Si vous avez des enfants, ne commettez pas ces trois erreurs

· 7 avril 2018

Éduquer des enfants n’est pas une mince affaire ; ils ne sont pas livrés avec un manuel d’utilisation sous le bras. Beaucoup de parents se sentent débordés. Ils ne savent plus quoi faire pour rééduquer un enfant sur lequel ils n’ont plus aucun contrôle. Au cours des dernières décennies, nous avons observé un profond changement dans le domaine familial ainsi que dans les relations parents-enfants. Ce changement a supposé des choses très importantes, comme une plus grande reconnaissance du droit des mineurs.

Cependant, une polémique est née, parfois très intense, sur la façon dont les parents doivent affronter le contrôle et la supervision de leurs enfants. Pour le dire de façon plus générale, nous sommes passés d’un modèle autoritaire à un autre plus égalitaire, caractérisé par des idées plus ambiguës et ouvertes sur la manière dont un enfant doit être éduqué.

Comme nous le disions, nombreux sont les parents qui se plaignent du manque de limites et qui ne savent pas comment contrôler leurs enfants. Être parents n’a rien de simple dans une société qui réclame la liberté pour ceux qui en sont avides mais qui ne sont pas encore prêts à en faire bon usage.

Éduquer des enfants n’est pas une mince affaire

Éduquer un enfant va bien au-delà de satisfaire ses besoins basiques d’alimentation. L’éducation inclut aussi des aspects importants comme éduquer dans un climat d’affection, de soutien et de respect.

parents avec leur fille

Ce climat doit faciliter le développement de relations d’attachement sûres, l’établissement de normes et d’une discipline, l’enseignement d’habitudes et d’un style de vie sains, etc. Sans oublier le maintien d’un équilibre entre liberté et contrôle, adapté à l’âge des petits, au fur et à mesure qu’ils grandissent. L’objectif ultime étant qu’ils apprennent à s’auto-réguler quand leur cerveau sera complètement développé.

Tous les parents ne savent pas instinctivement comment agir et résoudre les nouvelles problématiques liées à l’éducation de leurs enfants. En fait, on retrouve beaucoup d’idées erronées sur l’éducation des mineurs.

Certaines de ces idées erronées sont du type « il vaut mieux que je sois ami-e avec mon enfant », « une fessée au bon moment est plus efficace », « la discipline est comme la punition », « les parents sont responsables de l’attitude de leurs enfants », etc. Ces idées fausses représentent le germe de nombreux problèmes éducatifs actuels.

Trois erreurs habituelles à éviter : l’inconsistance, la permissivité et la rigidité

Trois erreurs communes dans l’éducation d’un enfant font référence à l’inconsistance des normes, la permissivité et la rigidité. Étudions cela plus en détails :

L’inconsistance

L’inconsistance se caractérise par le manque de stabilité et de cohérence dans les stratégies de contrôle, de supervision et de discipline employées. Les parents inconsistants modifient les normes de manière imprévisible et continue en fonction de facteurs internes ou externes (par exemple, la présence de l’autre progéniteur).

Dans ces cas, les normes éducatives sont déterminées en grande partie par l’humeur du parent et pas par le comportement de l’enfant. Le problème est qu’il n’existe pas de plan systématique pour corriger le comportement inadéquat. Cette inconsistance peut se manifester de différentes manières :

  • On emploie de façon arbitraire les normes, règles et la discipline selon les moments. Le parent fait des changements imprévisibles au niveau des conséquences appliquées après une infraction des règles.
  • Des réactions disproportionnées face aux comportements positifs ou négatifs de l’enfant (par exemple, en punissant des comportements appropriés et en récompensant des comportements inadéquats).
  • On cède aux demandes des enfants, ce qui peut valoir de prix ou de récompense à un comportement inadéquat.
  • Une inconsistance a lieu chez les parents. Le père et la mère agissent de façon contradictoire par rapport aux normes de discipline basiques et à l’application des conséquences pour ne pas avoir respecté les règles.
père qui punit sa fille

La permissivité excessive

La permissivité excessive et le « laisser-faire » en tant que norme éducative peuvent aussi avoir des conséquences problématiques. Les enfants ont besoin d’un environnement structuré. Ils ont aussi besoin qu’on leur fixe des normes et des règles de comportement et qu’on leur applique un contrôle et une supervision.

La permissivité excessive peut générer des sentiments de confusion et d’anxiété chez les enfants. Cela peut devenir un facteur de risque pour le développement de difficultés dans l’établissement de limites à long terme.

Cette permissivité peut aussi avoir lieu à cause d’une méconnaissance ou d’une faible implication des parents. Les parents ignorent les activités que réalisent leurs enfants, ne savent pas qui sont ses amis ou quelles sont ses notes à l’école. Par ailleurs, ils peuvent ignorer les passions, les goûts ou les loisirs de leurs enfants.

La rigidité

La rigidité ou le manque de flexibilité impliquent l’emploi d’un rang très limité de stratégies éducatives. Ces stratégies sont appliqués indistinctement à tous les types de comportement inappropriés de l’enfant.

Les parents excessivement rigides et inflexibles sont incapables de prendre en compte les facteurs environnementaux dans lesquels ont lieu les comportements de leurs enfants. Ils sont incapables de raisonner et d’ajuster l’intensité de la discipline à la gravité du comportement inadéquat.

enfant surprotégé

Par ailleurs, la surprotection peut aussi constituer une forme de rigidité. Pour les parents, la surprotection peut être une façon de contrôler l’anxiété qui apparaît quand ils se sentent perdus. Pour les enfants, cela peut supposer un obstacle au développement de stratégies d’affrontement adéquates. Et cette surprotection peut leur provoquer une insécurité et un manque de confiance en eux.

Il est recommandé de fournir aux enfants la possibilité de faire les choses par eux-mêmes. Il ne faut pas les réguler et les contrôler dans toutes les situations, uniquement dans celles qu’ils ne peuvent pas assumer à cause de leur âge. En fonction de leur niveau de développement, il est plus adéquat de les laisser commettre des erreurs ou de réussir à faire quelque chose et d’en accepter les conséquences.

Être parents, d’un point de vue biologique, peut être une tâche aisée. Cependant, l’être d’un point de vue psychologique peut constituer un véritable défi. Ainsi, si nous évitons l’inconsistance, la permissivité et la rigidité, nous nous rapprocherons un peu plus de ce but.