traça avec son doigt le chemin d’une larme sur le visage de cette mère en deuil. Cela montrait non seulement qu’elle avait un haut niveau de compréhension, mais qu’elle différenciait les émotions et ressentait de l’empathie.

L’autre événement étonnant a eu lieu quand ils l’ont placée devant un miroir et lui ont demandé qui était dans le miroir. Elle a répondu “Yo, Washoe”. Cela signifie qu’elle avait une conscience de soi, une fonction cognitive supérieure.

Washoe est morte en 1965. Beaucoup de ceux qui connaissaient le projet ont demandé à ce que les primates soient déclarés “personnes non humaines”. Et vous, qu’en pensez-vous ?

Tamames, K. (2008). Personas como Washoe. Cuadernos para el diálogo, (28), 129-131.