Réduire le stress au cours de la pandémie, une stratégie de survie

11 août, 2020
Nous sommes, aujourd'hui même, obligés de confectionner notre propre bouée de sauvetage pour préserver notre santé mentale. Apprendre à gérer le stress quotidien nous permettra de mieux avancer dans cet océan d'incertitudes, de changements et de peurs. Celui dans lequel nous sommes tous plongés.

Certains ont affirmé que le stress au cours de la pandémie était venu pour s’installer. D’une certaine façon, il semblerait qu’il s’agisse de cet ennemi quotidien que nous devons affronter et apprendre à gérer pour mieux répondre à la période qui se dessine devant nous. Développer de bonnes stratégies nous permettra de toujours garder à portée de main une bouée de sauvetage, qui nous aidera à rester à la surface dans ce quotidien si changeant et parfois confus.

Cela fait plusieurs mois que le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a signalé dans un article du Psychiatric Times qu’au cours de toutes ces semaines, nous allions faire face à un autre type de pandémie, pour laquelle nous devions être préparés. Il faisait bien évidemment référence aux troubles psychologiques et, plus particulièrement, à la dépression.

Les problèmes de santé mentale sont un front important que nous ne pouvons pas mettre de côté. Certains affrontent cette situation avec de meilleures ressources et avec une réalité plus favorable ; d’autres, en revanche, se retrouvent dans l’incapacité de garder la tête hors de l’eau et traitent chaque information et changement, dans ce processus de déconfinement, avec beaucoup d’angoisse et d’inquiétude.

Aux histoires et situations de chaque individu s’est ajoutée l’évidente incertitude d’une nouvelle situation qui crée de la peur, de l’anxiété et des doutes. Aujourd’hui encore, il semblerait que nous ne soyons pas tout à fait conscients du grand impact que tout cela va avoir sur le plan psychologique.

Il est donc nécessaire d’en prendre conscience. Et, surtout, d’apprendre à gérer la première cause d’une grande partie des problèmes mentaux, qui est, sans aucun doute, le stress.

Un homme ressentant du stress au cours de la pandémie.

Clés pour réduire le stress au cours de la pandémie

Si nous devions diviser les troubles de l’humeur, comme l’anxiété et la dépression, nous pourrions identifier un élément récurrent qui aide à les construire : le stress. Cette réaction psychophysiologique se déclenche face à des situations qui échappent à notre contrôle, qui nous dépassent et nous placent en alerte.

Le véritable problème surgit quand cet état devient chronique. Lorsque les semaines passent, puis les mois, et que le stress s’accroche complètement à notre corps et à notre esprit, nous laissons entrer l’anxiété. La dépression fait ensuite son apparition dans nos coins vitaux. Ces coins où l’esprit tombe dans la vulnérabilité, l’anhédonie et la perte de sens.

Dans le contexte actuel, certaines voix nous parlent de « stress pandémique ». La première chose à comprendre sur ce point est qu’il s’agit d’une réaction parfaitement normale face aux événements présents. En plus de devoir affronter la présence d’un virus qui emporte des milliers de vies au quotidien, d’autres portes angoissantes s’ouvrent devant nous : l’incertitude professionnelle, la solitude, l’isolement, la crainte par rapport au futur et aux possibles changements…

Le stress au cours de la pandémie est une réalité compréhensible, que nous vivons tous à notre manière. Il est cependant essentiel de savoir le gérer pour qu’il ne devienne pas une constante dans notre existence présente et future. Voyons donc comment nous pouvons faire pour créer notre « bouée de sauvetage ».

Devenez le chef de la fabrique de vos pensées

Quand nous entrons dans un état de stress, la fabrique de nos pensées tourne à plein régime. Cependant, elle ne produit pas de choses de bonne qualité mais des choses pernicieuses et négatives pour la santé mentale.

L’esprit s’emplit de craintes, d’images catastrophistes, de phrases comme « que va-t-il se passer si…», « et si j’attrapais le virus », « et si cela ne faisait qu’empirer, et… ». Toutes ces questions peuvent être justifiées mais elles n’aident pas. Elles ne font qu’augmenter le stress.

Nous devons devenir le directeur exécutif de notre esprit. Il faut contrôler chaque pensée en veillant à sa qualité. Si l’anxiété grandit, il faut la laisser partir. La clé consiste à se centrer sur le moment présent en étant utiles, en offrant des réponses à ce dont nous avons besoin ici et maintenant.

La fenêtre intérieure de l'esprit humain.

Créez votre plan de soin personnel quotidien

Les routines et le fait d’avoir un plan quotidien déterminant ce que nous allons faire offrira du calme au cerveau. Grâce à cela, nous éviterons de passer par ces moments de vide où l’esprit s’échappe vers les labyrinthes de la préoccupation. L’idéal, par conséquent, est d’avoir des horaires au cours desquels nous nous concentrons sur notre soin personnel. En voici quelques exemples :

  • Du temps pour faire du sport
  • Quelques heures pour réaliser des tâches créatives permettant de canaliser le stress
  • Des moments de connexion sociale et émotionnelle avec les personnes que nous aimons
  • Des instants de réflexion pour contrôler nos émotions, savoir comment nous allons et nous offrir ce dont nous avons besoin

Construire des murs pour sauvegarder ma paix mentale

Pour faire face au stress au cours de la pandémie, il est essentiel de savoir placer des filtres de protection, et même de bâtir des murs de secours. Savoir réguler l’information à laquelle nous nous exposons, déconnecter de temps en temps et même limiter ces conversations avec des personnes ayant tendance à alimenter des théories conspirationnistes nous sera d’une grande aide.

Cultiver l’amabilité pour réduire le stress au cours de la pandémie

Il existe une stratégie pour faire face au stress au cours de la pandémie, qui peut en surprendre plus d’un. Nous parlons ici de dimensions comme la compassion, l’empathie, l’amabilité… Toutes ces aires émotionnelles nous permettent de sortir de nous-mêmes pour nous concentrer sur les autres. Aider, devenir l’allié du bien-être d’une autre personne offre à notre cerveau une bonne dose de bien-être et de satisfaction.

Être capables de nous préoccuper pour les autres et de les aider est un puissant “médicament” pour soulager le stress. Un médicament avec de grands effets secondaires. Nous nous connectons aux personnes de façon positive, nous ressentons du calme, de la satisfaction personnelle, et nous découvrons qu’être utiles est une valeur déterminante au cours de la pandémie actuelle.

Prenons tout cela en compte. Face à toutes ces circonstances, nous sommes obligés de développer de nouvelles ressources pour améliorer notre santé physique et psychologique, mais pas que. Nous devons aussi penser aux autres et commencer à agir tous ensemble pour affronter efficacement cette période difficile. Et nous y arriverons, cela n’en fait aucun doute.