Pourquoi partageons-nous de fausses informations sur les réseaux sociaux ?

Quels moyens utilisons-nous pour nous informer ? Nous aident-ils vraiment à être mieux informés ou nous compliquent-ils la tâche ? Pourquoi la technologie semble-t-elle parfois ne pas nous aider ? Dans cet article on vous dit !
Pourquoi partageons-nous de fausses informations sur les réseaux sociaux ?

Dernière mise à jour : 18 septembre, 2022

N’est-il pas contradictoire qu’il soit plus difficile de s’informer dans un siècle où l’accès au savoir est si facile et bon marché ? Ne trouvez-vous pas qu’avec autant de technologie, nous passons plus de temps à vérifier si les nouvelles sont fausses qu’à les trouver ? Tout cela est amplifié avec les réseaux sociaux, le média que la plupart des gens utilisent pour se tenir au courant aujourd’hui.

La question des fausses informations et, en général, de la désinformation, est vaste, complexe et, même ainsi, un mal qui doit être éradiqué. Cependant, la connaître à fond demande du temps et de l’étude, il vaut donc la peine de passer du temps à apprendre à se protéger des fausses informations et, surtout, à ne pas contribuer à sa propagation.

Dans cet espace, vous trouverez les principales raisons pour lesquelles les gens partagent des canulars sur les réseaux sociaux, à la fois intentionnellement et inconsciemment, et comment lutter contre cela. La première étape est toujours de prendre conscience de la réalité, alors allons-y.

Femme effrayée par le mobile

Diffusion intentionnelle de fausses informations sur les réseaux sociaux

Ceux qui se consacrent à influencer les gens pour qu’ils manipulent leur comportement, que ce soit à des fins commerciales ou criminelles, savent qu’il existe des moyens efficaces de profiter des gens. Voyons-en quelques-uns :

  • Dissimulation intentionnelle et sélective d’informations : les médias sont des entreprises avec leur propre idéologie. Cela élimine évidemment l’impartialité, mais en donner l’apparence s’impose. La meilleure façon de maintenir cette façade est de donner des informations véridiques, mais édulcorées.
  • Titres accrocheurs : l’une des fausses nouvelles les plus abondantes sur le Web est ce type de titre. Ils font appel à l’émotivité des lecteurs avec des titres accrocheurs pour les empêcher d’utiliser la pensée critique. Un exemple est les publicités typiques avec des titres comme “vous ne croirez pas que cet aliment vous fait perdre 10 kilos en une semaine”.
  • Chaînes et canulars : tant dans les réseaux sociaux que dans la messagerie instantanée, il est courant de trouver des chaînes de messages qui tentent d’avertir de dangers qui ne sont pas réels. L’objectif est généralement de collecter des données auprès des utilisateurs, de les escroquer ou de diffuser massivement de fausses informations.
  • Humour manipulé : s’il est vrai que la satire a toujours existé comme arme politique, il y a une différence avec son utilisation à des fins de désinformation. Ainsi, les personnes qui veulent influencer les opinions des autres diffusent des blagues, des mèmes ou des publications humoristiques qui incluent intentionnellement de fausses informations.
  • Deepfakes : ce type de montage audiovisuel numérique nécessite des programmes d’intelligence artificielle. Ils sont incroyablement réels, ce qui en fait des outils utiles pour ceux qui veulent répandre des mensonges presque méconnaissables.

Propagation involontaire

Tout ce qui précède place le lecteur dans une position claire : comment éviter d’être le vecteur de diffusion de fausses informations sur les réseaux sociaux si quelqu’un a les moyens de me tromper ?

La première étape pour cela sera, comme toujours, de détecter sur quels mécanismes mentaux ces canulars essaient d’opérer. On va le voir.

