Solomon Asch, pionnier de la psychologie sociale

· 21 juillet 2018

Solomon Asch est considéré comme l’un des pionniers de la psychologie sociale, domaine dans lequel il a concentré ses recherches. Ce psychologue polonais a émigré aux États-Unis à l’âge de quelques années et c’est dans ce pays qu’il a terminé ses études scolaires et universitaires.

Il est né à Varsovie (Pologne) en 1907. A l’âge de 13 ans, sa famille s’installe à New York. C’est là que Solomon Asch termine ses études et obtient son doctorat en psychologie en 1932. Au fil du temps, il s’est fait connaître pour ses expériences originales en psychologie sociale. En somme, pour avoir démontré l’influence que d’autres peuvent avoir sur notre comportement.

Pendant ses études à l’Université de Columbia, Solomon Asch a été conseillé par Max Wertheimer. Cet expert en psychologie de Gestalt a eu un impact profond sur sa formation. Il a notamment suscité un grand intérêt pour les phénomènes de perception, de pensée et d’association.

« La plupart des événements sociaux devraient être compris dans leur environnement et perdre leur sens s’ils sont isolés. Aucune erreur dans la réflexion sur les faits sociaux n’est plus grave que de ne pas voir sa place et sa fonction. »

-Salomon Asch-

Le développement intellectuel de Solomon Asch

Solomon Asch a travaillé comme professeur de psychologie au Swarthmore College pendant 19 ans. Cette étape lui a permis d’établir une relation forte avec Wolfgang Kohler, qu’il a toujours admiré. Ses théories ont suscité son intérêt pour la recherche et ont servi de base aux expériences qui l’ont rendu célèbre.

Asch a acquis une énorme renommée pour de telles expériences et pour la publication de son livre, Social Psychology, en 1952. Là, il capture le développement de ses recherches et les concepts clés de sa théorie.

À l’époque, il a révolutionné les études sur l’esprit humain. Il a également travaillé au Massachusetts Institute of Technology et à l’Université de Pennsylvanie. Il a également effectué un bref séjour à l’Université Harvard, où il a dirigé la thèse de doctorat du très célèbre et controversé Stanley Milgram.

l'expérience de Solomon Asch

L’expérience d’Asch

Solomon Asch a mené une série d’expériences connues sous le nom d’expérience de Asch. Il s’agit d’une série d’études qu’il a menées en 1951, dont l’objectif principal était de prouver que les gens s’inclinaient devant le pouvoir du groupe en adoptant une attitude de conformité à son égard.

L’expérience consistait essentiellement à former un groupe de 7 à 9 élèves. Tous, sauf un, étaient complices de l’enquêteur. On leur a présenté deux lignes et on leur a demandé de désigner celle qui était la plus longue pour eux. La bonne réponse était très évidente, mais les complices ont commencé à dire que le mauvais choix était correct. Cela a fait sentir au sujet évalué (« pas un complice ») une forte pression du groupe pour qu’il réponde contre ce que leur logique leur disait.

Solomon Asch a montré qu’un bon nombre de sujets expérimentaux ont fini par s’ajouter à la réponse de la majorité, malgré le fait qu’elle était clairement fausse. En outre, Asch se demandait vraiment si les sujets qui ont suivi le procès général « truqué » l’ont fait parce qu’ils étaient convaincus de la réponse qu’ils ont donnée. Il a été constaté que non : le nombre de personnes ayant plaidé coupable au procès majoritaire a considérablement diminué lorsqu’elles ont été autorisées à exprimer leur décision en privé. Ainsi, l’influence se manifestait surtout sur la conscience et non pas tant sur le jugement.

D’autres aspects de l’expérience Asch

Pour compléter l’étude centrale, Solomon Asch a introduit quelques variations. La première modification consistait à introduire un sujet (également convenu ou truqué) qui briserait le consensus de la majorité. Asch a constaté que le fait qu’une personne ait précédemment rompu le consensus a considérablement réduit le nombre de sujets expérimentaux qui ont plié ou se sont conformés à l’opinion erronée de la majorité.

expérience de Solomon Asch et ses effets

Les expériences d’Asch, bien que critiquées, ont fourni une vision différente et originale de la façon dont nous pouvons être influencés et conditionnés par la majorité. De fait, il est maintenant considéré comme l’un des psychologues les plus importants de l’histoire. Parmi ses nombreux prix, il a notamment reçu le Distinguished Award for Scientific Contributions de l’American Psychological Association (APA) en 1967.