Que deviennent les enfants maltraités ?

Maltraiter un enfant, c'est arracher l'innocence de son âme et mettre en lambeaux son avenir, car dans sa valise il portera les séquelles d'abus imprimées à l'encre de feu sur son cerveau. Comme l'a dit Mirko Badiale : "chaque enfant devrait avoir un signe qui dit : traitez avec soin, il contient des rêves".
Que deviennent les enfants maltraités ?

Dernière mise à jour : 15 décembre, 2022

Les enfants et les adolescents sont une population sujette au trouble de stress post-traumatique, surtout s’ils ont été exposés à des événements très stressants ou traumatisants. Actuellement, on estime que les trois quarts de la population enfantine ont vécu des événements susceptibles de provoquer un TSPT, comme la maltraitance d’enfants. Parmi ces enfants exposés, seulement un tiers développent un SSPT. Que deviennent les enfants maltraités ?

On sait que la maltraitance des enfants peut altérer le processus neurodéveloppemental et modifier la façon dont le cerveau de l’enfant mûrit. Cela peut produire des déficits cognitifs qui peuvent persister à l’âge adulte et se caractérisent par des problèmes d’attention, de mémoire, de langage ou de développement intellectuel.

abus sur mineur

La maltraitance des enfants est définie comme tout acte qui viole les droits de l’enfant. Parmi les différents types de maltraitance, César Carvajal distingue :

  • L’abus sexuel est tout type d’activité sexuelle avec un mineur dans laquelle l’agresseur est en position de pouvoir et le mineur est impliqué dans des actes qui dépassent sa compréhension et sa volonté.
  • La violence physique est définie comme toute action intentionnelle d’un adulte qui cause un préjudice physique, une blessure ou une maladie à un enfant.
  • Les violences psychologiques sont fréquemment réalisées à travers des insultes, des critiques permanentes, des moqueries, des rejets, des menaces ou un blocage constant des initiatives des enfants.
  • La maltraitance due à l’abandon ou à la négligence fait référence à des situations dans lesquelles les parents ou les principaux responsables, étant dans leur devoir de le faire, évitent de fournir les soins et la protection dont les enfants ont besoin pour leur bon développement.

“La maltraitance infantile a des conséquences à long terme, en termes d’augmentation de la psychopathologie à l’âge adulte : dépression, troubles anxieux, troubles graves de la personnalité, toxicomanie, troubles de l’alimentation, somatisation et TSPT.”

-Carvajal-

Fille triste
La maltraitance des enfants peut affecter le processus neurodéveloppemental des enfants.

Les effets de la maltraitance des enfants

Nous allons passer en revue quelques coups de pinceau de la neuropsychologie de l’enfant maltraité. La maltraitance à un âge précoce peut entraîner des conséquences psychologiques et neurologiques irréversibles. Cela se produit parce que l’enfance est la période pendant laquelle le cerveau se développe le plus. Cependant, il est également vrai que son développement continue de se produire pendant l’adolescence et même à l’âge adulte.

“D’une manière générale, la maltraitance des enfants entraîne, entre autres effets, une mortalité et une morbidité élevées, puisqu’on estime que plus de 10% des cas d’enfants souffrant de retard mental ou de paralysie cérébrale sont dus à la maltraitance.”

-Table-Gresa-

Dans les situations d’abus, les mécanismes de la réponse au stress sont activés et, par conséquent, produisent des changements cérébraux indésirables, parmi lesquels ont été identifiés (Mesa-Gresa, 2011):

  • Perte accélérée des neurones.
  • Retards de la myélinisation. La myéline est une substance qui recouvre certains neurones et qui, entre autres facteurs, favorise la conduction de l’influx nerveux.
  • Anomalies dans le développement de l’élagage neuronal, c’est-à-dire dans les processus naturels de création et de destruction des neurones.
  • Inhibition de la neurogenèse, c’est-à-dire inhibition de la naissance de nouveaux neurones.

À la suite de ce qui précède, des altérations des fonctions cérébrales se produisent, principalement dans les zones du cerveau liées à la régulation des fonctions exécutives.

“Ainsi, les mauvais traitements, les abus et la négligence pendant l’enfance peuvent être considérés comme des agents qui interrompent le développement normal du cerveau et qui, selon l’âge d’apparition et la durée de l’abus, peuvent même produire des changements considérables dans certaines zones du cerveau.

-Table-Gresa-

Hippocampe

L’ hippocampe est lié à la mémoire à long terme et à la mémoire déclarative, c’est-à-dire à la mémoire des événements qui nous arrivent. Le stress dans la petite enfance peut modifier la structure de l’hippocampe. L’hypothèse est que des niveaux élevés de stress dans l’enfance pourraient réduire son volume.

La diminution du volume de l’hippocampe a été associée à des symptômes de dépression et de pensées dissociatives. Cette réduction de l’hippocampe apparaît également dans le trouble de la personnalité borderline associé à un traumatisme précoce et est corrélée négativement avec le début et la durée du traumatisme infantile.

“Les manifestations fonctionnelles des changements hippocampiques chez les sujets maltraités sont liées aux symptômes amnésiques, dissociatifs, anxieux et désinhibiteurs caractéristiques du SSPT.”

-Table-Gresa-

Seul garçon assis sur le sol
La maltraitance peut avoir des conséquences psychologiques et neurologiques irréversibles chez les enfants.

Amygdale

L’amygdale est chargée de traiter et de stocker les réactions émotionnelles essentielles à la survie. Actuellement, on sait qu’un stress précoce induit des altérations de cette structure. Plus précisément, le stress augmente les niveaux de dopamine et atténue les niveaux de sérotonine dans cette structure.

Bien qu’il existe une controverse quant à savoir si les changements dans l’amygdale se produisent à la suite de la maltraitance des enfants, des études ont trouvé, bien que faiblement, un changement dans le volume total de l’amygdale chez les enfants atteints de SSPT, par rapport aux enfants non maltraités.

“Chez les enfants maltraités et négligés, l’activation chronique de l’amygdale peut altérer le développement du cortex préfrontal, ce qui pourrait entraîner des altérations liées à l’âge dans l’acquisition des comportements et des émotions, y compris le contrôle des impulsions.”

-Table-Gresa-

Des dommages ont également été détectés dans d’autres structures, telles que le vermis cérébelleux. Des altérations de cette structure ont été liées à certaines entités cliniques telles que la schizophrénie, l’autisme, le TDAH ou le trouble bipolaire.

On le voit, les effets de la maltraitance des enfants sont multiples et affectent directement et indirectement l’évolution normative de certaines structures cérébrales. Par conséquent, cela devient un problème de premier niveau qui doit être évité.



  • Marty, C., & Carvajal, C. (2005). Maltrato infantil como factor de riesgo de trastorno por estrés postraumático en la adultez. Revista chilena de neuro-psiquiatría, 43(3), 180-187.
  • Mesa-Gresa, P., & Moya-Albiol, L. (2011). Neurobiología del maltrato infantil: el ‘ciclo de la violencia’. Revista de neurología, 52(8), 489-503.

Le contenu de Nos Pensées est uniquement destiné à des fins informatives et éducatives. Il ne remplace pas un diagnostic, un conseil ou un traitement professionnel. Si vous avez le moindre doute, il est conseillé de consulter un spécialiste de confiance.