Syndrome dysexécutif : en cas de défaillance du lobe frontal

30 août 2019
Comment une lésion cérébrale peut-elle affecter les performances cognitives et le comportement général ? Dans cet article, nous vous expliquons les principaux symptômes du syndrome dysexécutif.

Le syndrome dysexécutif est le résultat d’un effort pour classifier les altérations cognitivo-comportementales causées par des lésions cérébrales. Ce syndrome est la conséquence d’un dommage au niveau du lobe frontal, plus particulièrement des régions préfrontales. Les fonctions exécutives les plus complexes sont traitées dans cette région.

Pour cette raison, les dommages dans la zone préfrontale produisent l’altération de fonctions telles que la mémoire, l’attention, le langage et la perception, mais surtout du comportement. Par conséquent, le syndrome dysexécutif ou préfrontal englobe un ensemble de symptômes qui affectent la performance intellectuelle des sujets.

Principales fonctions affectées dans le syndrome dysexécutif

Le lobe frontal est métaphoriquement le chef d’orchestre du cerveau. Par conséquent, bien que la fonction affectée dépende de la zone spécifique de la lésion, les principales conséquences se manifestent au niveau :

  • Moteur : altérations de la capacité de réaction, avec persévérance et désorganisation
  • Attention : les réponses orientées sont affectées et le tonus attentionnel est généralement plus bas
  • Langue : la langue est très affectée, il y a des erreurs dans les dénominations et une fuite des idées
  • Perception : l’interprétation perceptive et l’identification des objets en général sont altérées
  • Comportement : la principale zone affectée, en fonction de la blessure. Les conséquences sont l’apathie, la désinhibition et des échanges sociaux inadaptés
  • Mémoire : la capacité de rétention et de récupération connaît des altérations
Le lobe frontal d'un homme

Les changements au niveau moteur

Les changements moteurs se manifestent souvent par des réflexes pathologiques. Il s’agit de réactions automatiques non coordonnées et non adaptatives, telles que le réflexe de pression. D’autre part, la persévérance consiste en l’incapacité de mettre en oeuvre de nouvelles stratégies pour accomplir des tâches.

On peut observer un exemple de persévérance lorsqu’une personne essaie d’ouvrir une porte, et bien qu’elle n’arrive pas à le faire correctement, elle continue d’essayer dans le mauvais sens. Enfin, au niveau de la réaction, les sujets peuvent se montrer hyperactifs, avec une attention dirigée considérablement diminuée.

Les échecs attentionnels dans le syndrome dysexécutif

Comme nous l’avons déjà mentionné, l’attention est une fonction de base frontale. Chez les sujets présentant des lésions dans cette zone, on observe des altérations de type :

  • Réaction accrue aux formes sensorielles.
  • Difficultés à concentrer l’attention sur une tâche.

La mémoire

Cette fonction est affectée en concomitance avec les autres, pouvant mettre en évidence plusieurs changements dans la mémoire générale. En premier lieu, les tâches de rétention sont très affectées, de même que la mémoire antérograde, qui dans de nombreux cas conduit à la conspiration. Enfin, il y a une désorganisation séquentielle des événements temporels, contribuant à un état de confusion généralisée.

Comportement et syndrome dysexécutif

Les lésions préfrontales ne s’associent pas toujours à l’apathie et au manque de réponses émotionnelles, mais à un mauvais traitement, à l’immédiateté et à la puérilité. En général, les changements de comportement dépendent du type et de l’emplacement de la blessure, avec des conséquences très différentes :

  • Lésions du côté gauche : ces patients font preuve d’apathie, de repli sur soi et de désintérêt pour l’échange social
  • Lésions du côté droit : ils ont tendance à présenter une désinhibition émotionnelle, un comportement sexuel inapproprié et immédiat face aux stimuli

Le langage

Comme l’hémisphère qui traite le plus le langage est l’hémisphère gauche, les lésions du côté gauche auront un impact particulier sur le langage. Au niveau bilatéral, on note de claires difficultés de conceptualisation et d’analyse. Chez la plupart des patients, le langage formel se préserve, mais en raison d’une mauvaise planification et d’une mauvaise mémoire, il est très répétitif. Enfin, les changements de comportement affectent également la communication.

La perception

Les altérations de la perception ne sont généralement pas les plus perceptibles, devenant plus évidentes dans les tâches de recherche visuelle (attention sélective). De plus, les erreurs dans la reconnaissance des personnes et des lieux, les négligences spatiales et les difficultés dans la direction des mouvements oculaires sont plus fréquents.

Le syndrome dysexécutif au niveau du cerveau

La base organique du syndrome dysexécutif

Les symptômes détaillés apparaissent généralement de manière comorbide lorsque le lobe frontal est touché et plus précisément le cortex préfrontal. Mais l’étude neuropsychologique a permis un détail plus spécifique selon la structure lésée :

  • Circuit préfrontal dorsolatéral. Erosion des fonctions cognitives, indiquant une incapacité à planifier et à résoudre des problèmes complexes. Elle met également en évidence la perte de souplesse cognitive et les difficultés dans l’initiation des tâches motrices.
  • Cortex orbito-frontal. Lorsque cette zone s’endommage, des changements de comportement tels que la désinhibition, l’agressivité, l’irritabilité et l’incapacité à s’adapter aux normes sociales se manifestent. En même temps, ces sujets communiquent généralement par imitation, tendant à répéter les mouvements des autres.
  • Cingulum antérieur ou cortex mésial frontal. Cette zone s’associe à l’apathie et aux échecs dans l’activation et le comportement spontané. De plus, elle met en évidence l’incapacité à reconnaître les expressions émotionnelles. Les troubles dépressifs sont très fréquents chez ces patients.

Evaluation et traitement

Le diagnostic est habituellement posé par un neuropsychologue qui utilise des tests standardisés pour évaluer le syndrome. C’est aussi un processus auquel participent le neurologue et d’autres professionnels de la santé. En effet, il est nécessaire d’évaluer et de signaler la blessure subie par le patient.

En ce qui concerne le traitement, la rééducation se base sur la récupération ou le maintien de la fonctionnalité du sujet, en fonction de sa gravité et des zones cognitives affectées. L’intervention comporte généralement une composante pharmaceutique pour contrôler en particulier les symptômes qui affectent la vie sociale du patient.

En conclusion soulignons que ce syndrome se présente sous une forme acquise en raison de blessures et d’accidents vasculaires cérébraux. Le principal symptôme est une négligence intellectuelle globale, qui affecte la plupart des fonctions exécutives. Les syndromes de type cérébral acquis démontrent l’importance d’éviter les facteurs de risque et les comportements à risque.