Quand les chagrins nous hantent comme des loups féroces

Les chagrins peuvent vous hanter jour et nuit comme des loups féroces dans la forêt de la solitude. Il est temps de faire demi-tour et d'arrêter de courir.
Quand les chagrins nous hantent comme des loups féroces

Dernière mise à jour : 08 octobre, 2021

Parfois la tristesse nous hante comme des loups féroces, la gueule ouverte et implacable. Il est très facile de se perdre dans ces forêts sombres où ne vit que le souvenir de ce qui est perdu, de ce qui est laissé pour compte ou jamais réalisé. Nous sommes des créatures à l’esprit vagabond, une proie facile pour les prédateurs psychologiques comme le chagrin, le désespoir ou la dépression.

On dit que rire et passer un bon moment anesthésient la douleur et font même oublier. Ils insistent pour que la tristesse soit guérie en agréable compagnie et en fixant de nouveaux objectifs à notre horizon. Cependant, même si vous essayez de toutes vos forces, à la fin, chaque nuit, même la lune s’habitue à ce que vous la regardiez à la recherche de réponses que ni elle ni le temps ne peuvent vous donner.

Il n’est pas facile de se débarrasser de la rumeur de tristesse. J’aimerais qu’ils soient comme le papillon qui s’arrête un instant sur nos vêtements et disparaît au bout de quelques secondes. Les sanctions sont comme de petites meutes de loups capables de nous dévorer si nous ne les arrêtons pas, si nous n’apprenons pas à les affronter. Il n’est pas bon de fuir ce qui demande à être résolu.

« Le mot « heureux » perdrait son sens s’il n’était contrebalancé par la tristesse.

-Carl Jung-

scène de montagne avec du brouillard pour symboliser quand les chagrins nous hantent comme des loups féroces

Que faire quand la tristesse nous hante comme des loups féroces

Parfois, la vie cesse de ramper sur votre peau et, au lieu de vous exciter, vous encapsule dans un territoire inhospitalier. Pertes, ruptures, déceptions, rêves frustrés qui descendent dans les égouts… Nous savons tous quel goût ont les espoirs brisés et les éclats qu’ils laissent sous l’esprit et le cœur. Il est très facile de se laisser piéger pendant un certain temps dans cette forêt de chagrin.

Nous savons tous aussi que lorsque la tristesse nous hante comme des loups féroces, la vie n’est plus la même. Pourtant, dans cette société émotionnellement phobique, on nous exhorte à revenir vite, très vite à nos obligations. La façon dont nous nous rapportons et traitons la tristesse est fortement liée à la façon dont nous avons été élevés et ce que la culture nous transmet.

Ainsi, des études comme celles menées à l’Université d’Hawaï, aux États-Unis par exemple, nous montrent que les Asiatiques sont moins susceptibles d’utiliser des stratégies de coping. Dans les pays occidentaux, nous ne sommes pas particulièrement qualifiés non plus. Bien souvent, nous ne connaissons même pas l’origine de la tristesse qui nous freine, qui nous enlève le moral et l’élan de motivation.

Arrête de fuir, tu n’es pas aussi faible que tu le penses

Nous voulons que nos blessures guérissent le plus tôt possible, mais nous oublions d’abord d’enlever l’épine qui cause la douleur à l’intérieur d’elles. Nous sommes ces créatures qui courent, fuient et ne veulent pas regarder en arrière, laissant d’infinis nœuds émotionnels non résolus. Avouons-le, quelque chose que nous faisons aussi est de nous étiqueter faible lorsque les pénalités pèsent lourd.

La tristesse en tant que telle ne définit aucun trouble psychologique. Cependant, parfois, avec de nombreux autres facteurs, cela peut être un accessoire à la dépression. Si nous réprimons cette émotion et rayons également – ou rayons – faible, nous allons progressivement nous déconnecter de nous-mêmes jusqu’à ce que nous soyons complètement vulnérables. C’est alors que nous serons des proies faciles pour les loups intérieurs…

Arrêtez de fuir, car plus vous fuyez ce qui fait mal, plus ce qui vous inquiète vous poursuit et plus vos prédateurs internes deviennent gros.