Raccourcis mentaux (heuristiques)

Confronté à une masse d’informations sur des événements non vécus, l’esprit utilise des raccourcis cognitifs qui lui permettent d’en traiter le plus possible sans se saturer. En d’autres termes, compte tenu du flux incessant de données et d’actualités qui nous parviennent via les réseaux sociaux, notre capacité de traitement est régulée par les mécanismes suivants :

  • Biais de représentativité : classer quelqu’un dans une catégorie en fonction de nouvelles informations. Par exemple : “Le coronavirus est la faute des Chinois car ils mangent des chauves-souris”.
  • Heuristique de disponibilité : une personne porte un jugement sur la probabilité qu’un événement se produise en fonction de sa propre expérience et de ses connaissances, sans tenir compte du reste de l’information. “Une fois, un homme m’a touché le cul dans une boîte de nuit, alors si je vais dans un bar gay, tous les homosexuels vont me harceler.”
  • Biais d’ancrage : se forger une opinion et prendre des décisions sur la base des premières informations reçues. Un exemple en est les chiffres de l’immigration clandestine, qui sont souvent présentés comme une invasion de millions de personnes malveillantes, alors qu’en fait ils sont peu nombreux et inoffensifs, et les gens ne s’arrêtent pas pour chercher les vraies données.

Inattention

La conception actuelle des plateformes de médias sociaux est basée sur le bombardement de l’utilisateur avec des quantités massives d’informations. La possibilité d’y réagir immédiatement et de la partager d’un simple effleurement du doigt encourage également les gens à automatiser la propagation sans la vérifier.

Illusion de connaissance

Certes, si vous dominez un sujet au-dessus de la moyenne, vous vous serez rendu compte que les personnes qui en savent le moins sont généralement celles qui sont les plus sûres de leur savoir. Ce paradoxe est connu sous le nom d’illusion de la connaissance et il est dangereux, car une grande partie des fausses informations qui circulent sur les réseaux tenteront de faire croire aux utilisateurs que ce qu’ils proposent est tout ce qu’il faut savoir sur un sujet.

Homme travaillant sur l'ordinateur

Que faire pour éviter de diffuser de fausses informations sur les réseaux sociaux ?

Tout d’abord, ne désactivez jamais la pensée critique. Si une information vous paraît étrange, comparez-la. Il s’agit simplement d’automatiser la vérification par plusieurs moyens si les données coïncident.

En revanche, il faut vivre plus lentement. Il est vrai que le système fait beaucoup d’efforts pour que nous n’y parvenions pas, mais il suffit de s’arrêter une seconde devant chaque phrase frappante et de se demander “est-ce vrai ?”. La recherche même de vérification implique des efforts et du temps qui, en plus, vous évitent de continuer à avaler des informations sans filtre.

Il y a toujours eu de la désinformation, du sensationnalisme et de la manipulation des masses. Le problème actuel n’est pas tant son existence (qui l’est aussi), mais plutôt que la fausse information a trouvé un canal de diffusion illimité sur les réseaux sociaux et, en général, sur Internet. Dans un monde où les vrais filtres doivent être des personnes individuelles et diverses et où la réglementation officielle est toujours une blague, le seul outil utile est la responsabilité.

Cela pourrait vous intéresser ...
8 façons dont les réseaux sociaux vous font vous détester
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
8 façons dont les réseaux sociaux vous font vous détester

Il existe de nombreuses façons dont les réseaux sociaux vous font vous détester. Ce sont des dynamiques dont nous ne sommes pas toujours conscients...



  • Pennycook, G., Epstein, Z., Mosleh, M., Arechar, A. A., Eckles, D., & Rand, D. G. (2021). Shifting attention to accuracy can reduce misinformation online. Nature592(7855), 590-595.
  • Montero-Liberona, C., & Halpern, D. (2019). Factores que influyen en compartir noticias falsas de salud online. Profesional de la Información28(3).
  • Tversky, A., & Kahneman, D. (1974). Judgment under Uncertainty: Heuristics and Biases: Biases in judgments reveal some heuristics of thinking under uncertainty. Science185(4157), 1124-1131.