Quelle région du cerveau est responsable du pessimisme ?

2 juin 2019
Les scientifiques ont cherché à identifier la région du cerveau qui peut être responsable du pessimisme, et il semble que la cause réside dans une surstimulation du noyau caudé.

Nous avons tous, à un moment ou un autre de notre vie, déjà eu une attitude pessimiste. Mais qu’est-ce que c’est le pessimisme ? Y a-t-il une région du cerveau en étant responsable ? Le pessimisme est une attitude mentale dans le cadre de laquelle un résultat indésirable est anticipé par une situation. Les personnes pessimistes ont tendance à se focaliser sur les aspects négatifs de cette situation. Ou même de la vie en général.

De nombreux patients souffrant de troubles psychologiques, tels que l’anxiété ou la dépression, sont d’une humeur négative. Cela les amène à se concentrer sur les inconvénients possibles d’une situation donnée plutôt que sur les avantages.

Une équipe de neuroscientifiques a identifié une région du cerveau capable de générer ce genre d’humeur pessimiste. Les recherches suggèrent que l’anxiété et la dépression sont toutes deux causées par une stimulation excessive du noyau caudé.

Une nouvelle étude, dirigée par Ann Graybiel, professeur au MIT (Massachusetts Institute of Technology) de Cambridge et publiée dans la revue Neuron, examine les fondements neurologiques du pessimisme chez la souris et trouve également des indices sur l’anxiété et la dépression chez l’Homme.

Les résultats pourraient aider les scientifiques à mieux comprendre les effets paralysants de la dépression et de l’anxiété. Et ainsi les guider dans le développement de nouveaux traitements.

La région du cerveau responsable du pessimisme

Des chercheurs ont réussi à prouver que la stimulation du noyau caudé pouvait générer des humeurs négatives menant à une prise de décision irrationnelle. Selon les résultats de l’étude, la stimulation du noyau caudé amène à accorder beaucoup plus d’importance aux désavantages plausibles d’une situation qu’aux potentiels bénéfices que l’on pourrait en tirer.

Pour réaliser cette étude, Graybiel et ses collègues se sont concentrés sur un type de processus décisionnel appelé conflit d’évitement. Ce dernier concerne les situations dans lesquelles les personnes (ou plus largement les mammifères) doivent choisir entre 2 options. En évaluant les aspects positifs et négatifs de chaque option.

Le noyau caudé est considéré comme la région du cerveau responsable du pessimisme dû à la stimulation excessive.

pessimisme

Des recherches antérieures effectuées par cette même équipe avaient déjà mis en lumière un circuit neuronal sous-jacent à un type spécifique de prise de décision appelé conflit d’approche-évitement. Ce type de décision nécessite de peser à la fois les éléments positifs et négatifs d’une situation, ce qui a tendance à provoquer une grande anxiété.

Les chercheurs avaient aussi prouvé que le stress chronique affecte considérablement ce type de prise de décision. Un excès de stress conduit généralement à choisir des options à haut risque et à forte rentabilité.

Dans le cadre de la nouvelle étude, les chercheurs ont voulu voir s’ils pouvaient reproduire un effet souvent observé chez les personnes souffrant de dépression, d’anxiété ou de trouble obsessionnel-compulsif. Ces patients ont tendance à adopter des comportements rituels destinés à combattre les pensées négatives et à accorder plus de poids au résultat négatif éventuel d’une situation donnée. Les chercheurs ont en effet supposé que ce type de pensée négative pouvait influencer la prise de décision. Et ainsi entraver la concentration.

En recréant le scénario dans lequel les rongeurs doivent choisir en pesant les aspects positifs et négatifs, les scientifiques ont offert aux souris un peu de jus en guise de récompense. Mais ils l’ont associé à un stimulus aversif : une bouffée d’air sur le visage.

Décisions émotionnelles

Pour tester cette hypothèse, les chercheurs ont stimulé le noyau caudé, une région du cerveau liée à la prise de décision émotionnelle. Au cours de plusieurs essais, les chercheurs ont modifié la relation entre récompense et stimuli désagréable. Ils ont également permis aux rongeurs de choisir d’accepter ou non la récompense avec un stimulus aversif.

Comme l’expliquent les chercheurs, ce modèle nécessite que les rongeurs effectuent une analyse coûts-avantages. Si la récompense est suffisante pour équilibrer la bouffée d’air, les animaux l’accepteront, mais si le rapport est trop bas, ils la rejetteront.

Quand les chercheurs ont stimulé le noyau caudé, le calcul des coûts-avantages a été détourné et les animaux ont commencé à éviter les combinaisons qu’ils auraient précédemment acceptées. Cela a continué même après la fin de la stimulation. Et pouvait également être observé le lendemain. Après quoi, cette réaction a progressivement disparu.

Ce résultat suggère que les animaux ont commencé à dévaluer la récompense et à se concentrer davantage sur le coût du stimulus aversif.

pessimisme

Anxiété et dépression, un équilibre délicat

Les chercheurs ont également mis au jour que l’activité des ondes cérébrales dans le noyau caudé a été modifiée lorsque les processus décisionnels ont changé. Ce changement concerne la fréquence bêta. Il pourrait servir de biomarqueur pour contrôler si les animaux ou les patients répondent au traitement pharmacologique, expliquent les chercheurs.

Les chercheurs travaillent sur des patients souffrant de dépression et d’anxiété pour voir si leur cerveau montre une activité anormale dans le noyau du néocortex et du noyau caudé lors de la prise de décision afin d’éviter l’approche. Des études de résonance magnétique ont montré une activité anormale dans 2 régions du cortex préfrontal médial qui se connectent au noyau caudé.

Le noyau caudé régule l’humeur et envoie des informations aux zones motrices du cerveau, ainsi qu’aux régions productrices de dopamine. Selon les chercheurs, l’activité anormale observée dans le noyau caudé dans cette étude pourrait modifier l’activité de la dopamine.

 

  • Amemori, K., Amemori, S., Gibson, D., y Graybiel, A. (2018). Striatal Microstimulation Induces Persistent and Repetitive Negative Decision-Making Predicted by Striatal Beta-Band Oscillation. Neuron99(4), 829-841.e6. doi: 10.1016/j.neuron.2018.07.022