L’émotion ressentie ne vous fragilise pas, elle ne fait que vous alerter sur quelque chose dont vous devez vous occuper.

Quand les chagrins nous hantent comme des loups féroces, retourne-toi

Quand la tristesse nous poursuit comme des loups féroces, nous sommes épuisés d’avoir tant couru. Les mâchoires du chagrin, de la solitude et du découragement finissent par nous consumer, morsure par morsure, jour après jour. C’est alors que le monde s’efface devant nos yeux et que nous ne voyons plus que nos propres pensées. De fait, des études telles que celles menées à l’Université de Pékin insistent sur cette même chose.

La tristesse altère notre attention, nous cessons de percevoir les choses avec la même acuité visuelle. La raison en est que le cerveau regarde à l’intérieur, dans la forêt dense et complexe de nos soucis, de nos peines et de nos angoisses. Si nous voulons sortir de cet état, il n’y a qu’une option : il faut oser caresser ces loups féroces.

Vous devez vous retourner et regarder ces soi-disant ennemis dont vous vous échappez depuis longtemps. Il se rend dans un repaire placide et là, il parle avec vous et avec les créatures dont vous vous échappez.

Les tristesses qui vous hantent ne veulent que votre compagnie et une longue conversation. Prenez contact avec eux, sans hâte, alors seulement vous comprendrez ce dont vous avez besoin et quels changements vous devez promouvoir.

fille symbolisant quand les chagrins nous hantent comme des loups féroces

Il est temps de mener le peloton (domination émotionnelle)

Notre tendance à fuir la tristesse ressentie est presque instinctive. Dès qu’ils émergent, on se précipite pour vouloir les faire taire, les fuir comme quelqu’un fuyant son pire ennemi (ou une meute de loups). Il est temps de comprendre qu’il n’y a rien de pathologique dans cette dimension.

La tristesse est une émotion adaptative qui nous incite à rester immobiles et à nous concentrer sur nous-mêmes pour réfléchir.

Cela explique la fatigue, l’épuisement… Elle veut juste que vous vous arrêtiez et que vous pensiez à vous-même, que vous vous souveniez de vos significations vitales, que vous acceptiez ce que vous ne pouvez pas changer et que vous agissiez sur ce que vous pouvez résoudre ou transformer. Gardez à l’esprit que la vie n’est pas anodine, elle a des textures, de la profondeur, des bords et des creux. Il n’est pas facile de s’y promener et les chutes sont très fréquentes.

Nous ne pouvons pas nous lever et marcher comme si les blessures n’étaient pas là. Il est donc temps de diriger votre univers émotionnel en supposant qu’il y aura des chagrins que vous ne lâcherez jamais complètement. Mais vous apprendrez à vivre avec eux.

Cela pourrait vous intéresser ...
Le contact physique peut combattre le stress et la tristesse
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Le contact physique peut combattre le stress et la tristesse

Le contact physique et les relations sociales jouent un rôle très important dans le développement des neurones. Nous en parlons ici.



  • Dorison CA, Wang K, Rees VW, Kawachi I, Ericson KMM, Lerner JS. Sadness, but not all negative emotions, heightens addictive substance use. Proc Natl Acad Sci U S A. 2020 Jan 14;117(2):943-949. doi: 10.1073/pnas.1909888116. Epub 2019 Dec 30. PMID: 31888990; PMCID: PMC6969515.
  • Shirai, M., & Suzuki, N. (2017). Is Sadness Only One Emotion? Psychological and Physiological Responses to Sadness Induced by Two Different Situations: “Loss of Someone” and “Failure to Achieve a Goal”. Frontiers in psychology8, 288. https://doi.org/10.3389/fpsyg.2017.00288
  • Vandervoort, D.J. Cross-cultural differences in coping with sadness. Curr Psychol 20, 147–153 (2001). https://doi.org/10.1007/s12144-001-1022-3