Techniques d'amélioration du comportement

30 décembre, 2019
La modification du comportement comprend un ensemble de techniques qui visent précisément un changement particulier en mettant l'accent sur le renforcement. Dans cet article, nous abordons certaines de ces techniques thérapeutiques.
 

Les techniques psychologiques employées pour améliorer le comportement se basent principalement sur la modification du comportement. Il s’agit donc d’une théorie orientée sur l’intervention. Ainsi, elle s’appuie sur les connaissances de la psychologie expérimentale. La modification du comportement considère en effet que les mêmes principes régissent les comportements normaux et anormaux.

La modification du comportement cherche à diminuer ou à éliminer les comportements inadaptés et d’établir ou renforcer les comportements appropriés. Elle utilise pour cela des méthodes et des techniques soumises à une évaluation objective et à une vérification empirique. Elle ne se concentre pas seulement sur les comportements observables, mais aussi sur les aspects cognitifs et les processus de base impliqués dans leur origine, leur développement, leur maintien et leur changement.

On dénombre 3 groupes de techniques de modification du comportement :

  • Tout d’abord, les techniques de mise en œuvre d’un comportement
  • Les techniques pour favoriser un comportement
  • Enfin, les techniques pour atténuer un comportement

Dans cet article, nous allons nous concentrer sur les techniques psychologiques pour favoriser un comportement.

Mettre en place des techniques d'amélioration du comportement
 

Les techniques de renforcement positif et négatif du comportement

Les techniques de renforcement positif du comportement

Un renforçateur positif est un stimulus dont la présentation contingente à un comportement entraîne un maintien ou un renforcement du comportement. Le terme de contingence fait donc référence à la relation de dépendance entre le stimulus et le comportement qui en découle.

Les techniques de renforcement négatif du comportement

Le renforcement négatif consiste à augmenter la probabilité de fréquence d’apparition d’un comportement à la suite du retrait d’un stimulus aversif contingent à la réponse.

On peut alors distinguer é types de renforcement négatif. Il s’agit de la fuite et de l’évitement :

  • La fuite : cela consiste à retirer ou à atténuer un stimulus aversif présumé ou à mettre fin à la perte d’un renforçateur positif présumé en fonction d’un comportement
  • L’évitement : il consiste à présenter un stimulus aversif présumé ou à retirer un renforçateur positif présumé en cas de non-délivrance d’un comportement. Ainsi, ce dernier a tendance à se maintenir et à s’accroître car il empêche ou retarde l’apparition d’un stimulus aversif ou la perte d’un renforçateur positif

Le contrat de contingence

Le contrat de contingence est un contrat ou un accord entre 2 ou plusieurs parties, qui établit les responsabilités de chacune par rapport à un certain objet ou une certaine activité. Les caractéristiques du contrat de contingence sont les suivantes :

 
  • Les récompenses sont accordées lorsque le comportement souhaité est adopté
  • Les récompenses doivent être fréquentes, mais en petites quantités
  • Le contrat doit préciser des exigences et doit les récompenser lorsqu’elles sont remplies
  • Le contrat doit être équitable pour les 2 parties
  • Les termes du contrat doivent être clairs
  • Le contrat doit être librement négocié et convenu par les parties
  • Il doit préciser la conduite souhaitée et la récompense attendue
  • Le renforçateur doit être mentionné selon les termes du contrat

Les différents types de contrats de contingence

Il y a des cas où la présence du comportement inapproprié n’est présente que d’un côté. Cependant, il y a de nombreux cas où les comportements problématiques sont des deux côtés.

Dans de tels cas, on utilise 2 types de contrats. Il s’agit des contrats « quid pro quo » et des contrats parallèles aussi appelés contrats de bonne foi :

  • Les contrats « Quid pro quo » ou d’échangeune partie accepte de faire quelque chose en échange d’un certain changement dans la conduite de l’autre partie. Par exemple, un mari peut préparer le dîner avec sa femme si elle lui parle de son travail 20 minutes par jour
 
  • Les contrats parallèles ou de bonne foi : la modification du comportement cible d’une partie a des conséquences indépendamment de la modification du comportement cible de l’autre partie. Ce type de contrat permet d’éliminer la question de savoir qui commence à changer le premier. Il permet de renforcer le changement de comportement de la partie qui se soumet au contrat, même si l’autre partie ne s’y soumet pas. Il n’est pas évident de déterminer le type de contrat le plus efficace

L’économie de jetons

Une autre technique psychologique pour renforcer un comportement est l’économie de jetons. Cette technique consiste essentiellement à distribuer des jetons (des points, des cartes perforées, des jetons, des étoiles, etc) en fonction de la réalisation ou non de certains comportements. Ces jetons peuvent ensuite être échangés contre un ensemble de produits, d’activités et de privilèges (renforçateurs de soutien).

  • Les avantages : Les jetons se distribuent immédiatement et n’interfèrent généralement pas avec la manifestation du comportement souhaité. Ils comblent l’écart entre les comportements souhaités et la présentation des renforçateurs de soutien. Ils sont enfin peu sujets aux effets de satiété et leur nombre est un indicateur visible (feedback) de l’amélioration obtenue
 
  • Les limites : la procédure peut être assez complexe. De plus, les jetons peuvent être volés, contrefaits ou empruntés. Enfin, les membres du groupe peuvent refuser de travailler s’ils ne sont pas inclus dans le programme, etc
Le système d'économie de jetons fait partie des techniques d'amélioration du comportement

Propriétés des jetons

Les jetons peuvent consister en des jetons en plastique, des points, des cartes perforées, des étoiles, etc. Un bon jeton doit présenter les caractéristiques suivantes :

  • Tout d’abord, sa valeur doit s’afficher clairement
  • Il doit être facile de le distribuer
  • Il doit être facilement transportable
  • Le nom du bénéficiaire doit y être clairement visible (pour éviter le « marché noir » des jetons au sein du groupe)
  • Le donateur doit tenir un minimum de comptabilité concernant les jetons
 
  • Enfin, il est bon qu’il soit le plus discret possible. Les points ou les notes sont les types de jetons qui répondent le mieux à ces conditions. Par conséquent, avec des personnes qui comprennent leur signification, il vaut mieux utiliser des points que des jetons physiques. Cependant, il ne faut pas hésiter à utiliser des jetons réels s’ils sont source de plus grande motivation chez les participants

La valeur des jetons doit également être communiquée aux personne au préalable. L’objectif est que les comportements se maintiennent par les renforçateurs naturels de l’environnement et/ou par des renforçateurs intrinsèques.

Pour y parvenir, l’économie de jetons peut se combiner avec d’autres techniques telles que la formation aux compétences sociales ou la résolution de problèmes.