La jalousie n’est pas une preuve d’amour !

· 2 décembre 2015

« S’il est jaloux c’est parce qu’il t’aime », « si je suis jalouse c’est parce que je t’aime », « tu devrais plutôt t’inquiéter si un jour il n’est plus jaloux, car ça voudrait dire qu’il ne t’aime plus »… Autant de phrases que vous avez sûrement déjà entendues et dites.

Cependant, contrairement à ce que l’on croit, la jalousie n’est pas une preuve d’amour. Il s’agit en réalité d’une réponse émotionnelle face au sentiment de peur de perdre quelque chose ou quelqu’un dont nous sommes sûrs qu’il/elle nous appartient et pour qui nous avons énormément d’affection.

La jalousie est un signal d’alarme qui nous informe de l’existence d’un danger : l’éventuelle perte de l’être aimé due à la présence d’une autre personne.

La jalousie s’accompagne généralement de sensations d’abandon et d’exclusion, et peut être très mal vécue. Cependant, si nous apprenons à gérer et à comprendre ce signal, il peut devenir très enrichissant.

On peut être jaloux à cause de beaucoup de choses, mais toutes sont liées au fait que la personne jalouse soit peu sûre d’elle…

Ainsi, elle pense que la troisième personne en question apportera à son conjoint tout ce qu’elle aurait voulu avoir mais n’a pas eu.

Cependant, cette rivale n’est pas toujours une personne en chair et en os, car il s’agit souvent de l’image de ce que vous aimeriez être.

La jalousie ne concerne pas uniquement les couples (bien que ce soit le cas le plus typique), mais elle est également présente entre frères et soeurs, cousins, amis, membres d’une même famille, collègues de travail, etc.

Ainsi, ce sentiment présent dans toutes les cultures depuis des milliers d’années, fait l’objet de chansons, de mythes, de légendes, de livres, et bien sur, d’études scientifiques.

La jalousie part de l’idée erronée que quelqu’un nous appartient

Si nous laissions de côté l’idée que l’autre fait partie de notre « patrimoine », la jalousie n’existerait pas.

Il n’y a rien de plus simple. L’être humain est par nature, élevé dans un environnement dans lequel il s’approprie tout ce qui se trouve autour de lui.

On garde une chose parce qu’elle nous plaît et on voudrait alors que celle-ci soit à notre merci quand bon nous semble.

Dans le cas précis d’une relation de couple, ce sont les opinions et les sentiments des deux personnes qui devraient compter. Cela signifie qu’il est important d’arriver à un équilibre.

Vous ne pouvez pas prétendre que l’autre soit un objet qui puisse faire ce que vous voulez, quand vous voulez, comme vous voulez et où vous voulez.

Selon V. de Miguel : « Parfois, une préoccupation excessive pour son conjoint implique le besoin de le contrôler, ce qui s’apparente plus à de la possession qu’à de l’amour ».

Le fait de le surprotéger et de lui demander en permanence où il est, s’il est bien arrivé au travail, et ce qu’il est entrain de faire, peuvent être une manière inconsciente de s’accrocher à lui.

Si vous pensez que votre conjoint ne vous appartient pas, cela ne signifie pas que vous l’aimez moins, car vous n’avez aucun droit sur lui et vous ne pouvez pas lui dicter ce que vous voulez qu’il fasse.

Chaque membre du couple a besoin d’autonomie, d’une partie de vie propre à chacun et qui, en même temps, renforce leur relation.

Pensez-vous qu’il existe une plus grande preuve d’amour que de voir la personne que vous aimez heureuse et libre de faire ce qu’elle veut ?

Bien évidemment, sur ce point vous vous dîtes : si je la « laisse » faire ce qu’elle veut, elle me trompera ou elle se comportera de façon irrespectueuse.

La raison, ou plutôt la cause, de la jalousie réside dans le sentiment d’auto-dévalorisation et dans la façon de le recevoir, et cela dépend de chacun de nous.

La peur excessive de perdre la personne que vous aimez révèle que vous n’êtes pas heureux avec vous-même et que vous considérez que vous avez besoin de quelqu’un d’autre pour l’être. Alors, que faire pour soigner cette jalousie ?

L’important est de s’adresser directement à l’origine du problème : l’auto-rejet destructif. Il est normal que nous ayons tous des parties de nous-mêmes que nous n’aimons pas ou que l’on voudrait améliorer.

Cependant, le problème se pose lorsque l’on se met à rejeter ces parties de nous de façon destructive. Au lieu de les transformer, nous les blessons encore plus avec nos pensées et nos actions.

Arrêtez de croire à cette histoire de jalousie par amour.

Si votre conjoint contrôle chacun de vos mouvements, s’il critique votre façon de vous habiller, s’il veut être plus souvent seul, s’il vous espionne tandis que vous écrivez un sms ou un mail, si vous ne vous sentez pas tranquille lorsque vous allez au travail et que vous cherchez des excuses pour rester à la maison, ou si vous devez supporter une sorte d’interrogatoire quand vous rentrez chez vous, il est peut-être le moment d’analyser le degré de jalousie de votre conjoint et de faire un point sur votre couple.

On dit qu’on ne peut pas changer une personne jalouse maladive. Cependant, vous pouvez empêcher que les choses ne se dégradent et prennent trop d’ampleur.

Vous devez lui faire comprendre, avec respect, qu’il a un problème (même s’il ne s’en rend pas compte) et l’aider à comprendre que la confiance est une chose essentielle dans une relation. Si les deux personnes oeuvrent pour aller de l’avant, le couple s’en sortira.

La solution est d’accepter les sentiments que vous ressentez, tenter de les comprendre et en parler avec votre moitié.