Penser différemment : une audace qui apporte de grands bénéfices

· 3 octobre 2018

Penser différemment n’est pas seulement un défi pour nous-mêmes. C’est une marque d’audace. Proposer de nouvelles idées. Avoir des opinions alternatives. Ou encore voir le monde avec plus de nuances et de couleurs que de lumières grises. Tout cela est un signe de témérité dans un contexte où tout le monde pense de la même façon. Rien n’est plus important pour notre développement personnel que de vivre cette rénovation mentale.

Steve Jobs disait que penser différemment signifie oser renverser l’échec. Cependant, rien n’est plus difficile que de sortir de ce moule, que de nous imposer face à l’erreur, la critique et ces échecs quotidiens que nous vivons habituellement et qui nous bloquent. Nous ne faisons pas confiance à nos habiletés, nous n’osons pas nous percevoir d’une autre façon. Nous émettons sans cesse les mêmes pensées et répétons les mêmes comportements qui nous emmènent continuellement sur les mêmes territoires.

« On ne résout pas un problème avec les modes de pensées qui l’ont engendré. »

-Albert Einstein-

John Mighton, éducateur, mathématicien et écrivain, nous explique qu’à partir de cinq ans, les enfants commencent à s’évaluer eux-mêmes en se comparant aux autres. C’est à ce moment qu’ils se conçoivent comme intelligents ou non. Ils comprennent petit à petit l’importance de l’imitation des comportements, des expressions et des opinions pour se sentir mieux intégrés et pour ne pas valoir « moins » que les autres.

Ce besoin d’être comme les autres est ce qui enlève toute la brillance et toute la beauté de notre identité, d’une façon extrêmement précoce. Nous pourrions donc dire, d’une certaine façon, qu’il arrive toujours un moment où nous sommes obligés de faire un pas en arrière pour oublier ce que nous avons appris et le reformuler. Car penser différemment exige de briser des modèles pour être capables de générer de nouvelles habitudes de pensée. Celles-ci nous permettront de transformer notre réalité.

penser différemment

Penser différemment, au-delà de la pensée latérale

Lorsque nous parlons de quelqu’un habitué à penser différemment, nous visualisons presque immédiatement une personne aguerrie au niveau de la pensée latéraleCette capacité ou point de vue mental cité par Edward Bono en 1967 ne définit pas ces profils capables d’émettre des réponses et comportements alternatifs ou non alignés. En réalité, le fait de penser différemment transcende tout cela.

La pensée latérale définit ce type de pensée orienté vers la recherche de solutions qui vont au-delà de la logique et qui s’appuient sur la créativité. Or, la personne qui pense différemment développe beaucoup plus de capacités. Le célèbre journaliste et sociologue Malcolm Gladwell nous signale que pour franchir ce cap, nous avons besoin de trois choses:

  • Apprendre à mieux penser
  • Savoir dans quoi nous investissons notre énergie intellectuelle et émotionnelle
  • Oser changer, nous transformer, transcender nos circonstances actuelles pour nous améliorer et continuer à avancer au quotidien

Comme nous le voyons, il ne s’agit pas seulement de se limiter à émettre des idées, des réponses et des solutions novatrices ou créatives. Nous devons aussi être capables « d’innover » au fond de nous-mêmes. Ceux qui pensent différemment osent vivre de façon différente, en démolissant les obstacles et en agissant comme ce poisson qui, de temps en temps, saute au-dessus de l’eau pour découvrir que le monde est bien plus vaste que l’étendue d’eau qu’il connaît.

penser différemment

Comment apprendre à penser différemment ?

Penser différemment, comme nous l’avons signalé, implique de développer un autre type de capacités. Etant donné que ce n’est pas une chose aisée, nous ne pouvons pas y parvenir en deux jours ou six mois. Penser différemment exige de la discipline, de la volonté et une bonne dose d’audace. Nous devons mettre de côté notre peur du « qu’en dira-t-on » pour nous transformer en cette personne que nous voulons réellement être. Voyons maintenant quelques clés pour y arriver.

Connaître nos habitudes mentales

Nous avons tous une vision du monde et de ce qui nous entoure. Nous devenons parfois « dépendants » à un même point de vue, en limitant complètement nos alternatives. Pour pouvoir développer de multiples perspectives mentales, nous devons être capables de nous placer dans des situations qui défient ces enclaves rouillées.

Défier vos catégories, vos étiquettes et vos schémas

Dans les coins de notre cerveau, au-delà de nos habitudes mentales, nous retrouvons aussi nos étiquettes, ces catégories que nous avons créées avec nos expériences et qui se transforment souvent en points de vue immuables. Nous devons aussi les détruire car, que nous le croyions ou non, ces schémas nous ont été imposés. Rien n’est plus dangereux pour notre liberté de pensée que l’usage des catégories et des étiquettes sociales.

« Les fous, les marginaux, les rebelles, les anticonformistes, les dissidents… Tous ceux qui voient les choses différemment, qui ne respectent pas les règles. Vous pouvez les admirer ou les désapprouver, les glorifier ou les dénigrer. Mais vous ne pouvez pas les ignorer. Car ils changent les choses. Ils inventent, ils imaginent, ils explorent. Ils créent, ils inspirent, ils font avancer l’humanité. Là où certains ne voient que folie, nous voyons du génie. Car seuls ceux qui sont assez fous pour penser qu’ils peuvent changer le monde y parviennent. »

-Walter Isaacson-

Penser en mode diagnostic

Avant de dire qu’une idée est vraie, analysons-la. Avant d’accorder une quelconque valeur à une rumeur, observons-la en détails. Nous devons douter des choses et ne pas nous arrêter à la première option qui apparaît. Soyons capables d’aller au-delà des apparences. Diagnostiquons notre réalité pour en tirer nos propres conclusions.

 

Mentalité rebelle, l’émotion qui impulse un changement constant

Celui/celle qui ose penser différemment n’est pas seulement capable d’énoncer des opinions alternatives, de décider des choses que d’autres personnes ne comprennent pas ou n’approuvent pas. Un composant émotionnel immanent le/la pousse à être cette voix qui diverge, cette présence qui défie les autres tout en les acceptant, cette figure qui n’a pas peur d’emprunter de nouveaux chemins, toute seule.

Penser différemment signifie oser vivre de façon alternative. Cela veut dire avoir la clé d’une rénovation constante. Tout le monde a besoin de se libérer de ce qui le limite, de ce qui éteint sa motivation, ses envies de s’améliorer et d’innover. Alors, soyons capables de générer cette impulsion, même si c’est une chose difficile, même si nous devons mettre de côté des facilités et des satisfactions. Le résultat en vaudra toujours la peine.