Passion et obsession : quelle est la différence ?

10 novembre, 2020
La passion et l'obsession sont deux réalités qui nous motivent à faire de grands efforts. Cependant, alors que la passion nous pousse à grandir et à nous améliorer, l'obsession exerce une influence négative sur notre vie.

La passion et l’obsession sont deux réalités très proches, mais aussi très différentes. Alors que la première correspond à un grand flux d’énergie émotionnelle qui nous pousse à dépasser nos limites, la seconde paralyse la volonté ou plutôt la place dans des limites extrêmes.

Il faut aussi dire que la passion et l’obsession sont deux réalités contiguës. Dans de nombreux cas, c’est d’abord la passion qui vient et, si l’on dépasse une certaine limite, on finit alors par entrer sur le terrain de l’obsession. L’obsession est, en quelque sorte, un excès de passion.

Il est plausible de dire que la passion et l’obsession sont les deux faces d’une même médaille. Ces deux réalités subjectives se caractérisent par un grand engagement émotionnel, ainsi qu’une attention et une concentration extrêmes. Cependant, l’une d’entre elles constructive, tandis que l’autre est destructrice.

“Les passions sont comme les vents qui sont nécessaires pour donner du mouvement à toute chose, mais qui sont souvent la cause des ouragans.”

Bernard Le Bouvier de Fontenelle

La passion et l'obsession sont dictées par des facteurs externes.

Passion et obsession

Dans de nombreux cas, la passion et l’obsession suivent une ligne de continuité dictée par des facteurs externes. Généralement, tout commence par une activité que l’on aime et qui nous fait soudainement ressentir une joie très particulière. Le travail est si attrayant que la personne commence à être passionnée.

La passion nous fait consacrer beaucoup de temps à ce travail et nous pousse à faire preuve d’une plus grande exigence afin de se rapprocher de la perfection. Viennent ensuite les réalisations et la reconnaissance de l’activité réalisée, et là, les problèmes peuvent commencer.

Il s’avère que la validation externe peut fonctionner comme un facteur négatif. Ce qui, autrefois, était une activité que l’on réalisait juste pour le plaisir, devient maintenant une activité via laquelle on cherche à obtenir une réponse spécifique des autres. Nous n’apprécions alors plus le processus, mais le résultat. C’est à ce moment-là que l’obsession entre en jeu.

Les labyrinthes de l’obsession

Lorsque une activité nous obsède, la joie se transforme en inquiétude. Nous dépendons des autres et cela nous rend agité et stressé. Des études montrent que lorsqu’une telle dépendance se développe, nous pouvons même adopter un comportement contraire à l’éthique.

Le résultat des actions et la validation de la réponse des autres étant incontrôlable, les passions obsessionnelles se caractérisent par l’agitation et la frustration. La dépendance à la validation des autres n’est pas seulement émotionnelle ; il a été démontré qu’elle devient aussi physique.

De plus, il a été prouvé que cet excès d’inquiétude lié à l’approbation des autres inonde le corps de dopamine. Cela, bien sûr, renforce la dépendance et mène à l’épuisement. Il se peut même que allions jusqu’au point de tricher en vue d’obtenir les applaudissements des autres.

L'obsession se caractérise par une dépendance à l'approbation externe.

La dépendance à l’approbation externe

Ce serait un mensonge de dire qu’une personne peut se détacher complètement de l’opinion des autres. Atteindre ce point où nous ne nous intéressons plus du tout à l’approbation des autres est difficile. Seule une personne extrêmement évoluée spirituellement y parvient ; les mortels ordinaires dépendent dans une certaine mesure de l’approbation des autres.

Qui n’est pas heureux de gagner un prix ou d’être reconnu pour ce qu’il a fait ? Même dans la vie de tous les jours, chacun d’entre nous ressent une certaine satisfaction lorsque nous publions publie quelque chose sur les réseaux sociaux et obtenons un “j’aime” ou une demande d’amis, ou encore lorsque notre nombre d’abonnés augmente.

Le secret pour ne pas tomber dans les griffes de l’obsession de l’approbation des autres est de le réaliser à temps. Lorsque nous recevons ce “j’aime” pour quelque chose que nous avons fait sans prétention, il faut garder à l’esprit que l’important est d’avoir exprimé quelque chose de vrai, et que le reste n’est qu’un bonus qui peut disparaître demain.

Apprécier ce que l’on fait sans tenir compte des résultats que cela peut apporter est essentiel. Il n’est pas facile de se débarrasser du regard des autres, mais il est important de faire en sorte de ne pas tomber dans ce piège. Laissons la passion nous guider et non l’obsession.

Piola, M. E. (2004). De la pasión por” uno mismo” a la obsesión por el otro. Comentarios sobre la ética de Emmanuel Lévinas. Utopía y Praxis Latinoamericana, 9(25), 121-128.