Quand tout nous est égal

27 juillet, 2020
Quand tout nous est égal, nous regardons la vie passer sans ressentir de plaisir ou de joie. Nous marchons sans motivation, découragés et apathiques. Cependant, c'est peut-être le moment idéal pour opérer un changement radical : le voyage vers la découverte de soi.
 

Quand tout nous est égal… tout nous est-il vraiment indifférent ? Par ou commencer ? Que dire ? Quand rien ne vous importe, vous ne pensez à rien et vous pensez à tout. Mais… qui ne pense à rien ? Que pensez-vous de tout ? Qu’est-ce que cela signifie que tout vous est égal ?

Le concept est si large que nous ne savons même pas quoi dire, non ? Lorsque nous demandons à quelqu’un : « Mais qu’est-ce qu’il y a ? », Ils vous répondent : « Eh bien, je ne sais pas, tout. »

Parfois, nous nous trouvons à un moment de notre existence où nous ne savons pas quelle direction prendre. Il est courant d’être immergé dans un état où tout n’a pas vraiment d’importance pour nous. Ce que nous avons aimé, a cessé de nous plaire. Ce qui nous amusait maintenant nous ennuie. Que nous arrive-t-il ? Pourquoi tout a cessé de nous faire plaisir ?

Un vide intérieur s’ouvre dans notre âme, celui qui absorbe chaque gramme de bonheur que nous pouvons ressentir. Que se passe-t-il ?

Lorsque tout nous est égal.
 

Quand tout nous est égal

Que signifie être indifférent à tout ? Ou plutôt, que cela implique-t-il ? Souvent, nous nous asseyons sur le canapé et regardons notre vie passer comme si c’était un film. On passe du salon à la salle de bain et de la salle de bain au salon. Nous sortons faire du shopping et cuisiner pour ne pas mourir de faim.

Nous réalisons nos activités quotidiennes presque par inertie, automatiquement. Quelle est la raison de cette réticence ? Un état de malheur qui nous entoure, nous embrasse et, peu à peu, nous resserre de plus en plus.

Nos projets sont compliqués : amitié, économique, travail, vie… Nous parcourons l’horizon à la recherche d’une lumière qui transmet l’espoir, mais nous ne semblons pas la trouver.

Qui a éteint le dernier rayon de joie ? Qui a éteint le dernier phare ? Nous ne savons pas ce qui se passe, mais notre vie semble se dégrader et sans possibilité d’arrêter un tel déclin. Peut-être pouvons-nous commencer en silence à trouver les réponses.

 

« Même dans les rares moments où aucun son, message, texto ou tout autre type d’information ne vient nous perturber de l’extérieur, nos têtes sont remplies d’un flux constant de pensées. Combien de minutes par jour passez-vous vraiment au calme, si vous le faites ? » – Thich Nhat Hanh

Dans ces moments, peu importe s’il pleut, s’il fait beau, que le vent nous emporte ou que quelqu’un nous fasse un sermon. Notre réponse sera sûrement quelque chose comme : « oui » et nous continuerons d’être immergés dans notre monde.

L’attachement au matériel et au spirituel aura touché le fond. L’apathie envahit notre vie et notre réaction aux stimuli agréables a presque disparu.L’anhédonie est entrée dans nos vies.

Que pouvons-nous faire quand tout nous est égal ?

Être perdu au milieu de la mer sans même voir le flash d’une lumière qui éclaire notre chemin peut être désespérant. Mais tout n’est pas perdu. Quand tout nous est égal, à plusieurs reprises, nous n’avons même pas envie de demander de l’aide à un professionnel, pourquoi faire ? Je n’ai pas d’autre choix que de penser. Mais ce n’est pas le cas, nous avons d’autres choix.

 

L’esprit a acquis une série de schémas de pensée tout au long de notre histoire d’apprentissage. Ces pensées nous ont fait croire que l’existence est d’une certaine manière.

Cependant, de la même manière que nous pensons que la réalité est noire, nous pouvons également la voir blanche, bleue, rouge ou de la couleur de l’arc-en-ciel. Parce qu’il n’y a pas une seule couleur pour voir l’existence, elles sont toutes valables et la meilleure chose est que nous n’avons pas à adopter un seul point de vue.

