S’ennuyer, de temps en temps, est aussi une bonne chose

30 août 2017 dans Psychologie 393 Partagés

L’ennui nous fait peur. En fait, l’ennui chronique peut être dangereux car il peut déboucher sur des comportements nocifs, comme manger à pas d’heure ou manger beaucoup trop (avec toutes les conséquences que cela implique). L’ennui chronique est aussi un facteur de risque pour des problèmes de santé mentale comme l’anxiété, la dépression et le trouble obsessionnel-compulsif. Cependant, de temps en temps, le fait de s’ennuyer peut avoir certains bénéfices très intéressants qu’il vaut la peine d’analyser.

Nous ne pouvons pas poursuivre sans nous poser les questions suivantes. Pourquoi l’ennui nous fait-il peur ? S’ennuyer, qu’est-ce que cela signifie ? Pourquoi avons-nous toujours besoin d’être occupé-e-s ? Avons-nous peur de gaspiller notre vie ou craignons-nous de nous retrouver seul-e-s face à nous-mêmes ?


« Il y a quelque chose de doux et d’apaisant, et surtout de sage, dans ce que les hommes du monde appellent l’ennui. »

-Miguel de Unamuno-


L’habitude saine de s’ennuyer de temps en temps

L’ennui est synonyme de frustration. En fait, quand nous parlons d’ennui, nous faisons référence à cette expérience frustrante de vouloir mais de ne pas pouvoir réaliser des activités satisfaisantes. Ainsi, une personne qui s’ennuie ne peut pas ajuster les facteurs internes (pensées ou sentiments) ou externes (environnement) nécessaires pour effectuer une activité qui la divertirait. Cependant, de la même façon qu’il faut apprendre à tolérer la frustration, il faut apprendre à faire face à l’ennui.

Comme nous le verrons par la suite, s’ennuyer de temps en temps est très sain car cela réveille et stimule des qualités et vertus non méprisables. Ce n’est pas pour rien que, tout au long de l’Histoire, des personnages illustres ont souligné les effets positifs de l’ennui.


« S’ennuyer au bon moment est un signe d’intelligence. »

-Clifton Fadiman-


L’ennui développe la créativité

Même si l’ennui peut ressembler à une sensation dérangeante que nous devrions éviter à tout prix, la science affirme qu’il peut être bénéfique pour notre activité mentale. Par exemple, une étude réalisée par des chercheur-se-s de la Société Britannique de Psychologie a montré que les activités passives, que nous pourrions cataloguer comme « ennuyeuses », peuvent en réalité développer la créativité.

Cette étude essayait de démystifier la croyance populaire selon laquelle l’ennui au travail représente une expérience négative. En fait, plusieurs entreprises voient l’ennui comme un obstacle à l’efficacité et l’innovation de l’organisation.

Cependant, cette étude a réussi à démontrer que l’ennui occasionnel et passager augmente la qualité du sommeil, ce qui peut réellement aider à atteindre l’ingéniosité que les organisations recherchent. Cela est dû au fait que l’ennui peut faciliter le rêve éveillé, ce qui nous permet de faire des connexions neuves et innovantes.

Par ailleurs, d’autres recherches suggèrent que l’ennui pousse à la recherche de nouveaux objectifs quand on considère qu’un objectif antérieur n’est plus intéressant. Ainsi, si votre travail ne vous motive pas, ce peut être dû au fait qu’il ne vous correspond pas ou qu’il n’est pas assez stimulant. Par conséquent, l’ennui peut servir de catalyseur pour améliorer une situation qui n’est pas satisfaisante.

En outre, l’ennui développe aussi la créativité chez les enfants, selon diverses études récentes. Ainsi, une étude réalisée par un groupe de chercheur-se-s (Université d’East Anglia) critique l’idée selon laquelle un esprit constamment occupé contribue à un meilleur développement intellectuel et social.

Selon ces chercheur-se-s, l’ennui n’est pas une mauvaise chose. Au contraire, il peut stimuler la capacité créatrice des enfants qui devront répondre à cette fantastique question : et maintenant, qu’est-ce qu’on fait ? Ainsi, contrairement à ce qui est dit de façon populaire, on doit permettre aux enfants de s’ennuyer pour qu’ils apprennent à vivre avec cette « frustration quotidienne » et pour y répondre correctement.

S’ennuyer permet de développer le comportement prosocial

Comme si ce n’était pas suffisant, une autre étude réalisée par des chercheurs de l’Université de Limerick, en Irlande, a révélé un curieux bénéfice de l’ennui. Selon ces chercheurs, loin d’entraver l’esprit et de conduire à un manque de productivité, l’ennui peut inspirer les gens à chercher des manières d’être altruistes, empathiques et à se dédier à des tâches prosociales, parfois même désagréables, comme donner du sang.

Selon les chercheurs, les personnes qui s’ennuient sentent que leurs actions manquent de sens et, pour cette raison, sont motivées pour avoir un comportement significatif. Ils affirment que si le comportement prosocial respecte ce point (être significatif), l’ennui promeut ce même comportement.

Même si cela semble étrange, les chercheur-se-s expliquent que l’ennui peut être, paradoxalement, une motivation très forte pour que les personnes cherchent des tâches désagréables mais significatives. Ainsi, à travers une série de sept études, ils ont trouvé que l’ennui augmente les motivations prosociales qui affectent les comportements positifs et que celles-ci se prolongent au-delà de la durée de l’activité ennuyeuse en elle-même.

Laissez se reposer votre esprit

Avoir un planning serré et une journée organisée est une excellente manière d’être productif-ve, de profiter du temps, de tirer le plus grand parti de notre quotidien. Or, de temps en temps, il est nécessaire de faire une pause. Le repos est essentiel pour votre corps et votre esprit.

Qui plus est, même si organiser des activités pendant votre temps libre est très intéressant, il faut parfois se laisser un véritable temps libre, un temps vide. Il faut aussi laisser les gens qui vous entourent, votre compagnon/compagne, vos enfants, bénéficier de ce temps vide. Et ne pas avoir peur de l’ennui.

Ne vous entêtez pas à occuper chaque minute de votre temps ou du temps de vos enfants. Cessez d’essayer de remplir constamment leur temps avec des choses divertissantes. Ne mettez pas la pression à votre conjoint quand vous voyez qu’il ne fait rien. Derrière la barrière du « je ne sais pas quoi faire », il n’y a pas d’abîme insondable. L’ennui vous révélera un monde plein d’options qui vous montreront de nouvelles façons – voire de meilleures – d’utiliser votre temps.


« Quand il reste du temps pour s’ennuyer, j’essaye de m’ennuyer, car l’ennui est une forme de repos. »

-Juan Luis Cebrián-


 

A découvrir aussi