Quand les narcissiques en savent plus que les experts

12 octobre, 2020
Il existe un principe inamovible : les narcissiques pensent en savoir plus que les experts. Nous le constatons beaucoup de nos jours, avec toutes ces voix qui du jour au lendemain s'y connaissent dans presque tous les domaines scientifiques : médecine, soins infirmiers, virologie, politique, économie, géostratégie…

Avec les personnes narcissiques, il est impossible d’ouvrir un débat sans qu’elles n’essayent de se placer un cran au dessus, considérant comme véridiques et prouvées les hypothèses qu’elles émettent, sans possibilité de contestations ou d’erreurs. Alfred Aldler, le fondateur de la psychologie individuelle, étudia très attentivement ce type de personnalité.

Certaines études, telles que celles du Dr Heinz Ludwig Ansbacher, nous rappellent que le célèbre psychothérapeute autrichien avertissait déjà à l’époque que les narcissiques représentaient le côté le plus négatif de la société. Loin de promouvoir le progrès de l’humanité, ils l’entravent par leur égocentrisme.

En observant la situation actuelle, nous apprécierons la façon dont les personnes dépourvues d’informations tentent de nous informer. Il s’agit de celles qui, loin d’émettre des propositions, ne font que critiquer. Des personnes qui, devant toute preuve, n’hésitent pas à la dénaturer afin d’alimenter le différend, la méfiance, voire la peur.

En ces temps difficiles, nous avons surtout besoin de personnes capables de nouer des alliances. Des personnes capables de nourrir des espaces d’harmonie afin que puissent circuler les idées et l’entraide.

Les narcissiques pensent savoir mieux que tout le monde.

Quand les narcissiques en savent plus que les experts : pourquoi se comportent-ils ainsi ?

Lorsque les narcissiques prétendent en savoir plus que les experts, des désaccords apparaissent. Nous finissons par ressentir de l’épuisement, car l’ego domine chaque conversation, chaque situation ou interaction quotidienne.

Nous le constatons plus que jamais à l’heure actuelle. De plus en plus de voix ne cessent en effet d’apparaître sur les réseaux sociaux pour remettre en cause presque toutes les informations, même lorsque les sources sont variées et fiables.

Il ne fait aucun doute qu’il convient d’avoir un esprit critique. Il arrive néanmoins un moment où la lumière disparaît presque dans le brouillard. Ceux qui croient tout savoir sur tout ne cessent de répandre des informations utiles, sans aucune perspective constructive.

Détruire et critiquer juste pour critiquer n’aide pas en ce moment. Cela alimente en effet davantage l’incertitude et les troubles. Ne négligeons par ailleurs pas ceux qui vivent avec un narcissique.

Il est important de se rappeler que cette caractéristique appartient à un spectre. Cela veut dire que certaines personnes présenteront uniquement quelques caractéristiques, d’autres démontreront clairement un trouble de personnalité narcissique.

La cohabitation avec ces derniers est très difficile et épuisante. Et ce, notamment dans les circonstances actuelles où le confinement et la crise mondiale du coronavirus exacerbent tout problème psychologique ou trait de personnalité.

Quand le complexe de supériorité s’associe au complexe d’infériorité

Les narcissiques ont besoin de montrer leur supériorité intellectuelle. Dans leur tentative de se montrer plus ingénieux, intelligents et capables scientifiquement, ls aspirent avant tout à nous asservir.

“Ils veulent que nous faire croire que le monde se divise en deux, d’un côté ceux qui ne savent rien et, de l’autre, eux-mêmes qui dominent toutes les connaissances.”

Pourquoi agissent-ils ainsi ? Alfred Adler, qui poursuivit les études de Sigmund Freud sur la personnalité narcissique, soulignait déjà à l’époque quelque chose d’important : le narcissique présente une combinaison entre un complexe de supériorité et un sentiment de nette infériorité.

Ne vous y trompez pas. Ces personnes ont, en réalité, une faible estime de soi. Cette vision sous-évaluée de soi les pousse à se protéger en ayant recours à l’exagération, à la grandeur et à la critique.

Par ailleurs, n’oublions pas que le complexe de supériorité est le pire des mécanismes de défense. La raison ? C’est toujours très pesant.

Les narcissiques pensent tout savoir.

Le pouvoir de l’humilité intellectuelle

Les narcissiques pensent en savoir plus que les experts. Cela a toujours été le cas et il en sera toujours ainsiLoin d’aider et d’éclairer en ces temps difficiles, ils agrandissent l’abîme et rendent la distance plus froide. Les entreprises et organisations le savent parfaitement : elles n’apprécient plus les leaders narcissiques.

Les années 80 et 90 connurent nombres de ces patrons hautement directifs, individualistes et même agressifs qui dirigeaient leur entreprise avec une approche verticale. Les choses sont aujourd’hui bien différentes.

Celui qui sait créer une équipe, qui apporte des idées et n’invalide pas celles des autres parvient à sortir des situations les plus compliquées. Les individus ont aujourd’hui besoin de se sentir unis. Un malaise surgira donc inévitablement si une voix vient alimenter la discorde à travers la critique.

Nous devons être conscients que celui qui présente une humilité intellectuelle adéquate, qui est capable d’écouter, d’apprécier d’autres perspectives et de proposer des propositions, sortira toujours gagnant. Nous avons besoin de personnalités brillantes, mais humbles. Des personnalités avec une bonne intelligence émotionnelle.

Le narcissique n’a plus sa place dans la société actuelle. Nous n’avons d’autre choix que de vivre avec eux, nous le savons. Évitons toutefois de leur octroyer du pouvoir. N’alimentons plus la discorde.


  • Ansbacher H. The significance of Alfred Adler for the concept of narcissism. Am J Psychiatry. 1985 Feb;142(2):203-7. DOI: 10.1176/ajp.142.2.203