Schizophrénie simple : qu'est-ce que c'est ?

Connaissez-vous la schizophrénie simple? Savez-vous en quoi elle diffère de la schizophrénie classique? Quels sont ses symptômes et son traitement? Poursuivez votre lecture si vous voulez les connaître!
Schizophrénie simple : qu'est-ce que c'est ?
Laura Ruiz Mitjana

Rédigé et vérifié par le psychologue Laura Ruiz Mitjana.

Dernière mise à jour : 26 janvier, 2023

La schizophrénie simple est un sous-type de schizophrénie introduit par le psychiatre suisse Eugen Bleuler. C’est un diagnostic non sans controverse. Le débat est toujours ouvert pour savoir s’il faut ou non l’inclure en tant que telle dans les différents manuels de référence (DSM, CIE…). Actuellement, elle n’existe en tant que catégorie diagnostique que dans le CIM-10 (Classification internationale des maladies), non dans le DSM-5 (Manuel diagnostique des troubles mentaux).

La schizophrénie en tant que telle, selon le DSM-5, a une prévalence à vie comprise entre 0,7 et 1,5 %. Dans l’édition précédente (DSM-IV-TR), sa prévalence était de 1 %. Cependant, il faut noter que la schizophrénie simple présente des caractéristiques très particulières qui l’éloignent de la schizophrénie « classique ». Au fond, c’est une schizophrénie où il n’y a que des symptômes négatifs (il n’y a jamais eu d’épisode psychotique).

Elle doit durer au moins 1 an pour être diagnostiquée et son pronostic est mauvais. Mais que savons-nous d’autre sur ce sous-type de schizophrénie ? En quoi est-elle différente des autres sous-types de schizophrénie ? Nous le verrons ci-près.

Schizophrénie simple

Schizophrénie et schizophrénie simple : symptômes

Avant d’approfondir les symptômes de ces troubles, voyons quelques données. La sixième édition de la CIM (CIM-6), en 1948, inclut schizophrénie simple pour la première fois. L a première édition du DSM (DSM-1), l’inclut en 1952. Le DSM-III l’élimina toutefois, et elle n’apparaît plus dans le DSM-5.

Mais quels sont les symptômes de la schizophrénie simple ? Examinons premièrement les symptômes de la schizophrénie “classique”. Ils peuvent se diviser en trois grands groupes :

Symptômes positifs

Ils se caractérisent par l’apparition ou l’exacerbation de certaines fonctions psychologiques. Par exemple : hallucinations, discours et comportement désorganisés et délires.

Symptômes négatifs

Caractérisés par l’absence ou la réduction de certaines fonctions psychologiques. Par exemple : apathie, diminution de la fluidité et de la pensée, apathie, diminution de la parole, etc.

Symptômes cognitifs

Ils se caractérisent par l’affectation des processus cognitifs de la personne. Par exemple, l’attention ou la mémoire.

Symptômes de la schizophrénie simple

Elle diffère de la schizophrénie « classique » en ce qu’elle ne présente que des symptômes négatifs, mais pas cognitifs ou positifs. Plus précisément, quels symptômes la caractérisent ?

Le premier symptôme est un comportement extravagant, qui apparaît progressivement et insidieusement. Un autre symptôme est la diminution des performances générales du sujet dans sa vie quotidienne, en plus d’une incapacité à répondre aux demandes sociales.

En tant que caractéristique déterminante de cette pathologie, il convient de noter qu’il n’y a aucune preuve, à aucun moment, de la présence d’hallucinations ou de délires (symptômes qui seraient présents dans la schizophrénie “classique”, dans le cadre des symptômes positifs déjà mentionnés). En d’autres termes, les symptômes ne sont que des symptômes négatifs.

En ce sens, il n’y a jamais eu d’épisode psychotique (c’est la différence avec un autre sous-type, la schizophrénie résiduelle, qui se caractérise par le fait que le sujet a présenté un épisode psychotique dans le passé, alors qu’il ne présente actuellement que des symptômes négatifs ).

