Passer à l'action : un mécanisme de défense intéressant

A quoi sert le pas pour agir ? Comment faisons-nous ça ? Qu'est-ce qui vous motive ? Dans cet article on vous le dit !
Passer à l'action : un mécanisme de défense intéressant
Elena Sanz

Rédigé et vérifié par Psychologue Elena Sanz.

Dernière mise à jour : 24 novembre, 2022

Bien que nous aimions penser que nous sommes des êtres totalement rationnels et conscients, que lorsque nous agissons, nous le faisons avec la véritable volonté de le faire, la vérité est que ce n’est pas le cas. Souvent, nos actions expriment des contenus mentaux que nous ne pouvons pas ou ne voulons pas voir et gérer. Et, bien que cela puisse être naturel, il est intéressant de connaître ces mécanismes de défense pour faire la lumière sur ce qui nous arrive. Aujourd’hui, nous parlons de l’un d’entre eux : le passage à l’acte.

Tout d’abord, comprenons qu’un mécanisme de défense est une stratégie psychologique inconsciente qui se met en branle pour protéger ou défendre le moi. C’est-à-dire gérer un conflit interne qui angoisse et face auquel on choisit de nier ou d’occulter la réalité. Bien qu’ils puissent être efficaces à court terme (dans le sens de réduire cette anxiété), ils ne sont pas les bons moyens de résoudre les conflits et peuvent causer des problèmes.

frères se disputant

Le rôle des mécanismes de défense

Selon la théorie psychanalytique freudienne, le moi devrait servir de médiateur entre les pulsions du ça et les exigences du surmoi. Pour ce faire, il utilise certaines procédures pour maintenir l’équilibre psychologique : les mécanismes de défense.

Celles-ci surviennent parce qu’il existe certains contenus inconscients (pensées, souvenirs, désirs, impulsions…) que nous ne pouvons pas simplement rendre conscients car ils sont dérangeants, gênants ou intolérables. Ainsi, nous les exprimons de manière atténuée ou déformée, afin qu’elles ne nous affectent pas trop.

De cette façon, nous trouvons une issue qui nous permet de protéger notre estime de soi et notre stabilité mentale. Mais cela, au fond, n’est pas la solution la plus appropriée ou la plus correcte.

Quelle est la marche à suivre pour passer à l’acte ?

Dans le cas qui nous occupe, le passage à l’acte survient aussi devant un désir, une impulsion ou un besoin jugé interdit ou menaçant. Ceux-ci génèrent une anxiété dont nous voulons nous débarrasser, ce que nous n’atteindrions qu’en faisant ce désir. Mais, comme cela n’est pas possible (en raison de son caractère intolérable), nous avons choisi de le faire dans un autre contexte.

Nous ne pouvons pas amener cette émotion ou ce besoin à la conscience, nous ne pouvons pas reconnaître l’aspect réel de ce désir. Nous avons donc choisi de l’exprimer de manière symbolique et déformée. Quelque chose qui nous permet certainement de réduire cette tension interne lancinante et de nous sentir soulagés, au moins pour un moment.

Comment se manifeste le passage à l’acte ?

Puisqu’il s’agit d’un concept quelque peu ambigu, donnons quelques exemples qui illustrent l’expression de cette démarche d’agir dans des situations de tous les jours.

Une personne a de nombreux problèmes dans sa relation, elle se sent endommagée et insatisfaite. Inconsciemment, vous souhaitez mettre fin à la relation, mais vos croyances (idéaux religieux, sens aigu de la loyauté ou de la moralité) vous en empêchent.

Parce que vous trouvez qu’il est inacceptable de réaliser votre véritable désir (ou même de le considérer consciemment), vous choisissez de mettre fin à une autre relation moins significative. Par exemple, vous arrêtez d’aller aux séances de thérapie, mettez fin à une amitié de longue date ou quittez votre emploi.

Une autre situation peut être celle où quelqu’un insulte son partenaire, le gronde ou lui reproche son attitude égoïste alors qu’en réalité il aimerait porter de telles accusations envers sa mère. Encore une fois, puisque cette idée peut lui sembler insupportable, exprimez cette impulsion dans un contexte différent et plus tolérable pour elle.

Ou, par exemple, lorsque nous réagissons de manière excessive à un événement relativement peu important, mais en réalité nous exprimons un sentiment lié à une autre situation. Disons que nous nous sentons extrêmement irrités et enragés d’avoir perdu nos lunettes, mais en réalité ces émotions correspondent à l’insatisfaction que nous ressentons parce que quelqu’un ne nous a pas donné notre place.

Dans certains cas, le passage à l’acte survient non pas parce que l’idée de désir réel est une transgression morale, mais parce qu’elle constitue un risque réel. Imaginez un adolescent vivant dans une maison avec un parent violent et abusif. En fait, votre impulsion ou votre besoin peut être d’attaquer ce parent ; mais, comme cela constitue un risque externe élevé, il transfère l’expression de cette impulsion à attaquer ses camarades de classe.

amies se disputant

Rendre conscient l’inconscient

Comme vous pouvez le voir dans les exemples précédents, le passage à l’acte réalise une réduction momentanée de la tension interne, mais il ne constitue pas une solution utile tant que le vrai désir est toujours là et continuera d’être là. Pour cette raison, le chemin passe par la prise de conscience de ces impulsions, émotions ou besoins. Cependant, ce n’est pas facile.

Les mécanismes de défense existent pour une raison, et c’est pour dissimuler ces émotions et désirs embarrassants et insupportables pour nous. Il ne nous sera donc pas facile d’identifier ces stratégies seuls. Avoir l’aide d’un thérapeute facilite grandement ce processus, cependant on peut s’habituer à se demander si la raison de nos actions ou décisions est vraiment ce que nous pensons ou s’il peut y avoir autre chose.

Cela pourrait vous intéresser ...
Personnalité et migraine : y a-t-il un lien ?
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Personnalité et migraine : y a-t-il un lien ?

La relation entre la personnalité et la migraine a été remise en question et est encore peu connue. Apprenons-en plus à ce sujet dans cet article.



  • Freud, A., & Carcamo, C. E. (1961). El yo y los mecanismos de defensa (Vol. 3). Barcelona: Paidós.
  • LaPlanche & Pontalis, Diccionario de Psicoanálisis, Ediciones Paidós Ibérica, 1993. Título original: Vocabulaire de la psychanalyse, Presses Universitaires de France, Paris, 1967.