Si nous pensons qu’il s’agit de choisir une idéologie et de s’y tenir, nous avons tort. La vie est trop diversifiée pour nous positionner d’un côté. De cette façon, nous nous limiterons seulement.

À ce stade, il est temps de commencer à penser que notre vision catastrophique du monde n’est que cela, notre vision… une croyance acquise. Et qu’est-ce que cela implique ? Que nous pouvons désapprendre ou, le cas échéant, apprendre une nouvelle façon de changer notre relation avec le monde, avec les autres et avec nous-mêmes.

 

Connectez-vous avec votre intérieur quand tout vous est égal

Lorsque nous sommes perdus et que rien n’a d’importance pour nous, il est temps de nous demander si nous menons vraiment la vie que nous aimerions. Il est donc temps de s’asseoir, de réfléchir à ce que nous voulons, ce qui nous motive, ce qui nous émeut. Cela peut prendre des heures, des jours, des semaines, des mois…

La connexion avec notre intérieur par le biais de l’introspection nous aidera à éliminer toutes ces conditions qui nous empêchent d’observer nos vraies motivations.

« L’amour, la compassion et le souci des autres sont les véritables sources de bonheur. » – Dalaï Lama

Une femme qui pratique la méditation.

La pleine conscience est un outil très puissant qui nous aidera sans aucun doute à découvrir une partie de nous que nous ignorions complètement. Grâce à l’introspection, nous commencerons à laisser derrière nous des voix étrangères qui nous diront comment nous devons être ou ce que nous devons faire.

 

Lorsque nous franchissons ces limites, nous commençons à découvrir la lumière qui brille en nous sans distorsion. Nous savons, à ce moment, dans quelle mesure nous étions limités par des demandes extérieures.

Comme l’affirme Sa Sainteté le Dalaï Lama, « notre esprit conscient est lié à la fois aux objets avec lesquels nous avons eu l’expérience dans le passé et à certains types de sentiments ou de sensations. En ce sens, il est très difficile d’apercevoir la vraie nature de la conscience, qui correspond à l’état pur de connaissance ou à la luminosité totale de l’esprit. »

Pour cela, le Dalaï Lama assure que « l’une des techniques possibles à utiliser pour appréhender cet état est la méditation. Avec cela, nous libérons nos esprits des pensées des expériences passées et de toute forme d’anticipation de l’avenir, pour rester dans le moment présent. »

Quand tout nous intéresse

Lorsque nous nous connectons avec notre nature authentique, nous commençons à observer notre environnement dans une autre couleur. La simple feuille d’un arbre nous semble une création fascinante de la nature. Nous concentrons notre attention sur la respiration et questionnons notre corps complexe, plein d’éléments : muscles, os, artères, neurones, etc.

 

Grâce à la méditation, nous découvrons que ce qui nous entoure est beaucoup plus intéressant que nous ne le pensions. Nous pouvons être fascinés de voir le simple battement d’ailes d’un oiseau. Qu’est-ce qui se cache derrière le vol d’un oiseau ?

Comme le dit le professeur bouddhiste zen Thich Nhat Hanh : « Le silence intérieur est essentiel pour pouvoir entendre et répondre à l’appel de la beauté. S’il n’y a pas de silence en nous – si notre esprit, notre corps sont pleins de bruit – nous ne répondrons pas à l’appel de la beauté. »

L’enseignant ajoute que « notre esprit est plein de bruit, c’est pourquoi nous ne pouvons pas entendre l’appel de la vie, l’appel de l’amour. Notre cœur nous appelle, mais nous ne l’entendons pas. Nous n’avons pas le temps de l’écouter. »

Petit à petit, nous apprécierons les petits détails vitaux qui nous étaient auparavant insignifiants. De cette façon, nous commencerons également à réaliser ce qui nous motive vraiment. La réalisation de soi deviendra un facteur important.

 

Nous saurons qu’être de bonnes personnes, se consacrer aux autres et ne faire de mal à personne sont des valeurs si profondes que nous en ferons les nôtres. Avec ces critiques, nos vies prendront une direction complètement différente. Alors rappelez-vous, quand tout vous est égal, il est temps de bouger pour que tout change.