Modifications dans la vie quotidienne

Comme dans tout autre trouble mental, les symptômes de la schizophrénie simple entraînent des altérations de la vie quotidienne de la personne, qui est interrompue. Ainsi, d’une part, les relations sociales sont fortement affectées, en plus des performances scolaires et/ou professionnelles.

Autres symptômes

Les autres symptômes qui peuvent apparaître sont : des épisodes fugaces de délires autoréférentiels, une humeur dépressive et un isolement social.

Schizophrénie simple : le pire diagnostic

Parmi les différents sous-types de schizophrénie existant dans le DSM-IV-TR (dans le DSM-5 les sous-types sont éliminés), on retrouve : la schizophrénie paranoïde, hébéphrénique ou désorganisée, catatonique, indifférenciée et résiduelle. Eh bien, la schizophrénie simple est celle qui a le pire pronostic de tous les sous-types, avec la schizophrénie hébraïque ou désorganisée, qui a également un mauvais pronostic.

Ce mauvais pronostic est surtout lié aux symptômes négatifs prédominants dans la schizophrénie simple. Ce sont, généralement, dans les troubles psychotiques, ceux qui interfèrent surtout dans la vie de la personne. Cependant, comme tous les troubles mentaux, cela peut aussi être traité par la psychologie et la psychiatrie (et même par d’autres disciplines). En quoi consiste ce traitement ?

Schizophrénie simple

Traitement

Le traitement idéal dans les cas de schizophrénie simple sera celui qui implique une approche multidisciplinaire, où les psychiatres, les psychologues cliniciens et d’autres professionnels peuvent apporter leur contribution. Les symptômes sous-jacents qui interfèrent avec la vie du patient doivent être traités par une psychothérapie et l’utilisation de médicaments si nécessaire (anxiolytiques, antidépresseurs, etc.).

En revanche, il sera important de travailler avec le patient sur son niveau d’insight et sa prise de conscience de la maladie. En outre, il cherchera à renforcer leurs ressources et leurs stratégies d’adaptation pour faire face à leurs difficultés.

Enfin, l’alliance thérapeutique sera également un élément essentiel pour travailler avec le patient afin qu’il adhère de manière appropriée au traitement (tant psychologique que pharmacologique).

“J’ai appris que lorsque je pense que je ne reverrai plus jamais la lumière, c’est simplement parce que je regarde du mauvais côté du tunnel.”

-Milza López, journal d’un jeune bipolaire-

Cela pourrait vous intéresser …

Cela pourrait vous intéresser ...
Quelle relation y a-t-il entre la consommation de drogues et les troubles mentaux ?
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Quelle relation y a-t-il entre la consommation de drogues et les troubles mentaux ?

Les drogues ont un effet dévastateur et provoquent un grand nombre de morts chaque année. Mais quel est leur rapport avec les troubles mentaux ?



  • American Psychiatric Association –APA- (2014). DSM-5. Manual diagnóstico y estadístico de los trastornos mentales. Madrid: Panamericana.
  • Jiménez, M., Ramos, F., Sanchís, M. Las esquizofrenias: Aspectos clínicos. En Belloch, A., Sandín, B., Ramos, F. (1996). Manual de psicopatología. McGraw-Hill, Madrid.
  • National Institute of Mental Health (2015). La esquizofrenia.
  • Novella, E. y Huertas, R. (2010). El Síndrome de Kraepelin-Bleuler-Schneider y la Conciencia Moderna: una aproximación a la historia de la esquizofrenia. Clínica y Salud, 21(3), 205-219.

Le contenu de Nos Pensées est uniquement destiné à des fins informatives et éducatives. Il ne remplace pas un diagnostic, un conseil ou un traitement professionnel. Si vous avez le moindre doute, il est conseillé de consulter un spécialiste de confiance.