Le test du dessin de l’horloge pour diagnostiquer les maladies et les troubles mentaux

· 8 décembre 2017

Le test du dessin de l’horloge est un test de diagnostic très simple à appliquer. Son but est d’évaluer la détérioration cognitive des patients et de pouvoir diagnostiquer d’éventuels troubles neurologiques et psychiatriques. Depuis sa première utilisation en 1953, ce test est généralement l’un des plus employé pour identifier de manière précoce la maladie d’Alzheimer ou d’autres formes de démence.

Il est tout à fait possible qu’à l’heure actuelle, si nous disons que ce test repose « uniquement » sur le fait de demander à une personne de dessiner une horloge dont les aiguilles marquent 11h10, plus d’une personne doutera de sa validité et de son efficacité diagnostique. Cependant, il existe un certain nombre d’aspects pratiques que nous devons considérer à propos de cette tâche (apparemment) si simple.

Dessiner une horloge. C’est tellement simple qu’il est presque incroyable qu’il s’agisse d’un des tests les plus concluants pour détecter des troubles cognitifs tels que la maladie de Parkinson ou la maladie d’Alzheimer.

Tout d’abord, nous devons comprendre l’ordre demandé : « dessinez une horloge qui marque telle heure ». Plus tard, la personne devra planifier, faire attention à sa performance motrice, ajuster sa perception visuelle, sa coordination visuo-motrice et sa capacité visuo-constructive. Ce n’est pas si simple, en effet, l’efficacité cognitive requise pour le test de l’horloge en fait l’un des tests les plus utiles, surtout si nous le comparons à des tests plus complexes, plus coûteux et moins fiables.

cerveau

Le test du dessin de l’horloge pour évaluer un déficit des capacités cognitives

Ce test a été développé et appliqué pour la première fois en 1953. Il cherchait à évaluer l’apraxie constructive (commune dans la démence) et à identifier l’étendue des lésions du cortex pariétal. Progressivement, et constatant son efficacité, il devint un instrument essentiel pour diagnostiquer la détérioration cognitive associée notamment aux premières phases de la maladie d’Alzheimer.

L’administration de ce test, comme nous l’avons indiqué antérieurement, est simple. Cependant, il doit être guidé et analysé par un psychologue qualifié dans la mesure où, à partir du test du dessin de l’horloge, nous pouvons identifier divers troubles, déficits ou lésions cérébrales. Il convient également de noter qu’il existe jusqu’à 15 façons différentes d’évaluer ce test.

Comment le test de l’horloge est-il réalisé ?

Généralement, le professionnel peut choisir d’administrer le test de deux façons :

  • Dessin de l’horloge par le biais d’instructions : dans ce cas, le patient reçoit une page vierge où il doit dessiner une horloge qui marque 11h10. Il est important que la sphère contienne la distribution correcte de chaque heure.
  • Dans l’autre cas, il peut également être demandé au patient de copier le modèle d’une horloge déjà dessinée. La copie doit être exacte : chiffres, taille du cadran, aiguilles…
  • Lorsque le patient termine le test, il lui est demandé s’il a fini et s’il pense qu’il a bien fait.

Il est fort probable que nous nous demandions à présent pourquoi l’horloge doit marquer exactement 11h10. Quelque chose d’aussi simple que cela implique que les 2 hémiques visuo-attentionnels doivent participer. Cela exige également que la personne traite l’instruction, qu’elle la comprenne, qu’elle se souvienne de l’heure, de la distribution de chaque fuseau horaire et de la planification adéquate de chaque aiguille.

test du dessin de l'horloge

Comment le test du dessin de l’horloge est-il évalué ?

Comme nous l’avons souligné précédemment, il existe plusieurs façons d’évaluer ce test. Nous observons normalement la sphère, l’ordre des numéros, l’orientation, s’ils sont à l’intérieur ou à l’extérieur de la sphère, s’il se situent d’un seul côté ou même s’il existe un excédent de numérotation. Par exemple, pour les patients atteints de troubles schizophréniques, nous pouvons observer une obsession presque millimétrique afin de signaler chaque minute, ce qui transforme le dessin en une composition bizarre, marbrée et presque incompréhensible.

Le cas d’un patient

Maria a 80 ans et va pour la première fois, en compagnie de ses enfants, consulter un psychologue.« J’oublie les choses », dit-elle en riant alors que sa famille hoche la tête avec une expression inquiète. Le professionnel, après avoir recueilli quelques données et avoir eu une conversation avec Maria pour la détendre et apprendre à mieux la connaître, lui demande de dessiner une horloge qui marque une heure très précise, 11h10. Le résultat est celui que nous voyons ci-dessous.

test du dessin de l'horloge

Le déclin cognitif de Maria est évident. Ce test ne sera pas le seul qui sera réalisé chez ce patient, le diagnostic d’Alzheimer sera confirmé (ou non) avec d’autres stratégies neuropsychologiques. Cependant, le test du dessin de l’horloge est un point de départ et offre des informations fiables et révélatrices.

Maria est déjà âgée et la perte des facultés cognitives est courante. En outre, il convient de préciser que ce test a été affiné ces dernières années. Il existe même un stylo conçu par le « Laboratoire d’Intelligence Artificielle et d’Informatique du Massachusetts » (MIT) qui enregistre le pouls, la précision, les interruptions, les tremblements et autres irrégularités que pourrait présenter le patient.

Des milliers de paramètres peuvent être extraits grâce à cette technologie, mais le plus intéressant est qu’il permet un diagnostic précoce de la maladie d’Alzheimer ou de la maladie de Parkinson. Une détection précoce nous offre l’opportunité de développer de meilleures stratégies, d’appliquer des traitements appropriés pour offrir des soins complets au patient, ainsi qu’une meilleure qualité de vie pour ralentir l’évolution de la maladie. Par conséquent, le test du dessin de l’horloge restera l’un des meilleurs outils pour la détection de ce type de maladies.