Stranger Things 4 : un voyage dans les profondeurs du traumatisme psychologique

Des souvenirs traumatisants, l'ombre de la dépression, le poids de la culpabilité et même de sombres personnages psychopathes. La quatrième saison de Stranger Things est plus sombre que jamais et aborde des aspects intéressants de la santé mentale.
Stranger Things 4 : un voyage dans les profondeurs du traumatisme psychologique
Valeria Sabater

Rédigé et vérifié par Psychologue Valeria Sabater.

Dernière mise à jour : 04 octobre, 2022

Nous avons attendu près de 3 ans pour la sortie de Stranger Things 4. Cependant, nous pouvons dire que ce retard – justifié par les arrêts de production dues à la pandémie – en valait la peine. Nos enfants d’Hawkins ne sont plus si jeunes et, à cette occasion, l’intrigue plonge dans d’intéressants brouillards psychologiques où le traumatisme est le principal déclencheur.

Les références à la culture pop des années 80 sont toujours la principale marque de fabrique de ses créateurs, les frères Duffer. Cependant, maintenant, plus que jamais, le rétroviseur nostalgique est placé sur les classiques du genre de l’horreur. Il est impossible de ne pas penser à A Nightmare on Elm Street, Hellraiser, Dungeons and Dragons et It.

D’ailleurs, même Stephen King a apprécié un petit hommage à une autre de ses œuvres : Carrie. Si des récits sont empruntés à ces productions, c’est bien pour une raison : ce n’est pas que de la nostalgie. Il s’agit d’un mécanisme plus qu’idéal pour naviguer dans la souffrance humaine.

Les pertes, les sentiments de culpabilité, les traumatismes, le mal et les expériences désagréables des adolescents dans leurs lycées sont les marques que garde à l’esprit le fidèle spectateur de cette série.

« Votre souffrance touche presque à sa fin. »
-Vecna-

Onze retrouve les installations expérimentales du Dr Brenner.

Stranger Things 4 : un voyage dans la douleur humaine

Stranger Things 4 s’éloigne à cette occasion de la sentimentalité plus qu’évidente des saisons précédentes. Ainsi, et bien que des éléments comme l’amitié, l’amour et la loyauté soient toujours très présents, les mécaniques de chaque épisode deviennent de plus en plus sombres. On découvre rapidement qu’une bonne partie des personnages n’a pas surmonté les événements dramatiques de la saison précédente.

Nous sommes également témoins du fait qu’Onze (Millie Bobby Brown) continue d’avoir des problèmes d’adaptation. Si son enfance était déjà compliquée, son adolescence ne l’est pas moins. Le lycée est une torture : « tout le monde me regarde comme si j’étais un monstre », dit-elle. Elle a perdu ses pouvoirs, son père adoptif et, comme si cela ne suffisait pas, la distance la pousse à se demander si Mike (Finn Wolfhard) l’aime toujours.

On pourrait dire que la « terreur du lycée » est le premier déclencheur de la trame. À Hawkins, une vague de meurtres se déclenche, orchestrée par une sinistre figure : Vecna. Cette créature réside, une fois de plus, dans ce « monde à l’envers » familier. C’est un être qui se nourrit de la culpabilité des jeunes. Il les entraîne dans ses ténèbres en leur promettant ce à quoi aspirent la plupart des adolescents : arrêter de souffrir.

Cher Billy, Max et la dépression chez les adolescents

Si nous devions mettre en avant un personnage de Stranger Things 4, ce serait probablement Max (Sadie Sink). Après la mort de son frère, Billy (Dacre Montgomery), son traumatisme après avoir été témoin de la mort de ce dernier est évident. Max fait face au poids de la culpabilité parce qu’elle pense qu’elle n’a rien fait pour l’aider.

Au fil des épisodes, on la voit s’isoler de son cercle d’amis ; éviter également le soutien psychologique et insister sur le fait que « ça va ». Cependant, Max a du mal à dormir, ne peut pas se concentrer, est de mauvaise humeur et a des flashbacks constants sur la mort de Billy. Les symptômes de la dépression et du trouble de stress post-traumatique sont évidents.

Dans l’épisode Cher Billy, on la voit exécuter une technique thérapeutique bien connue : écrire une lettre à l’être que nous avons perdu pour nous réconcilier avec lui. Cependant, la douleur et le poids de la culpabilité présents en elle font d’elle une victime de choix pour Vecna.

