Comment se fait-il que les personnes intelligentes puissent être si stupides parfois ?

· 31 mars 2017

Avoir un quotient intellectuel (QI) élevé et être intelligent-e sont deux choses différentes ; il n’est pas nécessaire de chercher trop loin pour découvrir d’incroyables actes de stupidité commis par des personnes intelligentes, même brillantes. Ainsi, la plupart des tests qui « mesurent » le quotient intellectuel ne se focalisent que sur un type d’intelligence, à savoir l’intelligence analytique. Cette habilité nous permet de reconnaître des schémas et de résoudre des problèmes analytiques. La majeure partie des tests de QI ne recueillent donc pas les deux autres aspects de l’intelligence humaine : l’intelligence créative, et l’intelligence pratique.

L’intelligence créative, c’est notre habilité à lutter contre des situations nouvelles. L’intelligence pratique, elle, correspond à notre habilité à faire des choses. Dans les 20 premières années de notre vie, nous sommes récompensé-e-s pour notre intelligence analytique : en effet, le système éducatif en place est structuré pour nous former en ce sens.


Pendant longtemps, notre référence professionnelle a été séquestrée par l’intelligence rationnelle, et il a existé un mépris envers les émotions ; on pensait qu’il s’agissait d’une source d’influence négative pour les bons résultats, et ce dans tous les domaines professionnels.


Aujourd’hui, les émotions ont atteint le niveau d’intelligence émotionnelle. Aujourd’hui, nous vivons à l’époque des valeurs, de ce que l’on appelle l’intelligence éthique.


« Seule l’intelligence s’examine elle-même. »

– Jaime Balmes –


Pourquoi les personnes intelligentes agissent-elles de manière stupide ?

L’excès d’ego est une des causes qui font que les personnes intelligentes n’agissent pas ainsi. Leurs bons résultats obtenus à d’autres occasions ont servi de bouillon de culture pour une omniscience, une omnipotence, ou une invulnérabilité qui les empêchent de voir les conséquences réelles de leurs actes.


Car il est totalement stupide de disposer d’une intelligence fournissant des réponses à peine acceptables face aux problèmes et aux conflits, de même que d’avoir des attitudes qui empêchent de choisir une réponse adéquate au problème qui se présente.


Grâce à l’intelligence, nous pouvons trouver des solutions à tous les problèmes. Plus on est intelligent-e, plus on suppose que l’on est à même de trouver de bonnes solutions, puisque l’on dispose d’une plus grande perspective, d’une plus grande vision de la réalité du problème ainsi que d’une plus grande connaissance des circonstances qui le déterminent. Or, n’oublions pas qu’une intelligence globale, ce dont il est question ici, correspond à :

1. La capacité à comprendre

2. La capacité à résoudre des problèmes

3. La connaissance, la compréhension, l’acte de comprendre

L’intelligence a donc recours à la connaissance, aux capacités et aux attitudes, ou encore à la capacité, à l’adresse et à l’expérience.


« On mesure l’intelligence d’un individu à la quantité d’incertitudes qu’il est capable de supporter. »

– Emmanuel Kant –


Comment les valeurs se lient-elles à l’intelligence ?

Nous disposons de notre intelligence et de nos valeurs, entre autres ressources, pour prendre de nombreuses décisions. Ainsi, si nous ne développons pas les deux, notre comportement, dérivé de la prise de décision, peut se voir affecté de manière négative. Une des qualités que nous apportent un bon choix de valeurs ainsi que son usage consiste à éviter les solutions stupides, à savoir distinguer quels sont les moyens et les fins, et à deviner les conséquences que peuvent générer les différentes solutions envisagées.

Les solutions stupides, pour lesquelles de nombreuses personnes optent, naissent du fait de ne pas avoir précédemment analysé les conséquences de ses actes. Lorsque l’on doit prendre une décision dans des environnements complexes ou stressants, on ne sait pas valoriser correctement quelle solution est la meilleure, et dans la précipitation, nous cachons ce que dicte l’intelligence analytique sans tenir compte des conséquences.

Nous avons tou-te-s eu des comportements peu judicieux par le passé. A l’avenir, pour essayer de contrôler ces possibles comportements, il est conseillé de surveiller nos conduites en pratiquant, au moins trois jours par semaine, l’activation de la conscience. Ainsi, la réalité sera plus accessible, plus compréhensible, et prendre des décisions stupides sera plus difficile.

L’intelligence dénuée de valeurs perd en capacité de résolution ; les valeurs dénuées d’intelligence peuvent être mal appliquées. Pour autant, les valeurs et l’intelligence sont deux formes complémentaires qui favorisent nos bons résultats, les rendant ainsi productifs et précieux.


« L’idiotie est une maladie extraordinaire ; ce n’est pas le malade qui en souffre, mais les autres. »

– Voltaire –


 

 

Images dont l’utilisation nous a été gentiment accordée par Sonja Flemming/CBS