Vecna ​​ou comment se nourrir de la souffrance et du regret des autres

Vecna, à l’origine Henry Creel, est une vraie trouvaille. Tout au long de Stranger Things 4, nous ouvrons des portes psychologiques jusqu’à ce que nous découvrions la véritable identité de cet être malveillant. On pourrait dire qu’il est la quintessence de tous les méchants des films d’horreur classiques. C’est une combinaison originale entre Freddy Krueger, Pennywise et Hellraiser.

Le maître de la tour des araignées ou le roi des morts-vivants, comme on l’appelle dans le jeu de rôle Donjons et Dragons, est en fait d’origine humaine. Ce détail est la pierre angulaire de toute l’intrigue. Démêler les étapes de son évolution jusqu’au moment où il est devenu une entité destinée à se nourrir de la souffrance et du repentir des jeunes est peut-être ce qui suscite le plus d’intérêt.

Nous apprenons à connaître Vecna ​​​​dans son enfance, où il se révèle être un garçon avec des signes clairs de future psychopathie. Il est hermétique, peu empathique avec sa famille et torture les animaux. Il n’a d’affinité que pour les araignées et plus particulièrement les veuves noires. Décidément, nous sommes face à quelque chose de plus qu’un simple monstre extradimensionnel. Son lien avec Onze est essentiel.

Garçon regardant onze
Toutes les victimes de Vecna ​​ont un point commun : la souffrance psychologique.

Onze, de retour dans les laboratoires du Dr Martin Brenner

Si les traumatismes psychologiques sont le fil conducteur de Stranger Things 4, il est essentiel de parler d’Onze. Sa vie est loin de pouvoir atteindre la stabilité. Pour tenter de recouvrer ses pouvoirs, la jeune fille tombe dans un piège : elle est renvoyée dans la fosse aux lions, c’est-à-dire dans les laboratoires expérimentaux du Dr Brenner.

On la verra à nouveau soumise aux tests du scientifique impitoyable qu’elle appelle « papa », mais elle devra aussi composer avec les vestiges d’images violentes logées dans son esprit depuis son enfance. Il s’agit du meurtre brutal de tous ses partenaires de laboratoire. Un acte dont, apparemment, elle était responsable.

À cette occasion, nous sommes témoins, une fois de plus, des expériences du projet NINA. Cependant, nous ne pouvons pas oublier que ce type d’expérience a une origine réelle. La CIA a lancé le soi-disant projet MKUltra en 1950 dans le but d’enquêter sur d’éventuelles techniques de contrôle de l’esprit permettant d’avoir un avantage contre la Russie pendant la guerre froide.

Ces programmes secrets ont utilisé des dizaines d’Américains sans leur permission. En utilisant le LSD, ils ont essayé de se plonger dans la télépathie, la visualisation à distance, la télékinésie, etc. Ce projet a été arrêté, vraisemblablement, en 1977.

La quatrième saison de Stranger Things jette un regard plus profond sur la souffrance des adolescents.

Stranger Things 4 et la lutte continue contre les monstres

Stranger Things 4 nous est présenté, cette fois, divisé en deux parties. Netflix a voulu innover un peu et a décidé de prolonger la tension et d’attendre quelques semaines jusqu’à ce que nous puissions voir sa résolution. Dans la première partie, la trame psychologique est plus angoissante que jamais.

La mentalité des individus traumatisés flotte dans l’air, avec les mêmes tons écarlates qui dominent le monde de l’autre côté. Ils sont accompagnés de nombreux démons qu’il faut vaincre. Cependant, la vieille magie de cette production persiste dans ces personnages toujours adorables, comme l’idole déchue du lycée, Steve, et le toujours fantastique Dustin (Gaten Matarazzo).

Espérons que, dans la deuxième partie, cette amitié et cet amour qui referment les cicatrices et qui transforment un groupe d’adolescents en famille triompheront une fois de plus. Ce sera sans aucun doute leur dernière aventure.

Cela pourrait vous intéresser ...
Stranger Things : comment gérer le stress post-traumatique
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Stranger Things : comment gérer le stress post-traumatique

Le stress post-traumatique est une séquelle assez commune chez les victimes aynt vécu des situations traumatisantes. En ce sens, la série populaire...